Tous les articles par aspie

L’autisme, un scandale français

Source: L’Obs, No 2710, Y-a-t-il une épidémie d’autisme.

L’autisme demeure un trouble neurodéveloppemental mal connu et mal pris en charge. Particulièrement en France où, du fait de l’influence persistante de la psychanalyse, une grande partie du corps médical continue notamment à en ignorer les possibles causes génétiques. « Dans certains services, je rencontre des enfants qui n’ont jamais été examinés confirme le pédiatre et généticien Arnold Munnich. Or, dans un cas sur trois, nous sommes aujourd’hui en mesure d’identifier une cause organique. » Les trois plans nationaux « autisme » lancés au cours des dernières années n’ont pas suffi à faire évoluer les mentalités, pas plus que l’avis de la Haute Autorité de Santé, qui recommandait déjà en 2012 aux professionnels de santé
d’abandonner le recours aux méthodes psychanalytiques, qui font reposer la responsabilité de l’autisme sur l’attitude maternelle, au profit de celles qui ont été validées scientifiquement. Résultat : l’essai « Autisme. La grande enquête », coécrit par Florent Chapel, ancien président du Collectif Autisme, et l’anthropologue Sophie Le Callennec, chiffre à plusieurs dizaines de milliers le nombre d’adultes enfermés dans des hôpitaux, assommés de médicaments,
attachés parfois. Et les associations en sont encore à se battre contre des placements abusifs d’enfants par l’Aide sociale à l’Enfance, qui refuse de tenir compte des diagnostics médicaux. Même aux Etats-Unis, pourtant pionniers, « The Economist » dénonçait voici peu en couverture le « gâchis de beaux cerveaux », qui, dépistés très tôt, avec des accompagnements et thérapies à l’efficacité prouvée, comme l’Early Start Denver Model (ESDM), pourraient mener une vie « normale » et constituer une richesse pour nos sociétés.

Le Callennec,, S. & Chapel, F. (2016). Austime, la grande enquête. Arènes.

Assessing the Sex Offender With Asperger’s Disorder

Source:  John Matthew Fabian (2011) Assessing the Sex Offender With Asperger’s Disorder. Sex Offender Law Report, 12:5, 65 – 80

Le syndrome d’Asperger (AD), dans le cadre du spectre autistique (ASD), implique des difficultés importantes dans le contexte d’interactions sociales. Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger ont une incapacité à établir des relations et des amitiés socialement appropriées, des capacités réduites d’interprétation et de réaction aux signaux sociaux, et une maladresse sociale. Ils sont susceptibles de se méprendre, et ne parviennent pas à reconnaître les sentiments, les émotions et les réactions des autres. Bien qu’ils soient présentés souvent comme égocentriques et narcissiques, ce n’est pas en raison d’un trouble de la personnalité en soi, mais plutôt par une incapacité innée à comprendre et se rapporter aux autres, voir Barry-Walsh et al. (2004).

Compte tenu des caractéristiques de l’autisme, les évaluations devraient tenir compte de ces quatre principaux facteurs concernant le lien entre les déficiences sociales et la délinquance sexuelle criminelle:

  • déficit d’empathie;
  • comportements sexuels inadaptées;
  • modèles restrictifs et comportement répétitif;
  • rôle potentiel des paraphilies concomitantes.

Dans les études de cas, les hommes souffrant du syndrome d’Asperger accusés d’infractions sexuelles et de meurtres  semblaient généralement ne pas être au courant du tort qu’ils ont causé leurs victimes, Murrie et al. (2002). Bien que ces déficiences peuvent être facilement attribués à des traits psychopathiques inhérents, dans le cas de personnes souffrant du syndrome d’Asperger, ils peuvent également être lié à une forme de naïveté interpersonnelle. Plus précisément, les personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent avoir peu de relations humaines, et ont une tendance à rechercher le contact interpersonnel de manière malavisée. Plusieurs facteurs concomitants peuvent conduire à des comportements assimilés à de la délinquance sexuelle.

Les personnes atteintes de troubles du développement sont souvent moins équipées pour initier ou maintenir des relations intimes, couramment associés à un contact sexuel consensuel. En fait, de nombreuses personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent avoir des difficultés à juger l’âge des autres, ce qui peut conduire à des relations illégales, à des relations sexuelles avec des mineurs, ou la possession illégale de pornographie juvénile. La littérature récente a révélé qu’une capacité défectueuse peut sous-tendre certaines infractions sexuelles chez certaines personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique. L’utilisation de la pornographie est une façon pour ces personnes d’éprouver leurs débouchés sexuels.

Compte tenu des taux de sous-diagnostique du syndrome d’Asperger, l’évaluation médico-légale du syndrome dans les cas d’infractions sexuelles devrait consister en une évaluation à la fois diagnostique du syndrome d’Asperger et de ses dimensions, ainsi que l’examen des évaluations spécifiques des délinquants sexuels à risque. En ce qui concerne la première, l’évaluation doit tenir compte de plusieurs domaines de fonctionnement, à savoir:

  • social et fonctionnement émotionnel;
  • fonctionnement neuropsychologique;
  • comportement fonctionnel adaptatif.

Le cas échéant, des tests spécifiques de diagnostique du syndrome d’Asperger devrait être envisagé dans l’évaluation globale.

Barry-Walsh J. & Mullen P. (2004) Forensic Aspects of
Asperger’s Syndrome. Journal of Forensic Psychiatry and
Psychology 15, 96–107.

Murrie, D. C., Warren, J. I., Kristiansson, M. & Dietz, P. E. (2002). Asperger’s Syndrome in Forensic Settings. International Journal of Forensic Mental Health, 1(1), 59-70.

 

Sur la situation en France des personnes, enfants et adultes, atteintes d’autisme

Source: http://www.ccne-ethique.fr/fr/publications/…

Aujourd’hui, plus de soixante ans après la première description de l’autisme, le pluriel (autismes) ou l’utilisation des termes `syndromes autistiques » ou `troubles envahissants du développement’ sont considérés comme les plus appropriés pour désigner ce handicap. En effet, malgré l’existence de caractéristiques communes, les syndromes autistiques se manifestent par une très grande hétérogénéité. Ainsi, à un extrême, le handicap peut être profond, avec une absence totale de communication verbale, et à un autre extrême, l’existence d’une relative autonomie à l’âge adulte peut être parfois associée à des capacités intellectuelles hors du commun.

Les années 1940-1960 : quand une théorie scientifique qui vise à comprendre la souffrance de l’enfant provoque la souffrance des parents et des enfants. 

Les théories psychanalytiques de l’autisme – les théories psychodynamiques, dont le concept de « forteresse vide » – proposées durant les années 1950 pour décrire et expliquer le monde intérieur des enfants souffrant d’autisme, ont conduit à une mise en cause du comportement des parents, et en particulier des mères, décrites comme des « mères frigidaires », « mères mortifères » dans le développement du handicap. Considérer la mère comme coupable du handicap de son enfant, couper les liens de l’enfant avec sa mère, attendre que l’enfant exprime un désir de contact avec le thérapeute, alors qu’il a une peur panique de ce qui l’entoure font mesurer la violence qu’a pu avoir une telle attitude, les souffrances qu’elle a pu causer, et l’impasse à laquelle cette théorie a pu conduire en matière d’accompagnement, de traitement et d’insertion sociale.

La révolution des années 1980: l’émergence du concept de « trouble envahissant du développement »

L’émergence durant les années 1970 d’une nouvelle conception organique, neurobiologique de l’autisme, considéré comme un « trouble envahissant du développement » a conduit, en particulier dans les pays anglo-saxons et les pays d’Europe du Nord, au développement de méthodes radicalement nouvelles d’accompagnement, d’insertion sociale, de « désinstitu\-tiona\-li\-sation », et de prise en charge précoce, éducative, psychologique et thérapeutique des enfants dans le cadre d’une participation active des parents et des familles. Elles ont aussi conduit à une attention particulière à la souffrance des familles, et à l’accompagnement des familles, contribuant ainsi à atténuer leur détresse. Depuis les années 1980, la classification internationale des syndromes autistiques comme `troubles envahissants du développement’ a conduit à l’abandon de la théorie psychodynamique de l’autisme et de la notion de « psychose autistique » dans la quasi-totalité des pays, à l’exception de la France et de certains pays d’Amérique latine, où la culture psychanalytique exerce une influence particulièrement importante dans la pratique psychiatrique. A cette opposition ancienne et marquée, dans notre pays, entre des conceptions et des approches de nature essentiellement psychanalytique par une grande proportion de psychiatres, et la demande pressante, de la part des associations de familles d’un accès aux approches éducatives et thérapeutiques développées au niveau international,commencent à se substituer, de manière encore trop minoritaire, des formes intéressantes de participation de psychanalystes à des modalités d’accompagnements et de prises en charge multidisciplinaires fondées sur les approches éducatives recommandées au niveau international – un changement dont on ne peut que souhaiter le développement.En tout état de cause, le diagnostic doit être le plus précoce possible afin de permettre aux parents de faire accéder le plus rapidement possible leur enfant à une prise en charge éducative adaptée, et, grâce à une meilleure connaissance de la nature du problème qui cause sa souffrance, de s’occuper le mieux possible de leur enfant.

Les recherches en neurobiologie

A partir de la fin des années 1970, l’hypothèse de l’existence de particularités dans la sécrétion de certains neuromédiateurs, puis l’hypothèse de l’existence de modalités particulières de connexions entre différentes régions cérébrales ont fortement contribué à la notion que les syndromes autistiques étaient dus à des troubles précoces du développement, et en particulier du développement cérébral, qui débutent probablement avant la naissance.Les recherches dans le domaine des neurosciences ont connu un progrès important durant les 10 dernières années, notamment en matière d’imagerie cérébrale, et de nombreuses caractéristiques neurobiologiques ont été corrélées aux syndromes autistiques: problèmes de synchronisation entre différentes régions cérébrales, problèmes de fonctionnement dans certaines régions particulières du cerveau, atteinte de la « théorie de l’esprit et du fonctionnement de certains systèmes de `neurones miroirs’. Les recherches en neurosciences, et notamment chez des enfants plus jeunes, représentent probablement le meilleur moyen de parvenir un jour à une meilleure compréhension des troubles envahissants du développement, et d’aboutir à des applications nouvelles dans les domaines du diagnostic et des traitements. Le développement de ces recherches est essentiel.

En France, les controverses entre associations de parents et autorités sanitaires ne concernent pas tant la nature possible de la cause neurobiologique que le débat persistant entre cause neurobiologique et cause psychologique. Ce débat a pour enjeu la reconnaissance de l’importance d’un diagnostic précoce de l’autisme, la nécessité d’un accès rapide de l’enfant à une éducation adaptée, lui donnant toutes les chances d’une meilleure insertion sociale, et la participation active des familles à l’accompagnement des enfants. Et contrairement à ce qui a lieu aux États-Unis et en Angleterre, les procédures judiciaires engagées par les associations françaises de parents concernent non pas la cause possible du handicap, mais l’absence d’accès de leurs enfants à un accompagnement éducatif.

Autism, Advocates, and Law Enforcement Professionals

Source: Dennis Debbaudt, 2002. Autism, Advocates, and Law Enforcement Professionals: Recognizing and Reducing Risk Situations for People with Autism Spectrum Disorders. Jessica Kingsley Publishers (ou https://www.westmidspolfed.com… pour une version plus courte de l’ouvrage).

Reconnaissance de l’autisme: quelle première réponse ?

Les personnes autistes peuvent avoir des difficultés à exprimer leurs besoins […] Les personnes avec autisme peuvent avoir de la difficulté à appréhender l’espace personnel: ils peuvent empiéter sur l’espace personnel des autres en se tenant trop près, ou ils peuvent se tenir trop loin. Elles peuvent avoir une conscience limitée du corps humain.

Les personnes autistes peuvent afficher un vocabulaire limité, ou avoir tendance à l’écholalie (tendance à répéter de façon spontanée, involontaire et systématique les mots prononcés par un interlocuteur). Leur discours peut être monotone, comme par ordinateur. et sans inflexion. Ils peuvent donner l’impression de se parler à eux-mêmes, ou à personne en particulier.

Ils peuvent approcher ou parler à des inconnus. Ils peuvent ne pas être en mesure de fournir des informations, ou être en mesure de répondre à des questions. Dans ce dernier cas, les informations peuvent avoir peu, ou pas, de relation directe avec la question originale. Ils peuvent avoir du mal à concevoir un autre point de vue. Ils ne peuvent souvent pas intégrer la perspective des autres dans leur prise de décision, et faire de mauvais jugements sociaux en fonction de leur incapacité à prédire avec précision le point de vue des autres.

Ils peuvent ne pas demander des éclaircissements sur des questions, ou ne pas être en mesure de fournir des éclaircissements sur leurs réponses. Ils peuvent ne pas être en mesure de comprendre, ou accepter, une réponse rationnelle. […] Les personnes atteintes d’autisme peuvent être vus comme têtues, belliqueuse, voire sembler être sous l’influence de drogues, ou d’alcool. Ils peuvent être de piètres auditeurs, ne semblant pas se soucier de ce qui leur est dit. Ils peuvent être incapables de maintenir un contact visuel, même lorsque leur interlocuteur change de position pour l’obtenir. Ils peuvent répondre `Non ‘,`Oui’ ou `Pourquoi’ à tous les questions.

Reconnaissance de l’autisme: connaître les appels à l’aide

Que ce soit seuls, ou avec une personne de soutien, ils peuvent afficher des comportements, des communications et des réactions aux stimuli que d’autres trouveront bizarres. Les personnes autistes n’ont pas développé de conscience sociale de ce qui est attendu dans la communauté. Même s’ils ne sont pas malveillants, ils peuvent apparaître comme tels à d’autres. Leurs comportements peuvent dégénérer rapidement, avec des accès de colère, et ils peuvent ne pas comprendre les conséquences de leurs actions.

Les personnes autistes peuvent suivre ou approcher des enfants, des personnes âgées, ou d’autres qui les attirent, sans une compréhension du caractère inapproprié de leur comportement. Cela peut se produire dans les magasins, les parcs, les aéroports,
gares ferroviaires et routières, et les toilettes publiques et apparaissent aux autres comme du harcèlement, ou comme le prélude à une agression ou d’une avance sexuelle. Les personnes avec autisme peuvent tenter d’embrasser, ou de toucher des étrangers, voire renifler des personnes ou des objets qui sont nouveaux à leur environnement.

Reconnaissance de l’autisme: délits sexuels

Les personnes atteintes d’autisme peuvent être accusées de délits qui vont de l’outrage à la pudeur, de la masturbation en public, du harcèlement sexuel, à de plus graves accusations comme le viol. La maturité sexuelle et la compréhension des normes sociales doivent être remis en question dans le cas des personnes avec autisme. Alors que de nombreuses personnes atteintes d’autisme auront le même désir sexuel que quiconque, certains peuvent n’avoir aucun désir sexuel du tout. Ils peuvent alors toucher le sexe d’autres personnes seulement parce qu’ils ne sont pas conscients du caractère privé de certaines parties du corps. Ceux qui ont des désirs sexuels peuvent ne pas être en mesure de vivre leur sexualité de manière socialement acceptables. Ils peuvent expérimenter avec des personnes d’un âge avancé, mais également avec des personnes beaucoup plus jeunes. Ils ne savent pas où se situe la ligne de consentement mutuel avec un partenaire. Leur crime peut être davantage une question de contrôle que d’expérimentation.

Entretien et Interrogation des personnes autistes: indications trompeuses de culpabilité

Les autistes à haut-potentiel, ou les personnes autonomes, peuvent vivre seules ou sans surveillance constante, être capable de conduire ou d’utiliser les transports en commun, occuper un emploi, et profiter des activités de loisirs. Ils peuvent posséder des compétences verbales apparemment normales, mais déficiente dans la compréhension, la conscience sociale, et la prise de décision}. Ils peuvent apparaître comme tout à fait normaux au premier abord, mais les symptômes, les comportements. et caractéristiques – par exemple, fournir des réponses franches ou indélicates, changer de sujet, ou être incapable de comprendre ou d’accepter une réponse rationnelle – deviendra apparente à un enquêteur instruit. Toutefois, sans une compréhension du handicap, il sera facile de mal interpréter les informations, perçues alors comme indicateur de la culpabilité.

Ils peuvent ne fournir aucun contact visuel du tout, même quand leur intervenant décale leur position pour l’obtenir. Une personne autiste peut avoir appris à maintenir un contact visuel, mais cela peut être perçu comme un mauvais signal. En effet, l’enquêteur peut confondre ce contact visuel inhabituel avec une diminution de tension, technique utilisée par une personne coupable, quand il n’y a rien plus d’un symptôme de l’autisme.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: mémoire

Les enquêteurs devraient comprendre que la personne autiste peut avoir des compétences, en terme de mémoire, hautement développées. L’autiste interrogé peut ainsi affirmer des choses qu’il a entendu, et qu’il se contente de répéter. Cette compétence peut leur permettre d’assimiler, et de régurgiter les données rapidement. Les autistes peuvent aussi développer un système sophistiqué d’écholalie, répétant en écho les mots des autres. Par exemple, la personne autiste peut mémoriser les allégations de personnes entendu sur les lieux, les faits fournis par inadvertance par un officier, et les détails de certains faits apparaîtront comme une preuve. La personne autiste peut fournir de très convaincantes fausses déclarations, ou de faux aveux

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: l’interrogateur en tant que figure d’autorité

Les personnes atteintes d’autisme peuvent avoir appris à se tourner vers des figures d’autorité, tout au long de leur vie, pour prendre des décisions importantes dans leur vie. Elles ont ainsi appris à leur faire confiance, partant du fait qu’une personne dépositaire de l’autorité a toujours raison. Les personnes souffrant d’autisme peuvent alors se voir embrouiller lors d’un interrogatoire.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: Friendly-Unfriendly

Bien qu’ils peuvent ne pas avoir eu d’ami, cela ne les empêchera de continuellement essayer […] Les techniques d’interrogation des enquêteurs ont le potentiel de produire de faux aveux de ces personnes autistes}, comme le rappelle Inbau et al (1967). La personne autiste peut involontairement donner à un interrogateur l’impression qu’il ou elle est apathique.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: Pauvres menteurs

Un interrogateur peut chercher des informations en mentant, lors d’une infraction présumée. La personne autiste peut essayer de répondre à ce nouvel ami, ou à cette figure d’autorité, en apportant la réponse qui serait celle que l’interrogateur attend.

Lorsqu’on lui a demandé s’il ou elle a déjà pensé à commettre le
infraction en question, un autisme – même innocent – peut répondre « oui' », par opposition au « non » attendu pour une personne innocente.

Inbau, F. E. & Reid, J. E. (1967). Criminal interrogation and confessions. Williams & Wilkins Editor.

Autism: a guide for criminal justice professionals (5)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 5, Questionner un personne souffrant d’autisme

Le stress et l’anxiété menant à l’entrevue

Sachez que les personnes atteintes d’autisme trouvent les changements dans leurs routines très difficiles à gérer.
Même les événements prévus, comme un entretien avec un avocat, peut être très stressant pour eux. Une personne peut aussi être extrêmement anxieuse dans un environnement étranger, comme une salle d’audience, ou une salle d’attente.

Certaines personnes atteintes d’autisme sont hypersensibles, au bruit et à la lumière, tandis que d’autres ont peur des foules. Ils ont souvent de la difficulté à attendre leur tour, ou pour comprendre les conventions sociales telles que les files d’attente. Une personne peut être incapable de tolérer une telle expérience, l’anxiété qui y est associée pouvant la conduire à devenir agitée ou perturbée. Si l’anxiété augmente, ils peuvent même se déchaîner.

Difficultés de compréhension

Les personnes souffrant d’autisme sont susceptibles d’avoir du mal à comprendre ce qu’on leur dit, et peuvent lutter pour maintenir une véritable conversation bidirectionnelle; c’est encore plus probable quand ils sont stressés. Même ceux qui ont apparemment un discours expressif sont susceptibles de lutter avec la communication non-littérale comme le sarcasme, ou des blagues. Ils prennent souvent ce qu’on leur dit complètement littéralement – ainsi par exemple, si on leur donne rendez-vous à 14 heures, ils s’attendre à voir rendez-vous précisément à ce moment-là, et pas à 14 heures et une minute.

Guide pour le processus d’entrevue

Il peut ne pas être possible de rassembler toutes les informations dont vous avez besoin au cours d’une entrevue. Il pourrait être nécessaire de tenir plusieurs sessions afin de construire une forme de familiarité avec la personne. Si possible, parlez aux parents, aux soignants ou aux professionnels impliqués avec eux, comme leur psychiatre, pour obtenir des conseils sur la meilleure façon de les interroger. En outre, il peut être nécessaire de demander l’avis d’un travailleur psychologue ou sociale qui se spécialise dans le domaine de l’autisme. Le soutien d’un « adulte approprié » pour un enfant (ou un adulte) souffrant d’autisme est souvent essentiel pour aider le processus. Il sera utile de garder l’entrevue aussi courte que possible. Un enfant autiste peut ne pas être en mesure de se concentrer plus longtemps que 10 à 15 minutes (au plus). Les conseils suivants vous aideront également au cours de l’entrevue elle-même.

Maintenir l’environnement aussi calme que possible

  • La personne peut être plus détendue si elle est interrogée dans un endroit familier, avec une personne qu’elle connaît
  • S’il est connu, expliquer combien de temps l’entrevue va durer, et ce qui arrivera à la fin. Lorsque les procédures judiciaires le permettent, utiliser des vidéos pour répondre aux besoins des personnes autistes qui apportent des preuves.
  • Assurez-vous qu’il n’y a pas de bruits de fond qui pourraient fournir une distraction pendant l’entrevue.
  • Les enfants – et certains adultes – souffrant d’autisme sont souvent attachés à un objet particulier, comme un morceau de ficelle. L’enfant ou l’adulte peuvent souhaiter garder l’objet à porté de main lors de l’entrevue. La recherche suggère que, parfois, cet objet les aide à se concentrer, et retirer l’objet peut causer une détresse inutile.

Tenue de l’entrevue

  • Parlez calmement, de votre voix naturelle, en gardant une langue aussi simple et claire que possible. Utilisez seulement des mots nécessaires.
  • Essayez de ne pas exagérer votre expression faciale ou le ton de la voix, car cela peut être mal interprété.
  • Evitez les gestes autant que possible, car ils peuvent être une distraction. Si les gestes sont nécessaires, les accompagner avec des déclarations sans ambiguïté, ou des questions qui précisent leur signification.
  • Utilisez le nom de la personne au début de chaque question afin qu’ils sachent de qui on parle.
  • Préparer la personne aux questions qui pourraient suivre. Par exemple, « John, je vais vous poser une question ».
  • Donner du temps pour que la personne puisse répondre; ne pas supposer qu’un silence signifie qu’il n’y a pas de réponse à venir.
  • Évitez les questions ouvertes: les questions fermées sont plus susceptibles d’être comprises. Par exemple, demander à une personne avec autisme « peux-tu me dire ce que tu as vu hier » sera trop vague. La personne souffrant d’autisme peut ne pas être en mesure de juger exactement ce que l’enquêteur a besoin de savoir. Une meilleure approche serait de demander « Dis-moi ce que tu as vu arriver dans le centre commercial à environ 10 heures ».
  • Les personnes atteintes d’autisme ont une compréhension très littérale de la langue. Évitez d’utiliser l’ironie ou le sarcasme.
    Accompagnez les questions d’aides visuelles ou de supports. Les personnes souffrant d’autisme comprennent souvent mieux des informations visuelles que les mots.

Les réponses de l’accusé

  • Laissez à la personne un temps de réflexion supplémentaire pour répondre à chaque question. Les personnes atteintes d’autisme prennent souvent plus de temps pour traiter l’information. S’il n’y a pas de réponse du tout, essayez de reformuler la question. Une personne autiste est peu probable d’être en mesure de vous informer quand ils ne comprennent pas ce que vous avez demandé.
  • Les autistes peuvent avoir des compétences linguistiques plus expressives que réceptives. Aussi, soyez conscients du fait qu’ils peuvent ne pas comprendre pleinement ce qui leur est dit. Certaines personnes atteintes d’autisme font de l’écholalie: ils peuvent faire écho et répéter les mots des autres sans comprendre le sens de ces mots.
  • Ne vous attendez pas à ce que la personne établisse un contact visuel lors de l’entrevue. Rappelez-vous que les personnes autistes peuvent parler d’une voix monotone, et utiliser un langage très guindée.
  • Dans certains cas, les personnes souffrant d’autisme peuvent apparaître comme têtues ou belligérantes. Alternativement, ils peuvent sembler être en accord avec les suggestions de l’enquêteur ou à des déclarations qui sont fausses. Ils ne peuvent pas comprendre les conséquences de cette action.

Pour ceux qui sont détenus en garde à vue

Les personnes atteintes d’autisme qui sont détenues en garde à vue doivent être prises en charge. S’ils sont laissé sans surveillance, certains peuvent réagir à une garde à vue par de l’automutilation, ce qui se traduit par le fait de se mordre ou se piquer des parties de leur corps, ou de se cogner la tête contre un mur.

Les personnes atteintes d’autisme devraient avoir accès à un professionnel qui comprend leur handicap, pourraient fournir des conseils et expliquer leurs besoins; un adulte approprié peut également être nécessaire au cours du processus d’interrogatoire. Famille et aidants devraient être consultés à l’appui.

Autism: a guide for criminal justice professionals (4)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 4, Communiquer avec une personne autiste

Une personne autiste trouvera souvent des situations inattendues, ou inhabituelles, très difficiles à vivre. Les points suivants seront utiles aux professionnels du monde judiciaire souhaitant communiquer avec quelqu’un souffre d’autisme.

Garder la situation calme:

  • Ne pas tenter d’arrêter la personne de faire des mouvements répétitifs, car cela peut parfois être une stratégie auto-calmante, et les mouvements peuvent s’arrêter une fois que les choses ont été expliquées clairement.
  • Les personnes atteintes d’autisme peuvent porter un objet qui les rassure, comme un morceau de ficelle ou un papier. Son retrait peuvent engendrer anxiété et détresse.
  • Si des sirènes ou des feux clignotants peuvent se mettre en marche, désactivez-les pour éviter la panique, ou la distraction.
  • Si possible, et si la situation est dangereuse, voire mortelle, essayez d’éviter de toucher une personne avec l’autisme, car ils peuvent réagir avec une extrême agitation en raison de leur sensibilité accrue et aiguë.
  • Les autistes peuvent avoir une réponse inhabituelle à la douleur et ne pas signaler des blessures. Vérifiez son état de santé d’une manière aussi non-invasive que possible.

Lignes directrices pour une communication efficace

  • Les autistes comprennent souvent mieux des informations visuelles que des mots parlés. Il peut ainsi être utile d’utiliser des aides visuelles, comme des dessins ou des photos, pour expliquer à la personne ce qui se passe. S’ils peuvent lire, il peut être utile de mettre vos informations par écrit et de lui demander de les lire
  • Pour préparer la personne, expliquer clairement la situation dans laquelle ils se trouvent
  • Essayez d’éviter de crier sur la personne autiste. Gardez un langage clair, concis et simple: utiliser des phrases courtes et des commandes directes.
  • Prévoyez du temps pour que la personne puisse répondre. Les personnes atteintes d’autisme peuvent prendre beaucoup de temps pour digérer l’information avant de répondre, il ne faut pas passer à une autre question trop rapidement.
  • Renforcez les gestes lors d’une déclaration pour éviter tout malentendu.
  • Si vous connaissez le nom de la personne, utilisez le au début de chaque phrase afin qu’ils sachent de qui vous parlez}. Donner des instructions claires, lentes et directes.
  • Évitez d’utiliser le sarcasme, les métaphores ou l’ironie. Les personnes atteintes d’autisme peuvent prendre les choses littéralement, causant d’énormes malentendus. Evitez d’utiliser de locutions qui pourraient embrouiller quelqu’un qui interprète le langage littéralement (comme « did you change your mind? »).
  • Assurez-vous que les questions soient directes, claires et précises pour éviter toute confusion. Une personne autiste peut répondre à votre question sans comprendre l’implication de ce qu’ils disent, ou penser que c’est ce qu’ils sont censés répondre. Si une personne autiste se voit demander « Vous avez fait cela, non? » ils peuvent répondre « Oui » sans préciser s’il réponde au « non » interrogatif, ou à la première partie, affirmative.

Les réponses de la personne autiste

  • Ne vous attendez pas une réponse immédiate lorsque vous posez une question ou lorsqu’une instruction est donnée, la personne souffrant d’autisme ayant parfois besoin de temps pour les traiter. Donner à la personne au moins dix secondes pour répondre
  • Si une personne souffrant d’autisme répond par écholalie (c’est à dire en répétant la question), il est important de ne pas interpréter cela comme une marque d’insolence: vérifiez que la question a été posée assez clairement.
  • Un évitement de contact visuel de la personne avec autisme ne devrait pas être interprété comme de la grossièreté ou une cause de suspicion.
  • Les autistes peuvent ne pas comprendre la notion d’espace personnel. Ils peuvent envahir votre espace personnel, ou peuvent eux-mêmes besoin de plus d’espace personnel que la personne moyenne.

 

Autism: a guide for criminal justice professionals (3)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 3, Personnes atteintes d’autisme
et le système judiciaire criminel

Les personnes atteintes d’autisme sont vulnérables en raison de leurs difficultés sociales et de communication, de sorte qu’ils ont un besoin particulier pour la compréhension, et un soutien approprié face à la justice pénale. Faire un `911′ (appel d’urgence) pourrait être très difficile pour quelqu’un souffrant d’autisme, comme faire une déclaration à un agent de police à la suite d’un cambriolage. Les implications plus larges de la situation ne peut pas être évident pour eux et ils ne peuvent pas comprendre le type d’information qu’ils ont besoin pour donner.

Un manque de compréhension de l’autisme peut conduire à ce que leur comportement soit interprété comme un comportement fautif. \hil{Les personnes atteintes d’autisme sont souvent inconscients des conséquences de leurs actes ou l’effet de leur comportement sur les autres parce qu’ils ne font pas instinctivement un lien de cause à effet}. Certains peuvent afficher un comportement extrême dans certaines circonstances, résultant souvent de leur niveaux élevé d’anxiété. Par conséquent, un soutien approprié est nécessaire pour répondre aux besoins propres de chaque personne.

Voici quelques autres exemples des types de situations qui peuvent amener des gens souffrant l’autisme à entre en contact avec un professionnel de la justice pénale

Malentendus et indices sociaux: Beaucoup de personnes atteintes d’autisme éprouvent des difficultés à établir un contact visuel. Dans certains cas, il sera éphémère ou totalement inexistant. Dans d’autres cas, le contact visuel peut être prolongé, voire intrusif. Cela a conduit devant la justice un jeune homme autiste qui regardait fixement et intensément la clôture d’un voisin.

Naïveté sociale: La naïveté sociale conduit parfois des personnes atteintes d’autisme faire des approches sociales inappropriées; par exemple, ils peuvent se tenir très près d’une autre personne, et faire intrusion dans l’espace personnel de cette personne. Certaines personnes atteintes d’autisme, préoccupées par ce qui est la bonne chose à faire, peuvent parfois répondre à une situation d’une manière que d’autres trouvent difficile à interpréter. Par exemple, après avoir suivi un cours au sujet de la sécurité routière, un jeune autiste a été surpris à crier des instructions à des personnes qui souhaitaient traverser à un feu proche de sa maison. Des personnes atteintes d’autisme, souhaitant faire partie d’un groupe social, et incapables de lire les motifs d’autres personnes, ont parfois été dupées en agissant comme complices involontaires dans des vols.

Isolement social: Le comportement de certaines personnes atteintes d’autisme peut apparaître comme étrange voire excentrique. Ils peuvent sembler être isolés socialement, ce qui les rend particulièrement vulnérables à l’intimidation. Dans un cas, un jeune homme souffrant d’autisme a été attaqué dans un train par un gang, et dépouillé de son téléphone mobile. Toutefois, en raison de ses difficultés de communication, la police est venue à la conclusion qu’il serait un témoin peu fiable, et la plainte a été abandonnée. Un autre adolescent avec le syndrome d’Asperger est devenu la proie de harcèlement par la famille d’un voisin. Une fois, ils ont appelé la police quand ils l’ont vu écrire son nom avec du sel dans l’allée, alors qu’il copiait ce qu’il avait vu dans un programme de télévision pour enfants.

Comportement inhabituel: Des changements inattendus, tels que des retards des trains, peuvent être si pénible pour une personne autiste qu’ils peuvent réagir de manière agressive. A l’inverse, une personne peut exprimer une joie profonde pour quelque chose apparemment insignifiant dans un lieu public, ce qui pourrait alerter les gens autours. Un jeune homme autiste, incapable de faire face facilement à un changement dans son itinéraire, a réagi d’une manière forte, jurant abondamment, le jour où son arrêt d’autobus habituel a été déplacé temporairement. Un autre homme, frustré par d’autres en ignorant les règles de stationnement, a entrepris de frapper sur des voitures mal garées, causant des dommages (criminels). Une fois, un homme de 50 ans, si heureux d’avoir obtenu une nouvelle carte de crédit a sauté sur place, parlant à haute voix et riant en permanence. Absorbé dans ses pensées, il sortit dans la rue et a provoqué un accident.

Intérêts obsessionnels: Les personnes atteintes d’autisme sont souvent si simple d’esprit au sujet de leur intérêt spécifique qu’ils peuvent ne pas être conscients de l’effet que leurs actions pourraient avoir sur les autres, ou que ces actions pourraient les amener à se mettre en danger. Une personne peut aussi ne pas se rendre compte que, en agissant d’une manière inappropriée, ils ont peut-être commis un crime. Une fille de 5 ans, autiste, était fascinée par les pantalons en cuir, et approchait des gens portant de tels pantalons, en essayant de les toucher. Cette obsession a continué durant son adolescence et l’a conduit dans des situations la rendant très vulnérable. Un autre enfant avec l’autisme, fasciné par les camions de pompier, mis le feu dans des poubelles publiques, de manière à voir les pompiers arriver et éteindre l’incendie. Un homme, obsédé par les trains, a pris le contrôle d’une locomotive à vapeur à une gare et est parti avec; tandis que l’intérêt et l’habileté avec les ordinateurs ont conduit à une autre personne souffrant d’autisme à pirater des systèmes informatiques.

Fuite: Certaines personnes atteintes d’autisme, enfants ou adultes, sont enclins à fuir quand ils sont laissés sans surveillance, ou lorsque les soignants sont occupés ailleurs. Il est difficile de comprendre pourquoi ils font cela: il est possible qu’une personne ne sache pas qu’elle devait rester là où elle était. Certains ont peut-être joué à cache-cache dans la cour de l’école, sans se rendre compte qu’une situation particulière était différente de l’école, et attendent que quelqu’un va venir les trouver. D’autres peuvent chercher un endroit, ou une activité, avec leur intérêt spécifique. De telles situations peuvent conduire à des dangers tant pour la personne souffrant d’autisme que pour les autres, et peuvent parfois amener les gens à entrer en contact avec la police. Les gens souffrant d’autisme, souvent, ne reconnaissent pas le danger de leurs actions. Ils ne peuvent pas, par exemple, observer les limites, peuvent courir au milieu de la circulation, entrer dans le jardin d’un voisin, pénétrer dans des véhicules non fermés, voire chez des gens. Les sources d’eau telles que les étangs, les fontaines, les rivières et les canaux peuvent être particulièrement fascinantes, et donc dangereuses.

Autism: a guide for criminal justice professionals (2)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 2, Pourquoi il est important de savoir si une personne souffre d’autisme

Toutes les personnes atteintes d’autisme peuvent éprouver des difficultés avec la communication et l’interaction sociale, et peuvent développer des intérêts obsessionnels forts. Ils peuvent aussi avoir des difficultés sensorielles, et des problèmes de coordination. Les personnes atteintes d’autisme souffrent souvent de niveaux élevés d’anxiété en raison de leur incapacité à donner un sens à ce qui se passe autour d’eux.

Les personnes atteintes d’autisme qui entrent en contact avec le système de justice pénale sont davantage susceptibles d’être des autistes de haut niveau, ou souffrant du syndrome d’Asperger, car ils ont généralement plus d’indépendance que ceux dont l’autisme est accompagné de graves difficultés d’apprentissage.

Cependant, la maîtrise de la langue parlée par une personne souffrant d’autisme de haut niveau, ou du syndrome d’Asperger, ne reflète pas nécessairement leur véritable niveau de compréhension ou de conscience sociale. Leur indépendance apparente peut masquer leur incapacité sociale: de nombreuses personnes atteintes d’autisme sont souvent perplexes face à ce qui se passe autour d’eux, et peuvent être des personnes vulnérables.

Les autistes ne comprennent pas toujours les conséquences de leurs actions, ou les motivations des autres. En raison de leurs difficultés avec l’imagination sociale, de problèmes avec la flexibilité de la pensée, et une tendance à un comportement obsessionnel et répétitif, une personne souffrant d’autisme peut ne pas avoir de difficultés à apprendre de l’expérience passée. Ils trouveront qu’il est souvent difficile de comprendre comment les autres perçoivent leurs actions, ainsi que de transférer intuitivement leurs expériences d’une situation à une autre. En conséquence, \hil{certains peuvent devenir des victimes, ou répéter leur comportement tant qu’un soutien ne leur est pas offert, avec une intervention appropriée}.

Les personnes atteintes d’autisme trouvent souvent que les situations inattendues sont extrêmement difficiles à gérer. Dans ce cas, ils sont intimidés, ils ne savent pas comment réagir, et ce sera alors pour eux de plus en plus anxiogène. Parfois, les gens atteints d’autisme sont impliqués dans une activité qui alarme les autres, ou qui enfreint la loi, et cela pourrait bien ne pas être intentionnel.

Si le comportement d’une personne autiste est devenue inacceptable, il peut ne pas être facile de le faire changer à la suite d’un avertissement, sauf si cela est accompagné par un soutien ou par une intervention particulière. Les gens atteints d’autisme trouvent qu’il est difficile de généraliser et d’adapter l’apprentissage d’une situation à une autre. Il est important de veiller à ce que la personne avec autisme comprenne bien les conséquences de ses actions et l’impact que son comportement peut avoir sur les autres. Les sections suivantes aideront les professionnels de la justice pénale dans leur approche de personnes atteintes d’autisme s’ils en rencontrent dans le cadre de leur travail.

Autism: guide for criminal justice professionals (1)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 1, qu’est-ce que l’autisme

L’autisme (tout comme le syndrome d’Asperger) est un trouble permanent du développement qui affecte la manière dont une personne communique et se rapporte à d’autres personnes. Il affecte également la façon dont il donne sens au monde qui l’entoure. On parle de spectre autistique, ce qui signifie que, même si toutes les personnes atteintes d’autisme éprouvent des difficultés, elles seront affectées de différentes façons. Certaines personnes atteintes d’autisme sont capables de vivre une vie relativement indépendante, mais d’autres peuvent avoir besoin de soutien spécialisé tout au long de leur vie. Les personnes atteintes d’autisme peuvent faire preuve de sur- ou sous-sensibilité aux sons, au toucher, aux goûts, aux odeurs, à la lumière ou à certaines couleurs.

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme. Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont souvent d’intelligence moyenne ou supérieure à la moyenne. Ils ont moins de problèmes d’élocution, mais peuvent encore avoir des difficultés avec la compréhension et le traitement du langage.

On estime qu’il y a 500 000 (environ 1 sur 100) personnes autistes
au Royaume-Uni, mais beaucoup, en particulier les adultes atteints du syndrome d’Asperger, peuvent ne pas avoir été diagnostiquées comme tel (ou sont mal diagnostiqués, souvent avec une autre condition, comme la schizophrénie).

Les personnes atteintes d’autisme, y compris ceux atteints du syndrome d’Asperger, partagent une difficulté à comprendre le monde autour d’eux. Une personne autiste montrera certaines des caractéristiques suivantes.

Interaction sociale: Il ou elle peut:

  • sembler être indifférent aux autres ou socialement isolées
  • être incapable de lire les indices sociaux
  • se comporter d’une manière qui peut sembler inappropriée ou étrange
  • sembler manquer d’empathie
  • éviter le regard

La communication sociale: Il ou elle peut:

  • avoir de la difficulté à comprendre le ton de la voix,
    les intonations, les expressions du visage
  • faire une interprétation littérale d’un discours métaphorique (l’expression `avoir un chat dans la gorge‘ serait alarmante pour une personne autiste)
  • trouver qu’il est difficile de tenir une conversation dans les deux sens
  • devenir agité, ou entêté
  • apparaître comme plus conforme et acceptant des choses qui ne sont pas vraies
  • utiliser un langage formel, guindé ou pédant
  • avoir une faible concentration et de pauvres compétences d’écoute
  • être honnête, paraître brusque ou grossier.

Imagination sociale: Il ou elle peut:

  • avoir de la difficulté à prévoir les conséquences de ses actedevenir extrêmement anxieux à cause d’événements imprévus, ou des changements de routine
  • sur-réagir à des infractions commises par d’autres personnes en trouvant cela injuste
  • avoir souvent des intérêts particuliers spéciaux, qui peuvent devenir des obsessions
  • trouver qu’il est difficile d’imaginer le point de vue d’une autre personne, ou faire preuve d’empathie.

Adolescents with Asperger’s Syndrome Who are Sexually Abusive

Source: Frances Ray, Christina Marks & Helen Bray-Garretson (2004) Challenges to Treating Adolescents with Asperger’s Syndrome Who are Sexually Abusive, Sexual Addiction & Compulsivity. The Journal of Treatment & Prevention, 11:4, 265-285.

Les critères de diagnostic classiques du syndrome d’Asperger observables pendant l’adolescence comprennent:

  • un manque de réciprocité sociale et émotionnelle
    une incapacité à développer des relations appropriées avec les pairs
  • un comportement stéréotypé et répétitif
  • des préoccupations ayant pour objet des intérêts particuliers
  • une altération marquée de l’utilisation et l’interprétation des divers comportements non-verbaux
  • une difficulté à reconnaître, à exprimer, et à contrôler des états affectifs.

Dans la plupart des cas, les enfants avec un syndrome d’Asperger, ou souffrant d’autisme de haut niveau, sont très attachés à leurs parents. Ils peuvent également développer de la confiance envers des personnes qui prennent soin d’eux. Cette sécurité auprès des parents persiste généralement à l’adolescence, et il n’est pas rare que l’adolescent souffrant du syndrome d’Asperger idéalise ses parents. Les parents représentent une ressource importante pour la compréhension.

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger peut avoir un comportement insistant et persévérant, y compris sur des problèmes jugés insignifiants. Cette insistance peut se manifester par un refus de prendre « non » pour réponse. Les spécialistes reconnaissent que ces comportements peuvent être des expressions d’une détresse qui accompagne des situations ambiguës ou nouvelles. Attwood (2006) note que ces personnes peuvent avoir besoin de ritualiser leur quotidien par des routines

Il y a un risque sérieux qu’un adolescent souffrant du syndrome d’Asperger, ayant eu un comportement sexuel inapproprié, puisse être étiqueté comme un délinquant sexuel, ou pire encore comme « déviants ». Cette expérience qui ne servirait qu’à aggraver les difficultés sociales et émotionnelles, auquel il est déjà confronté. Il est plus difficile de faire accepter que le trouble autistique soit la cause d’un comportement sexuel inapproprié que de supposer la présence d’une motivation sexuelle abusive}.

En ce qui concerne l’imitation, des problèmes surviennent lorsque l’adolescent voit un acte sexuelle impliquant des adultes, et essaie de copier ce comportement avec ses pairs. Un adolescent se sent peut-être excité sexuellement par une certaine image vue dans des magazines ou sur des internet, et aura entendu
ses pairs parler de « se branler », alors ils essaient de se masturber. Mais souvent, ils ne le font pas au moment approprié.

Le comportement sexuel inapproprié devient un problème en ce qui concerne le choix du partenaire, lorsque l’adolescent Asperger tente d’établir des liens, interprétant des informations et des comportements […] Les adolescents Asperger ne peuvent pas faire la distinction entre la bonté et de l’attraction. Ils considèrent comme `meilleurs amis’ des camarades de classe qui sont gentils, pour eux, et dans le sens contraire ils considèrent comme des ennemis des camarades de classe qui les ont taquiné ou critiqué. Ils ont des difficultés à identifier ce qui serait un signal pour flirter, sous oublier leur maladresse.

Il faut comprendre que les adolescents souffrant du syndrome d’Asperger ne traitent pas les indices sociaux de la même manière que les enfants neurotypiques. Ils ne comprennent pas comment adapter des pulsions sexuelles dans un contexte de relations interpersonnelles. Ils doivent être en mesure de discuter des valeurs sexuelles et de rencontres entre amis. Quand ils agissent de manière sexuellement abusives ou inappropriées, contrairement à des mineurs délinquants classiques, ils peuvent agir de manière normale. Il faut un clinicien astucieux pour trouver la bonne histoire que l’adolescent souffrant du syndrome d’Asperger est en train de dire quand ils parlent des erreurs sexuelles qu’ils ont commises.

Les adolescents souffrant du syndrome d’Asperger ont des difficultés à traiter les émotions. Ils ne peuvent pas lire les signaux émotionnels des autres, et ils ne disposent pas d’un large vocabulaire affectif pouvant décrire leurs propres états internes. Ils sont le plus souvent « agacés » par leurs pairs, sans reconnaître la façon dont ils peuvent les gêner. Leur tristesse, ou les remords pour les infractions sexuelles qu’ils ont commis, peut sembler mince ou éphémère, alors qu’ils peuvent être profondément touchés. La mesure de leur empathie est différente de celle avec leurs pairs neurotypiques. Il est important d’enseigner à l’adolescent comment reconnaître les caractéristiques faciales, les indices non verbaux du corps, et les tons de voix qui traduisent certaines catégories émotionnelles.

Attwood, T. (2006) The Complete Guide to Asperger’s Syndrome. Jessica Kingsley Publishers.

High functioning autism and vulnerabilities during interrogative interview

Source: Alice S. North, Ailsa J. Russell & Gisli H. Gudjonsson, (2008). High functioning autism spectrum disorders: an investigation of psychological vulnerabilities during interrogative interview. The Journal of Forensic Psychiatry & Psychology, 19:3, 323-334,

La suggestibilité interrogative} est définie comme étant le degré suivant lequel une personne en vient à accepter et subséquemment à incorporer des informations post-événement à sa mémoire des souvenirs, Powers et al. (1979) ou Gudjonsson et al. (1986). La  conformité est elle définie comme la tendance de l’individu à aller de pair avec les propositions, les demandes, ou des instructions, pour un certain gain instrumental immédiat.

En terme de vulnérabilité au cours des interrogatoires, les individus autistes à haut potentiel peuvent ne pas avoir été reconnus immédiatement vulnérables par la police, à cause d’une utilisation apparemment convenable de la langue. Cependant, ces derniers peuvent faire face à des difficultés considérables dans la compréhension et l’adaptation avec les exigences de la police, et peut également connaître des niveaux élevés de détresse, compte tenu du contexte de situation sociale fermée d’un interrogatoire. Par définition, ce groupe va avoir de la difficulté à décoder les aspects de la vie sociale, en particulier les aspects impliquant des moyens non verbaux de la communication. En ce qui concerne les facteurs de risque connus de vulnérabilité lors de son interrogatoire, il existe des preuves que les déficits de mémoire peuvent être présents dans les groupes d’autistes à haut potentiel, Bowler et al. (1997). Blackshaw et al. (2001) ont suggéré que les autistes à haut potentiel peuvent se montrer plus suspicieux ou méfiants vis à vis des autres. Cela peut les aider à remettre en question et résister aux demandes de police et de se présenter aussi rigide et inébranlable dans leur réponses.

Les autistes à haut potentiel peuvent être plus désireux de plaire ou d’éviter le conflit et la confrontation, et peut donc répondre docilement à la demande ou aux suggestions des autres, sans être nécessairement d’accord. Ce comportement, s’il n’est pas connu par l’enquêteur, peut jouer au désavantage d’un suspect. Dans le pire des cas, ce comportement peut conduire à une déclaration erronée et auto-incriminante, comme l’a montré Gudjonsson (2003).

Blackshaw, A.J., Kinderman, P., Hare, D.J., & Hatton, C. (2001). Theory of mind, causal attribution and paranoia in Asperger Syndrome. Autism, 5, 147–163.

Bowler, D.M., Matthews, N.J., & Gardiner, J.M. (1997). Asperger’s
syndrome and memory: Similarity to autism but not amnesia. Neuropsychologia, 35, 65–70.

Gudjonsson, G.H. (2003). The psychology of interrogations and confessions: a handbook. Wiley.

Gudjonsson, G.H., & Clark, N.K. (1986). Suggestibility in police interrogation: A social, psychological model. Social Behaviour, 1, 83–104.

Powers, P., Andriks, J. L. & Loftus, E. F. (1979) . Eyewitness accounts of females and males. Journal of Applied Psychology, 64, 339-347.

Autisme: la psychanalyse touche-t-elle le fond?

Source: Peggy Sastre (2012) Autisme: la psychanalyse touche-t-elle le fond? Slate.

Depuis plus de 30 ans, la communauté scientifique internationale reconnaît l’autisme comme un trouble neurologique entraînant un handicap dans l’interaction sociale. En France, la psychiatrie, qui est très largement dominée par la psychanalyse, ignore résolument ces découvertes (source).

Durant ses premières années nosographiques, l’autisme était ainsi considéré comme un trouble n’affectant qu’un nombre relativement faible de personnes partageant un ensemble distinctif d’anormalités comportementales, en particulier d’importants retards dans l’acquisition du langage, des capacités cognitives en général réduites et une absence caractéristique de contacts sociaux. Mais dans les années 1980, ce concept explose avec l’introduction du spectre autistique, qui montre que l’autisme concerne aussi des personnes qui parlent normalement ou ne souffrent pas de troubles dans l’apprentissage, mais qui ont néanmoins certaines difficultés à socialiser et à communiquer avec autrui.

Aujourd’hui, l’une des classifications de référence, la classification internationale des maladies (CIM-10) publiée par l’Organisation mondiale de la santé, parle de troubles envahissants du développement (TED) et les définit comme « un groupe de troubles caractérisés par des altérations qualitatives des interactions sociales réciproques et des modalités de communication, ainsi que par un répertoire d’intérêts et d’activités restreint, stéréotypé et répétitif« . Les dernières données épidémiologiques indiquent qu’au moins une personne sur 100 souffrirait d’une forme quelconque d’autisme, ce qui dépasse de loin les précédentes estimations, Baird et al. (2006). Fin mars 2012, le CDC américain revoyait encore ces statistiques à la hausse, en faisant état d’1 enfant sur 88 touché par une forme autistique quelconque (source).

Face à cette hétérogénéité, le consensus scientifique envisage désormais « des » autismes avec diverses trajectoires de développement et de multiples processus biologiques sous-jacents.
Mais, traditionnellement, la psychanalyse refuse d’envisager une telle base matérielle. Ainsi, en 1950, Bruno Bettelheim, psychanalyste et pédagogue, attribue-t-il l’autisme à une mauvaise relation de l’enfant à ses parents, et principalement à sa mère. Pour Bettelheim, s’appuyant sur les cas des petits Joe, Laurie et Marcia, un autiste est dans sa famille comme un déporté dans un camp: l’autisme n’a rien d’organique, il est « un état mental se développant en réaction au sentiment de vivre dans une situation extrême et entièrement sans espoir ». Purement « réactif », il est fondamentalement causé par le souhait inconscient d’une « mère frigidaire » d’exterminer son enfant. Un enfant qui a intériorisé l’idée que le monde s’en porterait bien mieux s’il n’existait pas et qui choisit de s’enfermer dans une forteresse vide –un univers hermétique sans vie, sans lien et sans communication possible avec l’extérieur. Fort de ce concept, Bettelheim crée à Chicago une « école orthogénique », qui se donne comme objectif de se substituer à l’environnement parental destructeur […] Dès le début des années 1980, les familles de patients de Bettelheim et de ses disciples s’organisent et créent des associations, dénoncent ses pratiques d’isolement familial et en appellent à des prises en charge validées scientifiquement. A sa mort, en 1990, la parole se libère davantage: d’anciens patients et collègues le décrivent comme un tyran ne supportant pas la contradiction, arrachant abusivement et autoritairement les enfants à leurs familles et… ayant inventé de toutes pièces les cas de guérison.

Aujourd’hui, à l’instar de Pierre Delion, beaucoup de psychanalystes estiment encore que Bettelheim est une « victime de l’histoire » et qu’il a réalisé un « travail de pionnier exemplaire ».

En février 2004, l’Inserm publiait, sur la base de plus de 1.000 études publiées dans la littérature scientifique internationale, une expertise collective (source) portant sur l’efficacité de trois types de psychothérapies: (1) la psychanalyse (et les thérapies dites « dynamiques ») (2) la thérapie familiale (3) les TCC. Elle concluait à une efficacité inférieure de la psychanalyse par rapport aux autres approches.

En ce début d’année [2012], deux autres gros coups ont été portés à la psychanalyse pour sa prise en charge de l’autisme, labellisé grande cause nationale 2012. Le 20 janvier, le député UMP du Pas-de-Calais, Daniel Fasquelle, déposait une proposition de loi visant à « l’arrêt des pratiques psychanalytiques dans l’accompagnement des personnes autistes, la généralisation des méthodes éducatives et comportementales, et la réaffectation des financements existants à ces méthodes« (source). Le 8 mars, la Haute autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) publiaient leurs recommandations de bonne pratique (source) quant aux interventions éducatives et thérapeutiques concernant les enfants et les adolescents autistes. La psychanalyse y était officiellement désavouée, considérée comme « non-consensuelle », son niveau de preuve quant à son efficacité était jugé insuffisant et le packing, consistant à envelopper un autiste dans un linge humide et froid, puis de le réchauffer progressivement pour lui donner prétendument conscience de son environnement – une pratique que de nombreux spécialistes internationaux dénoncent comme barbare et ne reposant sur aucune donnée validée – y était formellement interdit, sauf à des fins de recherche, Spinney (2007).

Baird, G., Simonoff, E., Pickles, A., Chandler, S., Loucas, T., Meldrum, D., & Charman, T. (2006). Prevalence of disorders of the autism spectrum in a population cohort of children in South Thames: the Special Needs and Autism Project (SNAP). Lancet, 368, 9531, 210-215.

Spinney, L. (2007) Therapy for autistic children causes outcry in France.The Lancet, 370, 9588, 645-646.

Autism Spectrum Disorder and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here?

Source : Woodbury-Smith, M.R. & Dein, K. (2014) Autism Spectrum Disorder (ASD) and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here? J Autism Dev Disord  44:2734–2741

Pour les personnes autistes, leur forces verbales relatives peuvent masquer leur vulnérabilités socio-communicatives sous-jacentes, comme l’a montré Allen et al. (2008). Aussi, si une personne n’est pas reconnue autiste, elle peut être reconnue compétente au cours de la procédure. En réalité, ces personnes peuvent être influençables pendant les interrogatoires Maras et al. (2012a, 2012b) ou auront des difficultés à construire un récit de leur propre compte des événements. Par inadvertance, ils peuvent paraître arrogants ou désintéressés, ce qui peuvent influencer la façon dont ils sont traités par le système de justice pénale, Archer et al. (2013).

Une personne est responsable si elle a commis une infraction et en avait l’intention. On peut dire que certaines personnes atteintes de troubles du spectre autistique, par la nature de leur handicap socio-émotionnel, peuvent ne pas avoir les attributs qui sont nécessaires pour prendre des décisions de tous les jours, Freckelton et al. (2009). Sans la capacité d’empathie, une personne ne peut pas avoir la structure cognitive nécessaire pour inhiber un comportement inapproprié Blair (2001).

Les autistes à haut potentiel peuvent ne pas être immédiatement reconnaissables par la police. Si elles ne sont pas déjà été diagnostiquées, les personnes autistes sont alors vulnérables lors des interrogatoires, pour un certain nombre de raisons. En particulier, les particularités de la parole ou du comportement peuvent être simplement interprétés comme intentionnelle ou délibérée. De même, des difficultés à comprendre des questions ou des déclarations faites par d’autres, en particulier si elles impliquent l’utilisation de l’ironie, le sarcasme ou autrement inclure une signification quelque peu enveloppé, peut laisser la personne autiste confuse ou anxieuse.

Une personne ayant un trouble du spectre autistique peut également être influençable ou acquiescent. La notion d’acquiescement fait référence à une tendance à se mettre d’accord à ce qui est demandé ou dit parce que la personne pense que c’est ce qu’on attend d’eux. L’acquiescement se caractérise par un souhait de plaire aux autres, en disant ce qu’ils pensent que l’autre personne veut entendre, peut importe la réalité. Cela peut se produire si la personne interrogée souhaite arrêter l’entrevue aussi rapidement que possible, ou peut être motivé par un souhait d’être aimé par l’enquêteur. La suggestibilité est le terme généralement employé pour décrire l’acceptation non critique de l’information étant offerte, ou une sensibilité à l’information trompeuse. Par exemple, le style des questions de l’enquêteur (qui peut utiliser des questions fermées ou au contraire ouvertes) peuvent influer sur les réponses données. En outre, l’hypothèse est émise que \hil{les autistes ont une plus grande tendance à se reposer sur
indices linguistiques et sociaux immédiats, plutôt que sur la mémoire des événements.

Allen, D., Evans, C., Hider, A., Hawkins, S., Peckett, H., & Morgan, H. (2008). Offending behaviour in adults with Asperger syndrome. Journal of Autism and Developmental Disorders, 38, 748–758.

Archer, N., & Hurley, E. A. (2013). A justice system failing the
autistic community. Journal of Intellectual Disabilities and
Offending Behaviour, 4, 7.

Blair, R. J. R. (2001). Neurocognitive models of aggression, the
antisocial personality disorders, and psychopathy. Journal of
Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, 71, 727–731.

Freckelton, I. & List, D. (2009) Asperger’s Disorder, Criminal Responsibility and Criminal Culpability, Psychiatry, Psychology and Law Vol. 16, No. 1, March 2009, 16–40

Maras, K. L., & Bowler, D. M. (2012a). Brief report: Suggestibility,
compliance and psychological traits in high-functioning adults
with autism spectrum disorder. Research in Autism Spectrum
Disorders, 6, 1168–1175.

Maras, K. L. & Bowler, D. M. (2012b). Eyewitness testimony in
autism spectrum disorder: A review. Journal of Autism and
Developmental Disorders.

Autisme et syndrome d’Asperger

Sourcehttp://tonyattwood.com.au/books-by-tony-m/

Plusieurs travaux scientifiques examinant les différences de diagnostic à l’aide des tests neuropsychologiques n’ont pas identifié un profil distinct, qui aurait permis d’établir une discrimination entre les deux groupes, syndrome d’Asperger d’un côté et autiste à haut potentiel de l’autre, voir Manjiviona et al.  (1999), Millet & Ozonoff (2000) et Miller et al. (2000). En fait, la recherche et l’expérience clinique suggèrent qu’il n’y a pas de preuve claire que ces deux groupes soient différents. En réalité, leurs similitudes sont plus grandes que leurs différences. Nous semblons prendre, en particulier en Europe et en Australie, une vue dimensionnelle de l’autisme et le syndrome d’Asperger, plutôt qu’une approche catégorique, comme le rappelle Leekam et al. (2000). Ainsi, à l’heure actuelle, les deux termes peuvent être utilisés de manière interchangeable dans la pratique clinique.

Leekam, S. Sarah Libby, Lorna Wing, Judith Gould & Christopher Gillberg (2000). Comparison of ICD-10 and Gillberg’s Criteria for Asperger Syndrome. Autism, 4, 11.

Manjiviona, J. & Prior, M. (1999) Neuropsychological Profiles of Children with Asperger Syndrome and Autism. Autism. 3(4) 327–356.

Miller J.N. & Ozonoff S. (2000). The external validity of Asperger disorder: lack of evidence from the domain of neuropsychology.
J Abnorm Psychol. 109(2):227–238.

Miller J.N., South, M. & Ozonoff S. (2000).
DSM-IV-Defined Asperger Syndrome: Cognitive, Behavioral and Early History Differentiation from High-Functioning Autism, 4(1) 29–46.