Autism: a guide for criminal justice professionals (5)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 5, Questionner un personne souffrant d’autisme

Le stress et l’anxiété menant à l’entrevue

Sachez que les personnes atteintes d’autisme trouvent les changements dans leurs routines très difficiles à gérer.
Même les événements prévus, comme un entretien avec un avocat, peut être très stressant pour eux. Une personne peut aussi être extrêmement anxieuse dans un environnement étranger, comme une salle d’audience, ou une salle d’attente.

Certaines personnes atteintes d’autisme sont hypersensibles, au bruit et à la lumière, tandis que d’autres ont peur des foules. Ils ont souvent de la difficulté à attendre leur tour, ou pour comprendre les conventions sociales telles que les files d’attente. Une personne peut être incapable de tolérer une telle expérience, l’anxiété qui y est associée pouvant la conduire à devenir agitée ou perturbée. Si l’anxiété augmente, ils peuvent même se déchaîner.

Difficultés de compréhension

Les personnes souffrant d’autisme sont susceptibles d’avoir du mal à comprendre ce qu’on leur dit, et peuvent lutter pour maintenir une véritable conversation bidirectionnelle; c’est encore plus probable quand ils sont stressés. Même ceux qui ont apparemment un discours expressif sont susceptibles de lutter avec la communication non-littérale comme le sarcasme, ou des blagues. Ils prennent souvent ce qu’on leur dit complètement littéralement – ainsi par exemple, si on leur donne rendez-vous à 14 heures, ils s’attendre à voir rendez-vous précisément à ce moment-là, et pas à 14 heures et une minute.

Guide pour le processus d’entrevue

Il peut ne pas être possible de rassembler toutes les informations dont vous avez besoin au cours d’une entrevue. Il pourrait être nécessaire de tenir plusieurs sessions afin de construire une forme de familiarité avec la personne. Si possible, parlez aux parents, aux soignants ou aux professionnels impliqués avec eux, comme leur psychiatre, pour obtenir des conseils sur la meilleure façon de les interroger. En outre, il peut être nécessaire de demander l’avis d’un travailleur psychologue ou sociale qui se spécialise dans le domaine de l’autisme. Le soutien d’un « adulte approprié » pour un enfant (ou un adulte) souffrant d’autisme est souvent essentiel pour aider le processus. Il sera utile de garder l’entrevue aussi courte que possible. Un enfant autiste peut ne pas être en mesure de se concentrer plus longtemps que 10 à 15 minutes (au plus). Les conseils suivants vous aideront également au cours de l’entrevue elle-même.

Maintenir l’environnement aussi calme que possible

  • La personne peut être plus détendue si elle est interrogée dans un endroit familier, avec une personne qu’elle connaît
  • S’il est connu, expliquer combien de temps l’entrevue va durer, et ce qui arrivera à la fin. Lorsque les procédures judiciaires le permettent, utiliser des vidéos pour répondre aux besoins des personnes autistes qui apportent des preuves.
  • Assurez-vous qu’il n’y a pas de bruits de fond qui pourraient fournir une distraction pendant l’entrevue.
  • Les enfants – et certains adultes – souffrant d’autisme sont souvent attachés à un objet particulier, comme un morceau de ficelle. L’enfant ou l’adulte peuvent souhaiter garder l’objet à porté de main lors de l’entrevue. La recherche suggère que, parfois, cet objet les aide à se concentrer, et retirer l’objet peut causer une détresse inutile.

Tenue de l’entrevue

  • Parlez calmement, de votre voix naturelle, en gardant une langue aussi simple et claire que possible. Utilisez seulement des mots nécessaires.
  • Essayez de ne pas exagérer votre expression faciale ou le ton de la voix, car cela peut être mal interprété.
  • Evitez les gestes autant que possible, car ils peuvent être une distraction. Si les gestes sont nécessaires, les accompagner avec des déclarations sans ambiguïté, ou des questions qui précisent leur signification.
  • Utilisez le nom de la personne au début de chaque question afin qu’ils sachent de qui on parle.
  • Préparer la personne aux questions qui pourraient suivre. Par exemple, « John, je vais vous poser une question ».
  • Donner du temps pour que la personne puisse répondre; ne pas supposer qu’un silence signifie qu’il n’y a pas de réponse à venir.
  • Évitez les questions ouvertes: les questions fermées sont plus susceptibles d’être comprises. Par exemple, demander à une personne avec autisme « peux-tu me dire ce que tu as vu hier » sera trop vague. La personne souffrant d’autisme peut ne pas être en mesure de juger exactement ce que l’enquêteur a besoin de savoir. Une meilleure approche serait de demander « Dis-moi ce que tu as vu arriver dans le centre commercial à environ 10 heures ».
  • Les personnes atteintes d’autisme ont une compréhension très littérale de la langue. Évitez d’utiliser l’ironie ou le sarcasme.
    Accompagnez les questions d’aides visuelles ou de supports. Les personnes souffrant d’autisme comprennent souvent mieux des informations visuelles que les mots.

Les réponses de l’accusé

  • Laissez à la personne un temps de réflexion supplémentaire pour répondre à chaque question. Les personnes atteintes d’autisme prennent souvent plus de temps pour traiter l’information. S’il n’y a pas de réponse du tout, essayez de reformuler la question. Une personne autiste est peu probable d’être en mesure de vous informer quand ils ne comprennent pas ce que vous avez demandé.
  • Les autistes peuvent avoir des compétences linguistiques plus expressives que réceptives. Aussi, soyez conscients du fait qu’ils peuvent ne pas comprendre pleinement ce qui leur est dit. Certaines personnes atteintes d’autisme font de l’écholalie: ils peuvent faire écho et répéter les mots des autres sans comprendre le sens de ces mots.
  • Ne vous attendez pas à ce que la personne établisse un contact visuel lors de l’entrevue. Rappelez-vous que les personnes autistes peuvent parler d’une voix monotone, et utiliser un langage très guindée.
  • Dans certains cas, les personnes souffrant d’autisme peuvent apparaître comme têtues ou belligérantes. Alternativement, ils peuvent sembler être en accord avec les suggestions de l’enquêteur ou à des déclarations qui sont fausses. Ils ne peuvent pas comprendre les conséquences de cette action.

Pour ceux qui sont détenus en garde à vue

Les personnes atteintes d’autisme qui sont détenues en garde à vue doivent être prises en charge. S’ils sont laissé sans surveillance, certains peuvent réagir à une garde à vue par de l’automutilation, ce qui se traduit par le fait de se mordre ou se piquer des parties de leur corps, ou de se cogner la tête contre un mur.

Les personnes atteintes d’autisme devraient avoir accès à un professionnel qui comprend leur handicap, pourraient fournir des conseils et expliquer leurs besoins; un adulte approprié peut également être nécessaire au cours du processus d’interrogatoire. Famille et aidants devraient être consultés à l’appui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *