Asperger et questions médico-légales (1)

Source: Marc Woodbury-Smith (2014) Unlawful Behaviors in Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders in Fred R. Volkmar, Brian Reichow & James C. McPartland (Eds). Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders. Springer Verlag.

Depuis la publication du document de Wing en 1981, une littérature restreinte mais significative a émergé décrivant les personnes qui ont le syndrome d’Asperger (AS) et qui ont engagé des comportements problématiques (Woodbury-Smith et al., 2005 et les références mentionnées). […] La nécessité d’identifier les personnes souffrant de ce syndrome, vu comme un moyen de les réhabiliter plus efficacement, plutôt que de les «punir», a été soulevée dès 1992 au Royaume-Uni, dans le Rapport Reed,  (Ministère de la Santé, 2002). Malheureusement, 20 ans plus tard, on ne sait encore pas grand-chose quant à la délinquance chez les personnes atteintes d’AS. 20 ans plus tard, des personnes atteintes d’AS qui se livrent à des infractions graves peuvent se retrouver dans des hôpitaux psychiatriques à sécurité maximale pendant de longues périodes, et celles qui commettent des infractions mineures peuvent se trouver de plus en plus socialement exclus.

Tout au long, je me réfère à AS pour la simplification, mais des comportements problématiques peuvent également être vus parmi ceux décrits comme ayant «autisme de haut-fonctionnement», bien que, en revanche, de tels comportements peuvent être moins susceptibles chez les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle. En outre, bien que le terme «comportements problématiques» implique une série de transgressions, allant des infractions relativement mineures aux règles conventionnelles à des comportements plus sérieux qui ont des répercussions sur le bien-être des autres, ce chapitre traite des comportements plus sérieux qui peuvent mettre en contact des autistes avec le système judiciaire. Comme on le verra, de tels comportements, chez les personnes atteintes d’AS, résultent le plus souvent d’une naïveté sociale et d’un malentendu.

Bien que l’objet de ce chapitre soit celui des personnes atteintes d’AS qui se livrent à des comportements sérieux, il est important de souligner que ces comportements sont rares. Ce point est particulièrement important de reconnaître que les médias se sont rendus coupables à plusieurs reprises, au Royaume-Uni et aux États-Unis, de fausses représentations de l’AS, ce qui pourrait avoir un impact sur la perception du public des AS.

Depuis le document de Wing, l’intérêt pour l’AS a monté en flèche, reflété par l’augmentation exponentielle des articles publiés consacrés à la description de ses caractéristiques cliniques, de sa relation avec l’autisme et de son fondement biologique. Parallèlement à cette prolifération, il y a eu un nombre constant de rapports de cas décrivant des personnes présumées avoir des AS qui ont commis des comportements délinquants sérieux (Chesterman et Rutter, 1993, Barney Cohen, 1988, Chen et al. , 2003, Murrie, Warren, Kristiansson, et Dietz, 2002, Everall et Lecouter, 1990, Kohn, Fahum, Ratzoni et Apter, 1998, Silva, Ferrari et Leong, 2002, Palerme, 2004). En plus de ces études et de petites séries de cas, il convient de noter également certains cas décrits comme «trouble schizoïde de l’enfance» par Wolff (2000) et «excentricité à vie» par Tantam (1988a, 1988b). Wolff a identifié un groupe d’enfants qui partageaient la principale déficience de l’isolement social et ont suivi leur progression vers l’âge adulte, et Tantam a étudié un groupe de jeunes adultes qui avaient été renvoyés à sa clinique avec une longue histoire d’isolement et d’excentricité. Dans les deux groupes, des similitudes phénoménologiques avec l’AS ont été observées, et dans les deux une petite minorité avaient engagé des comportements problématiques à l’âge adulte.

Alors que les études de cas ne fournissent pas d’indices sur la prévalence de comportements problématiques dans l’AS, d’autres chercheurs ont tenté d’examiner plus explicitement la prévalence de tels comportements. En se concentrant sur les comportements violents, Ghaziuddin et ses collègues ont examiné 132 cas décrits dans la littérature (à l’exception de ceux de Wolff et Tantam) et ont identifié seulement un petit nombre d’entre eux déclarés violents, ce qui indique une prévalence d’infraction dans la communauté probablement plus faible que chez leurs homologues de la population générale (Ghaziuddin, Tsai, & Ghaziuddin, 1991).
Cette conclusion est cohérente avec l’affirmation de Howlin (2004) selon laquelle les personnes atteintes d’AS ont un sens profond du bien du mal et donc vont probablement offenser beaucoup moins que les autres (Howlin, 2004). Cela étant, la nature de l’étude signifie que le petit nombre est susceptible d’être une sous-estimation du chiffre exact, d’autant plus que les grandes séries de cas de Tantam et Wolff ont été spécifiquement exclues. En fait, si tous ces rapports sont inclus dans le type d’analyse menée par Ghazziudin, la prévalence de l’infraction dans l’AS serait de 20% (46 sur 224) plutôt que de 2,27%. […} En considérant ces études de cas ensemble, une série d’infractions est représentée, y compris, par exemple, les agressions contre d’autres (Mawson et al., 1985), le feu (Everall & Lecouteur, 1990), la délinquance sexuelle (Kohn et al. (Chen et al., 2003). Parmi les individus décrits par Tantam (1988a, 1988b), 14 sur 64 ont commis des infractions punissables d’emprisonnement, y compris des dommages criminels (4), des voies de fait (3), des incendies criminels (3), une exposition indécente (3) et une tentative Viol (1). De même, dans les études de Woodbury-Smith et al. (2005, 2006, 2010) décrite plus loin dans ce chapitre, on peut citer une série d’infractions, y compris le vol, les dommages criminels, la violence envers les autres et les infractions sexuelles. Il a été suggéré que le réglage du feu est plus fréquent chez les délinquants atteints d’AS que chez les non-offensants (Mouridsen et al., 2007). De plus, bien que certaines études indiquent que les personnes atteintes d’AS commettent des infractions sexuelles (Hare et al., 1999, Murphy, 2003), d’autres suggèrent que les taux de délinquance sexuelle (Hare et al. ) Sont plus faibles chez les délinquants atteints de TSA.

Dans l’ensemble, les personnes atteintes d’AS ou de TSA sont des citoyens respectueux de la loi et ont été décrits comme ayant un sens fort du bien du mal. Ils peuvent aussi adhérer rigoureusement aux règles et réprimander les autres au cours d’un acte répréhensible perçu (et dans le processus, peut par inadvertance se retrouver en tant que le malfaiteur perçu). Les personnes atteintes d’AS peuvent également ne pas avoir les «opportunités» pour le crime. Par exemple, il est rare qu’une personne atteinte d’AS puisse faire partie d’un gang, à moins que ses difficultés sociales n’aient rendu la personne vulnérable à être «attirée» dans cette culture. Cependant, un certain nombre de facteurs pourraient amener certaines personnes atteintes de SA à entrer en contact avec le système de justice pénale. Ces facteurs incluent ceux liés au phénotype clinique, tels que la poursuite d’un intérêt circonscrit ou à la suite de naïveté sociale, et ceux liés au «phénotype neuropsychologique», tels que la théorie de l’esprit altérée ou l’affaiblissement du fonctionnement exécutif. En outre, d’autres facteurs tels que l’ajustement au trouble (c’est-à-dire étant différent) ou la vulnérabilité à la manipulation par les autres dominants pourraient être importants. La comorbidité peut également avoir une signification étiologique. Wing (1997) a également suggéré un certain nombre d’autres facteurs qui pourraient être associés à l’infraction chez les personnes atteintes de SA, y compris l’isolement et la conviction que d’autres sont hostiles, peut-être à la suite d’expériences malheureuses antérieures. De nombreux autres facteurs de risque criminologiques plus généraux peuvent également être pertinents, y compris des difficultés d’apprentissage spécifiques et des troubles de l’attention et du contrôle moteur. La déficience des compétences réciproques d’interaction sociale est la condition sine qua non de l’AS et des autres ASD. (Les caractéristiques du handicap social sont décrites ailleurs dans ce volume, voir aussi Klin, McPartland, & Volkmar, 2005). Plus souvent qu’autrement, les personnes atteintes d’AS souhaitent chercher des relations avec d’autres, mais peuvent être maladroites dans leur approche. Cette maladresse peut être particulièrement évidente chez l’individu qui souhaite une relation intime, mais ne sait pas comment faire le premier pas. Certains peuvent suivre une personne, peut-être en essayant de «arracher le courage» de lui parler, seulement plus tard pour se retrouver arrêté pour harcèlement / harcèlement. Un jeune homme avec AS a rappelé comment il avait l’habitude de téléphoner aux filles de sa classe, mais ne sachant pas quoi dire resterait sans voix. Le père d’une fille a finalement appelé la police, et le garçon a reçu une prudence formelle. D’autres peuvent essayer de faire le contact, mais le faire de façon inappropriée. Par exemple, un jeune homme d’AS, âgé de 21 ans, a décidé d’aller dans une boîte de nuit pour «trouver une petite amie». Ne sachant pas comment aborder les autres mais en observant le comportement intime entre les gens, il a décidé de se présenter en touchant une jeune fille de façon inappropriée. A été arrêté et accusé d’agression indécente. Un autre jeune homme s’est exposé indécemment pendant une période de plusieurs années, parce que, selon lui, c’était la seule manière qu’il pourrait obtenir des filles pour lui prêter attention. Certaines études de cas publiées ont également décrit les personnes atteintes d’AS cherchant des relations sociales de façon inappropriée. Par exemple, dans le document de Haskins et Silva (2006), deux cas sont décrits dans lesquels les adultes atteints d’AS entrent en contact avec le système de justice pénale en raison d’un comportement sexuel inapproprié, dans un cas touchant les adolescentes et l’autre , En sollicitant des hommes étrangers pour des rapports sexuels. De même, Barry-Walsh et Mullen (2004) décrivent une personne atteinte d’AS qui s’est fixée sur des professionnels qui avaient été impliqués dans ses soins, téléphonant, écrivant et finalement accusés de harcèlement. L’atteinte sociale pourrait aussi être impliquée dans des comportements non sexuels. Par exemple, les personnes atteintes d’AS sont souvent conscientes de leurs différences par rapport à leurs pairs et, à mesure qu’elles atteignent l’âge adulte, et les possibilités telles que les relations, la famille et l’emploi ne sont pas aussi faciles, peuvent éprouver un sentiment de jalousie.

Deux études ont systématiquement étudié si les déficiences neuropsychologiques fondamentales observées chez les personnes atteintes d’AS sont en quelque sorte associées à une infraction. Dans le premier cas (Murphy, 2003), on a examiné les caractéristiques cognitives des patients atteints de SA (n = 13) dans un hôpital psychiatrique sécurisé maximum par rapport aux patients retenus atteints de schizophrénie (n = 13) et de troubles de la personnalité (n = 13). Sur une mesure de la fonction exécutive, les trois groupes se sont comportés de la même façon.
Dans une autre étude transversale cas-témoins (Woodbury-Smith et al., 2005), on a comparé les caractéristiques neuropsychologiques et cliniques des adultes atteints de TSA qui avaient offensé (n = 21) avec un échantillon communautaire apparié (n = 23) et Un groupe témoin d’adultes sans DSA (n = 23). Dans cette étude, seuls les individus qui fonctionnaient intellectuellement dans la gamme normale et qui satisfaisaient aux critères diagnostiques du DSM-IV pour l’AS ou l’autisme de haut niveau (HFA) étaient inclus. Les chercheurs se sont intéressés à déterminer si les déficiences de la ToM, la reconnaissance de l’émotion ou la fonction exécutive étaient associées à une infraction. Après avoir contrôlé l’effet confondant du QI, l’atteinte à la reconnaissance de la peur était associée à une infraction. En revanche, le Md et la fonction exécutive n’étaient pas associés. En effet, en tant que groupe, les «délinquants ASD» ont démontré une performance supérieure à la fois à la ToM et à la fonction exécutive comparativement à leurs homologues non défaillants avec les TSA, et contrairement à eux, leur rendement sur ces deux groupes ne différait pas significativement du groupe témoin.

[à suivre…]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *