Assessing the Sex Offender With Asperger’s Disorder

Source:  John Matthew Fabian (2011) Assessing the Sex Offender With Asperger’s Disorder. Sex Offender Law Report, 12:5, 65 – 80

Le syndrome d’Asperger (AD), dans le cadre du spectre autistique (ASD), implique des difficultés importantes dans le contexte d’interactions sociales. Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger ont une incapacité à établir des relations et des amitiés socialement appropriées, des capacités réduites d’interprétation et de réaction aux signaux sociaux, et une maladresse sociale. Ils sont susceptibles de se méprendre, et ne parviennent pas à reconnaître les sentiments, les émotions et les réactions des autres. Bien qu’ils soient présentés souvent comme égocentriques et narcissiques, ce n’est pas en raison d’un trouble de la personnalité en soi, mais plutôt par une incapacité innée à comprendre et se rapporter aux autres, voir Barry-Walsh et al. (2004).

Compte tenu des caractéristiques de l’autisme, les évaluations devraient tenir compte de ces quatre principaux facteurs concernant le lien entre les déficiences sociales et la délinquance sexuelle criminelle:

  • déficit d’empathie;
  • comportements sexuels inadaptées;
  • modèles restrictifs et comportement répétitif;
  • rôle potentiel des paraphilies concomitantes.

Dans les études de cas, les hommes souffrant du syndrome d’Asperger accusés d’infractions sexuelles et de meurtres  semblaient généralement ne pas être au courant du tort qu’ils ont causé leurs victimes, Murrie et al. (2002). Bien que ces déficiences peuvent être facilement attribués à des traits psychopathiques inhérents, dans le cas de personnes souffrant du syndrome d’Asperger, ils peuvent également être lié à une forme de naïveté interpersonnelle. Plus précisément, les personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent avoir peu de relations humaines, et ont une tendance à rechercher le contact interpersonnel de manière malavisée. Plusieurs facteurs concomitants peuvent conduire à des comportements assimilés à de la délinquance sexuelle.

Les personnes atteintes de troubles du développement sont souvent moins équipées pour initier ou maintenir des relations intimes, couramment associés à un contact sexuel consensuel. En fait, de nombreuses personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent avoir des difficultés à juger l’âge des autres, ce qui peut conduire à des relations illégales, à des relations sexuelles avec des mineurs, ou la possession illégale de pornographie juvénile. La littérature récente a révélé qu’une capacité défectueuse peut sous-tendre certaines infractions sexuelles chez certaines personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique. L’utilisation de la pornographie est une façon pour ces personnes d’éprouver leurs débouchés sexuels.

Compte tenu des taux de sous-diagnostique du syndrome d’Asperger, l’évaluation médico-légale du syndrome dans les cas d’infractions sexuelles devrait consister en une évaluation à la fois diagnostique du syndrome d’Asperger et de ses dimensions, ainsi que l’examen des évaluations spécifiques des délinquants sexuels à risque. En ce qui concerne la première, l’évaluation doit tenir compte de plusieurs domaines de fonctionnement, à savoir:

  • social et fonctionnement émotionnel;
  • fonctionnement neuropsychologique;
  • comportement fonctionnel adaptatif.

Le cas échéant, des tests spécifiques de diagnostique du syndrome d’Asperger devrait être envisagé dans l’évaluation globale.

Barry-Walsh J. & Mullen P. (2004) Forensic Aspects of
Asperger’s Syndrome. Journal of Forensic Psychiatry and
Psychology 15, 96–107.

Murrie, D. C., Warren, J. I., Kristiansson, M. & Dietz, P. E. (2002). Asperger’s Syndrome in Forensic Settings. International Journal of Forensic Mental Health, 1(1), 59-70.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *