Archives de catégorie : justice

Autisme et « offending behaviour »

Source: Gina Gómez de la Cuesta (2010) A selective review of offending behaviour in individuals with autism spectrum disorders
Journal of Learning Disabilities and Offending Behaviour, Volume 1 Issue 2, July 2010

Depuis l’article de Scragg & Shah (1994), plusieurs études ont été menées pour examiner la prévalence des TSA dans des milieux judiciaires sécurisés, avec l’hypothèse que le taux est plus élevé que dans la population générale. Hare et ses collègues (1999) ont examiné le nombre de personnes atteintes de TSA dans des hôpitaux sécurisés au Royaume-Uni: Ashworth, Rampton et Broadmoor. Au total, 31 personnes atteintes de TSA ont été retrouvées dans tous les hôpitaux, dont 21 avaient un diagnostic de syndrome d’Asperger, soit 67,7% de la population totale de ces prisons. Ashworth avait huit individus; Broadmoor 10; Et Rampton 13 personnes atteintes de TSA. Cela représente une estimation approximative de la prévalence de 1,6% et les résultats ont été interprétés comme étayant l’hypothèse selon laquelle il existe une surreprésentation des personnes atteintes de TSA, en particulier du syndrome d’Asperger, chez les délinquants dans des hôpitaux spéciaux au Royaume-Uni.

D’autres recherches portant sur les types de criminalité ont suggéré que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont plus susceptibles de commettre un incendie criminel (Wood et Smith, 1999), les infractions sexuelles (Kugmagami et Matsuura, 2009) Et al, 2006) que les autres crimes. Toutefois, pour confirmer les facteurs qui précipitent ou prédisposent une personne à commettre un type particulier de crime, d’autres études longitudinales prospectives à grande échelle sont nécessaires.

Howlin (1997) a proposé quatre raisons principales de comportement offensant et agressif chez les personnes atteintes du spectre autistique.

  1. naïveté sociale: les gens sur le spectre peuvent être menés dans des actes criminels par d’autres.
  2. Interruption des routines: les changements dans les circonstances quotidiennes peuvent provoquer un comportement agressif.
  3. Le manque de compréhension ou d’interprétation erronée des indices sociaux peut sous-tendre certains comportements antisociaux, notamment les infractions sexuelles.
  4. Les obsessions peuvent amener les gens à adopter des comportements antisociaux ou criminels.

Les individus atteints de TSA ont des déficits dans la «théorie de l’esprit» (Baron-Cohen, 1995), qui est la capacité d’attribuer des états mentaux et des croyances qui pourraient être différentes de la vôtre à d’autres personnes. La lecture des repères interpersonnels tels que le langage corporel, l’expression faciale et le ton de la voix et l’empathie avec d’autres personnes est donc difficile. Cela peut conduire à des comportements antisociaux et criminels chez certains individus (Baron-Cohen, 1988; Haskins & Silva, 2006; Schwartz-Watts, 2005). Les difficultés avec la «théorie de l’esprit» peuvent également être liées aux crimes sexuels en raison d’un manque de compréhension des signaux sociaux et d’une «cluelessness» lors d’interaction avec des partenaires potentiels. Le harcèlement en particulier peut être le résultat de ce malentendu des signaux sociaux (Stokes et al, 2007).

Les individus atteints de TSA ont également montré une faible cohérence centrale (Happe & Frith, 2006), qui est une tendance à se concentrer sur les détails plutôt que sur l’ensemble de l’image d’un événement. Cela peut rendre difficile pour les personnes atteintes de TSA de penser aux conséquences de leurs actes. Par exemple, Murrie et ses collègues (2002) ont décrit un homme atteint de TSA qui tentait d’obtenir la garde de son enfant. Il a tenté de tuer le psychologue qui effectuait l’évaluation de la garde parce qu’il craignait que l’évaluation ne soit défavorable. Il croyait que le fait de tirer sur le psychologue qui effectuait l’évaluation améliorerait ses chances de conserver la garde de son enfant, car cela signifierait que le tribunal ne recevrait pas l’évaluation défavorable.

Les personnes vivant avec le spectre autistique peuvent être particulièrement vulnérables à l’incompréhension et à l’intimidation au sein du système de justice pénale (Allen et al, 2008). Avant la déclaration de culpabilité, les personnes atteintes de TSA plus performantes, en raison de leur capacité intellectuelle, sont jugées aptes à être interrogées par la police plus souvent. Cependant, lors d’entrevues interrogatoires, les personnes atteintes d’AS pourraient être plus désireuses de satisfaire et de répondre aux demandes que les autres populations (North et al., 2008). Bien qu’ils semblent comprendre ce qui leur est demandé, leurs difficultés à comprendre un langage complexe peuvent signifier qu’ils ne le font pas. Leur propre utilisation de la langue peut être formelle ou plutôt tangentielle et ils peuvent utiliser des mots sans comprendre pleinement leur signification, rendant leurs déclarations ouvertes à une mauvaise interprétation (Freckleton & List, 2009). Être arrêté peut être extrêmement difficile pour les personnes atteintes de TSA, surtout quand il s’agit d’une contrainte physique qui peut être hautement aversive en raison de la sensibilité sensibles de cette population.

Beaucoup de personnes atteintes de TSA peuvent ne pas comprendre pourquoi elles font face à des accusations criminelles, surtout si elles n’apprécient pas les conséquences de leurs actes ou ne comprennent pas que leur comportement était faux (Murry et al., 2002). Cela soulève des questions de culpabilité criminelle comme si, en raison de leur TSA, les délinquants du spectre ne comprenaient pas que leur comportement était moralement mauvais, ils ne pouvaient pas être tenus criminellement responsables (Barry-Walsh & Mullen, 2004).

Baron-Cohen S (1995) Mindblindness: An essay on autism
and theory of mind. Boston: MIT Press/Bradford Books.

Baron-Cohen S (1995) Mindblindness: An essay on autism
and theory of mind. Boston: MIT Press/Bradford Books.

Barry-Walsh JB & Mullen PE (2004) Forensic aspects of
Asperger’s syndrome. Journal of Forensic Psychiatry &
Psychology 15 (1) 96–107.

Freckleton I & List D (2009) Asperger’s disorder, criminal
responsibility and criminal culpability. Psychiatry, Psychology
and Law 16 (1) 16–40.

Hare D, Gould J, Mills R & Wing L (1999) A Preliminary
Study of Individuals with Autistic Spectrum Disorders
in Three Special Hospitals in England. Kent: The
National Autistic Society at the Centre for Social and
Communication Disorders.

Haskins B & Silva A (2006) Asperger’s disorder and criminal
behaviour: forensic psychiatric considerations. Journal of
the American Academy of Psychiatry and the Law 34 (3)
374–384.

Howlin P (1997) Autism: Preparing for adulthood. London:
Routledge.

Kugmagami T & Matsuura N (2009) Prevalence of pervasive
developmental disorder in juvenile court cases in Japan.
Journal of Forensic Psychiatry & Psychology 20 (6) 974–987.

Murrie D, Warren J, Kristiansson M & Dietz P (2002)
Asperger’s syndrome in forensic settings. International
Journal of Forensic Mental Health 1 (1) 59–70.

Schwartz-Watts DM (2005) Asperger’s disorder and
murder. Journal of the American Academy of Psychiatry
and the Law 33 (3) 390–393.

Scragg P & Shah A (1994) Prevalence of Asperger
syndrome in a secure hospital. British Journal of Psychiatry
165 (5) 679–682.

Siponmaa L, Kristiansson M, Jonson C, Nyden A & Gillberg
C (2001) Juvenile and young adult mentally disordered
offenders: the role of child neuropsychiatric disorders.
Journal of the American Academy of Psychiatry and the
Law 29 420–426.

Stokes M, Newton N & Kaur A (2007) Stalking, and social
and romantic functioning among adolescents and adults
with autism spectrum disorder. Journal of Autism &
Developmental Disorders 37 1969–1986.

Woodbury-Smith M, Clare I, Holland A & Kearns A (2006)
High functioning autistic spectrum disorders, offending and
other law-breaking: findings from a community sample.
The Journal of Forensic Psychiatry & Psychology 17 (1)
108–120.

Justice et Autisme

Source: Nigel Archer and Elisabeth Ann Hurley, 2013
A justice system failing the autistic community. Journal of Intellectual Disabilities and Offending Behaviour

Les troubles du spectre autistique (TSA) sont un groupe de troubles du développement qui affectent la capacité d’une personne de donner un sens au monde. Les personnes atteintes de TSA peuvent avoir des problèmes de communication et d’interaction sociale, avoir des comportements répétitifs restreints et avoir des difficultés sensorielles (Levy et al., 2009). La théorie de l’esprit est la capacité de comprendre son propre état mental (comme les croyances, les désirs, etc.) et que d’autres peuvent avoir un état mental différent pour eux (Korkmaz, 2011). Les problèmes avec la théorie de l’esprit peuvent être l’une des raisons pour lesquelles les personnes autistes finissent par être impliqués dans le système de justice pénale (CJS).

La plupart des personnes atteintes de TSA sont désireuses d’éviter des problèmes avec la loi (Browning et Caulfield, 2011, Ghaziuddin et al., 1991). Ce respect respectueux des lois peut être compensé par un certain nombre de facteurs pré-disposition qui rendent la personne plus vulnérable.
Voici quelques exemples:

  1. Les connaissances émotionnelles limitées et la théorie de l’esprit altérée entravent la compréhension des situations et des relations, et peuvent par exemple conduire à confondre une amitié avec de l’amour et qui peuvent mener à des allégations de harcèlement,.
  2. Une passivité inhabituelle qui laisse l’individu ouvert à être influencé et exploité par d’autres, et attiré dans des activités criminelles.
  3. Une mauvaise interprétation des règles, notamment sociales, qui permettent aux individus de se trouver involontairement mêlés à des délits.
  4. Les scénarios de télévision et de vidéo peuvent être copiés sans comprendre qu’ils ne sont pas destinés à être reproduits dans la vie réelle.
  5. La difficulté à lire les signaux sociaux et les indices. Par exemple, une difficulté à juger l’âge d’autrui peut conduire la personne à des actions illégales, telles que des avances sexuelles à une personne de moins de 6 ans, particulièrement lorsque l’ineptie sociale l’a rendu plus confortable à s’associer à un groupe de jeunes pairs.
  6. L’impulsivité, parfois violente, qui peut être une composante d’un trouble de déficit de l’attention, ou un état d’anxiété qui se transforme en panique ou un mélange confus des deux. Le résultat est une réponse qui est disproportionnée par rapport à la situation (par exemple un «accès de colère») que d’autres interprètent alors comme menaçante.
  7. Les personnes atteintes de TSA adhèrent souvent rigoureusement aux règles et peuvent être extrêmement perturbées si d’autres personnes enfreignent les règles et réagissent fortement.
  8. Des préoccupations par des sujets, objets ou personnes appelés «intérêts spéciaux». Par exemple, l’adolescent obsédé par les machines à laver qui ont fait irruption dans un magasin juste pour examiner un nouveau modèle vu à travers la fenêtre..

Si une personne atteinte d’un TSA se voit perçue comme un suspect pour une infraction commise. Le manque de sensibilisation et de compréhension de la situation par le personnel à tous les stades du processus de CJS est susceptible de déclencher la chaîne d’événements suivante:

  1. Les agents peuvent à tort percevoir une menace et utiliser la force dans certaines circonstances si la personne atteinte de TSA semble devenir agressive en raison d’une anxiété accrue.
  2. Les agents chargés de la garde peuvent mal interpréter les compétences linguistiques adéquates chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger, croit que le suspect n’est pas vulnérable et n’utilise pas un «adulte approprié» pour faciliter la communication et protéger les droits de l’individu.
  3. Les techniques d’interrogatoire (conçus pour attraper les délinquants) font qu’un suspect ASD peut bien inconsciemment s’incriminer lui-même en raison de malentendus de communication.
  4. La CJS ne tiendra pas compte des aspects de la condition lorsqu’elle entreprendra des «tests d’infraction» pour décider si des accusations doivent être intentées, ce qui ne permet pas de reconnaître les défenses potentielles à l’infraction, comme l’absence de «Mens Rea», qui est un élément vital à prouver dans de nombreuses infractions.
  5. Les tribunaux peuvent ne pas permettre des «mesures spéciales» qui pourraient aider à rendre un procès plus équitable, comme l’utilisation d’un intermédiaire ou des pauses sensorielles, etc Ils peuvent également mal interpréter des comportements comme le manque d’empathie.
  6. Si la personne autiste est incarcéré, il n’y a pas de contrôle des TSA et donc peu de chances de prendre en compte les difficultés évidentes pour faire face au changement pour le délinquant, ce qui les perçoit comme un «détenu au problème» lorsqu’ils réagissent mal.

En bref, tout le système est lourdement pondéré par rapport à un résultat positif pour un délinquant suspect potentiel avec un TSA. Alors que je voudrais être en mesure de fournir des chiffres précis sur le nombre de personnes atteintes d’un TSA dans la population carcérale pour souligner ce point, le manque de données disponibles rend cela difficile. Toutefois, en réponse aux questions posées lors d’une enquête du Conseil municipal de Birmingham (Comité de l’examen et de l’examen des soins de santé et des soins sociaux, 2012) menée à l’été 2012, le directeur de la prison de Birmingham a confirmé que dans sa prison, Les détenus atteints de TSA étaient de 80 ou environ 5,5% de la population carcérale. Étant donné que l’étude de prévalence la plus récente a estimé que le nombre de personnes atteintes d’un TSA dans la population du Royaume-Uni dans son ensemble est d’environ 1,1 pour cent (Brugha et al., 2011, 2012), cela tendrait à indiquer une quantité disproportionnée de personnes avec Un TSA est emprisonné. Pourtant, il n’existe aucune preuve indiquant qu’une personne atteinte d’un TSA est plus susceptible d’être sujet à un comportement criminel que quiconque, le système ne comprend simplement pas ou ne prend pas en compte l’impact de la condition sur leurs comportements.

Brugha, T.S., Cooper, S.A., McManus, S., Purdon, S., Smith, J., Scott, F.J., Spiers, N. and Tyrer, F. (2012), Estimating the Prevalence of Autism Spectrum Conditions in Adults: Extending the 2007 Adult Psychiatric Morbidity Survey, The NHS Information Centre, Leeds.

Brugha, T.S., McManus, S., Bankart, J., Scott, F., Purdon, S., Smith, J., Bebbington, P., Jenkins, R. and Meltzer, H. (2011), “Epidemiology of autism spectrum disorders in adults in the community in England”, Archives of General Psychiatry, Vol. 68 No. 5, pp. 459-66.

Health and Social Care Overview and Scrutiny Committee (2012), “Adults with autism and the criminal justice system”, Birmingham City Council, available at: www.birmingham.gov.uk/scrutiny

Korkmaz, B. (2011), “Theory of mind and neurodevelopmental disorders of childhood”, Pediatric Research, Vol. 68 No. 5, Part 2, pp. 101-108.
Levy, S.E., Mandell, D.S. and Schultz, R.T. (2009), “Autism”, Lancet, Vol. 374 No. 9701, pp. 1627-38.

Asperger et questions médico-légales (2)

Source: Marc Woodbury-Smith (2014) Unlawful Behaviors in Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders in Fred R. Volkmar, Brian Reichow & James C. McPartland (Eds). Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders. Springer Verlag.

Il est intéressant de considérer ces résultats à la lumière de la recherche qui a démontré un modèle similaire de forces neuropsychologiques et de vulnérabilités parmi les personnes décrites comme ayant une psychopathie. Cette similarité a conduit Woodbury-Smith et al. (2005) de proposer que les personnes atteintes d’AS qui offensent puissent être caractérisées par des facteurs de risque pour les deux troubles. Bien que les descriptions cliniques des troubles soient tout à fait différentes, comme nous l’avons vu plus haut, il existe des similitudes dans les caractéristiques neuropsychologiques de la psychopathie et chez les délinquants atteints de TSA, et les déficiences du comportement interpersonnel sont au cœur des deux. En outre, les mêmes régions du cerveau, de l’amygdale et des régions des cortices frontaux (Brower & Price, 2001) sont impliquées. Des conclusions similaires ont été obtenues par Rogers, Viding, Blair, Frith et Happé (2006), qui ont mesuré les traits psychopathiques chez 28 garçons atteints d’un AS agressif. Les traits psychopathiques ont été enregistrés parmi leur échantillon, mais n’étaient pas corrélés avec le degré de gravité de leur comportement autistique et n’étaient pas liés aux vulnérabilités neuropsychologiques. Cette constatation soutient la possibilité d’un double coup, plutôt que l’infraction étant liée à l’autisme en soi.

Les personnes atteintes d’AS peuvent être plus influençables dans les procédures pénales pour un certain nombre de raisons. Par exemple, ils peuvent avoir un état accru d’anxiété dans les milieux inconnus du poste de police ou de la salle d’audience. Ils peuvent ne pas comprendre pleinement les questions posées et peuvent être plus susceptibles de vouloir simplement plaire à l’interlocuteur. Il a été démontré que la précision et la quantité de rappel peuvent être améliorées par des questions ouvertes et gratuites (par exemple, «Décrivez-le»), alors que les questions fermées (par exemple, «Décrire sa chemise») donnent des informations plus complètes mais moins précises . Les questions extrêmement fermées qui conduisent (p. Ex. «Portait-elles une chemise rouge?») Sont plus susceptibles de donner une réponse «oui». L’échelle de suggestivité de Gudjonnson (GSS, Gudjonnson, 1984) est maintenant largement utilisée dans les cercles de recherche et dans les services cliniques et le système de justice pénale pour décider de l’acquiescement d’une personne à des questions fermées et de premier plan. Il a été montré pour avoir une bonne fiabilité et la validité pour les hommes et les femmes à travers le spectre de la capacité intellectuelle. Elle mesure deux aspects de la suggestibilité: premièrement, la tendance à céder aux questions dirigeantes et, deuxièmement, la tendance à changer les réponses dans des conditions de pression interrogative.

La salle d’audience elle-même peut également être une expérience intimidante qui peut élever le niveau d’anxiété. Parmi les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle, les mesures prises pour remédier à ce facteur ont inclus l’octroi de preuves d’entrevues enregistrées sur bande vidéo, la liaison vidéo / radio en direct, la préparation avant le procès, l’assistance d’amis dans la cour, l’enlèvement de perruques et de robes par des avocats / avocats. Au Royaume-Uni) et l’utilisation d’écrans et d’autres mesures. Il conviendrait de se demander si des mesures semblables pourraient être appropriées pour un défendeur / témoin avec AS. Ce que l’on observe parfois aussi bien lors de l’interrogatoire de police que lors des procédures judiciaires, c’est que les personnes atteintes d’AS ne comprennent peut-être pas la formalité requise de telles procédures. Alternativement, ils peuvent sembler émotionnellement détachés et donner ainsi l’opinion qu’ils ne se soucient pas de la victime, alors que, en fait, le «détachement» est tout simplement leur AS. En ce qui concerne l’aptitude à plaider, certains ont fait valoir que la vaste capacité requise par les tribunaux américains serait difficile à établir dans de nombreux cas d’AS (Barry-Walsh & Mullen, 2004), bien qu’à mon avis, la plupart des AS aient la possibilité de suivre Procédure devant un tribunal et instruire efficacement un avocat. En ce qui a trait à la mens rea, c’est-à-dire à la capacité de former une intention criminelle, on pourrait soutenir que certaines personnes atteintes d’AS peuvent avoir une compréhension insuffisante des conséquences morales (ou criminelles) de leur infraction (Barry-Walsh & Mullen , 2004, Schwartz-Watts, 2005). Dans la plupart des cas, cependant, les personnes atteintes d’AS ne nieront pas leurs actions et seront pleinement conscientes du fait que ce qu’elles faisaient était au moins juridiquement faux, même si elles ne parviennent pas à comprendre leur comportement du point de vue de la victime Comprendre leur transgression d’un point de vue moral). Par exemple, un jeune garçon de 18 ans qui a été impliqué dans la torture brutale de l’un de ses pairs a déclaré reconnaître à l’époque que s’il était pris, il serait sérieusement en difficulté, mais en même temps il ignorait exactement ce que sa victime traversait.

Babinski, L. M., Hartsough, C. S., & Lambert, N. M. (1999). Childhood conduct problems, hyperactivity–impulsivity, and inattention as predictors of adult criminal activity. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 40(3), 347–355.

Baron-Cohen, S. (1988). An assessment of violence in a young man with Asperger’s syndrome. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 29(3), 351–360.

Barry-Walsh, J. B., & Mullen, P. E. (2004). Forensic aspects of Asperger’s syndrome. Journal of Forensic Psychiatry and Psychology, 15(1), 96–107.

Blair, J., Sellers, C., Strickland, I., Clark, F., Williams, A., Smith, M., et al. (1996). Theory of mind in the psychopath. Journal of Forensic Psychiatry, 7(1), 15–25.

Blair, R., Mitchell, D., Peschardt, K., Colledge, E., Leonard, R., Shine, J., et al. (2004). Reduced sensitivity to others’ fearful expressions in psychopathic individuals. Personality and Individual Difference, 37, 1111–1122.

Brower, M., & Price, B. (2001). Neuropsychiatry of frontal lobe dysfunction in violent and criminal behavior: A critical review. Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry, 71, 720–726.

Chen, P. S., Chen, S. J., Yang, Y. K., Yeh, T. L., Chen, C. C., & Lo, H. Y. (2003). Asperger’s disorder: A case report of repeated stealing and the collecting behaviours of an adolescent patient. Acta Psychiatrica Scandinavica, 107(1), 73–75; discussion 75–76.

Chesterman, P., & Rutter, S. C. (1993). Case report: Asperger’s syndrome and sexual offending. Journal of Forensic Psychiatry, 4(3), 555–562.

Department of Health (2002). Review of health and social services for mentally disordered offenders and others requiring similar services. Final summary report. London, UK: HMSO, 1992.

Dolan, M., & Park, I. (2002). The neuropsychology of antisocial personality disorder. Psychological Medicine, 32(3), 417–427.

Elvish, J. (2005). The exploration of autistic spectrum disorder characteristics in individuals within a secure service for people with learning disabilities. Unpublished doctoral dissertation.

Everall, I. P., & Lecouter, A. (1990). Firesetting in an adolescent boy with Asperger’s syndrome. British Journal of Psychiatry, 157, 284–287.

Farrington, D. P. (1990). Implications of criminal career research for the prevention of offending. Journal of Adolescence, 13, 93–113.

Farrington, D. P., Loeber, R., Yin, Y. M., & Anderson, S. J. (2002). Are within-individual causes of delinquency the same as between-individual causes? Criminal Behaviour and Mental Health, 12, 53–68.

Fazel, S., & Danesh, J. (2002). Serious mental disorder in 23,000 prisoners: A systematic review of 62 surveys. Lancet, 359, 545–550.

Frith, U. (Ed.). (1991). Asperger and his syndrome. Autism and Asperger syndrome. Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Ghaziuddin, M., Tsai, L. Y., & Ghaziuddin, N. (1991). Brief report: Violence in Asperger syndrome: A critique. Journal of Autism and Developmental Disorders, 21(3), 349–354.

Gillberg, C., & Gillberg, C. (1989). Asperger syndrome—some epidemiological considerations: A research note. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 30, 631–638.

Golan, O., Baron-Cohen, S., & Hill, J. (2006). The Cambridge Mindreading (CAM) Face–Voice Battery: Testing complex emotion recognition in adults with and without Asperger syndrome. Journal of Autism and Developmental Disorders, 36(2), 169–183.

Gudjonsson, G. H. (1984). A new scale of interrogative suggestibility. Personality and Individual Differences, 5(3), 303–314.

Hare, D. J., Gould, J., Mills, R., & Wing, L. (1999). A preliminary study of individuals with autistic spectrum disorders in three special hospitals in England. London: National Autistic Society.

Haskins, B. G., & Silva, J. A. (2006). Asperger’s disorder and criminal behavior: Forensic–psychiatric considerations. Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, 34(3), 374–384.

Hippler, K., & Klicpera, C. (2003). A retrospective analysis of the clinical case records of “autistic psychopaths” diagnosed by Hans Asperger and his team at the University Children’s Hospital, Vienna. Philosophical Transactions of the Royal Society of London Series B: Biological Sciences, 358(1430), 291–301.

Howlin, P. (2004). Autism and Asperger syndrome: Preparing for adulthood (2nd ed.). London: Routledge.

Klin, A., Jones, W., Schultz, R., Volkmar, F., & Cohen, D. (2002). Visual fixation patterns during viewing of naturalistic social situations as predictors of social competence in individuals with autism. Archives of General Psychiatry, 59(9), 809–816.

Klin, A., McPartland, J., & Volkmar, F. R. (2005). Asperger syndrome. In F. R. Volkmar, A. Klin, R. Paul, & D. J. Cohen (Eds.), Handbook of autism and pervasive developmental disorders (3rd ed., pp. 88–125). Hoboken, NJ: Wiley.

Kohn, Y., Fahum, T., Ratzoni, G., & Apter, A. (1998). Aggression and sexual offence in Asperger’s syndrome. Israeli Journal of Psychiatry and Related Sciences, 35(4), 293–299.

Loeber, R., & Farrington, D. P. (2000). Young children who commit crime: Epidemiology, developmental origins, risk factors, early interventions, and policy implications. Development and Psychopathology, 12(4), 737–762.

Manuzza, S., Klein, R., Konig, P., & Giampino, T. (1989). Hyperactive boys almost grown up: IV. Criminality and its relationship to psychiatric status. Archives of General Psychiatry, 46, 1073–1079.

Mawson, D., Grounds, A., & Tantam, D. (1985). Violence and Asperger’s syndrome: A case study. British Journal of Psychiatry, 147, 566–569.

McDougle, C. J., Kresch, L. E., Goodman, W. K., Naylor, S. T., Volkmar, F. R., Cohen, D. J., et al. (1995). A case-controlled study of repetitive thoughts and behavior in adults with autistic disorder and obsessive–compulsive disorder. American Journal of Psychiatry, 152(5), 772–777.

Mouridsen, S. E., Rich, B., Isager, T., & Nedergaard, N. J. (2008). Pervasive developmental disorders and criminal behaviour: A case–control study. International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 52(2), 196–205.

Murphy, D. G. (2003). Admission and cognitive details of male patients diagnosed with Asperger’s syndrome detained in special hospital: Comparison with a schizophrenia and personality disorder sample. Journal of Forensic Psychiatry and Psychology, 14(3), 506–524.

Murphy, D. G. (2007). Hare Psychopathy Checklist Revised profiles of male patients with Asperger’s syndrome detained in high security psychiatric care. Journal of Forensic Psychiatry and Psychology, 18(1), 20–26.

Murrie, D. C., Warren, J. I., Kristiansson, M., & Dietz, P. E. (2002). Asperger’s syndrome in forensic settings. International Journal of Forensic Mental Health, 1(1), 59–70.

Palermo, M. T. (2004). Pervasive developmental disorders, psychiatric comorbidities, and the law. International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 48(1), 40–48.

Pithers, W. (1999). Empathy: Definitions, enhancement, and relevance to the treatment of the sexual abuser. Journal of Interpersonal Violence, 14, 257–284.

Rogers, J. S. C., Viding, E., Blair, R. J. R., Frith, U., & Happé, F. (2006). Autism spectrum disorder and psychopathy: Shared cognitive underpinnings or double-hit? Psychological Medicine, 36, 1789–1798.

Royal College of Psychiatrists. (2006). Psychiatric services for adolescents and adults with Asperger syndrome and other autistic-spectrum disorders (No. CR 136). London: Author.

Russell, A. J., Mataix-Cols, D., Anson, M., & Murphy, D. G. (2005). Obsessions and compulsions in Asperger syndrome and high-functioning autism. British Journal of Psychiatry, 186, 525–528.

Schwartz-Watts, D. M. (2005). Asperger’s disorder and murder. Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, 33(3), 390–393.

Scragg, P., & Shah, A. (1994). Prevalence of Asperger’s syndrome in a secure hospital. British Journal of Psychiatry, 165(5), 679–682.

Silva, J. A., Ferrari, M. M., & Leong, G. B. (2002). The case of Jeffrey Dahmer: Sexual serial homicide from a neuropsychiatric developmental perspective. Journal of Forensic Sciences, 47(6), 1347–1359.

Siponmaa, L., Kristiansson, M., Jonson, C., Nyden, A., & Gillberg, C. (2001). Juvenile and young adult mentally disordered offenders: The role of child neuropsychiatric disorders. Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, 29(4), 420–426.

Soderstrom, H., Sjodin, A.-K., Carlstedt, A., & Forsman, A. (2004). Adult psychopathic personality with childhood-onset hyperactivity and conduct disorder: A central problem constellation in forensic psychiatry. Psychiatry Research, 121(3), 271–280.

Tantam, D. (1988a). Lifelong eccentricity and social isolation: I. Psychiatric, social, and forensic aspects. British Journal of Psychiatry, 153, 777–782.

Tantam, D. (1988b). Lifelong eccentricity and social isolation: II. Asperger’s syndrome or schizoid personality disorder? British Journal of Psychiatry, 153, 783–791.

University of Cambridge. (2002). Mind Reading: The Interactive Guide to Emotions (Version 1.0). Cambridge, UK: Human Emotions.

Wing, L. (1981). Asperger’s syndrome: A clinical account. Psychological Medicine, 11(1), 115–129.

Wing, L. (1997). Asperger’s syndrome: Management requires diagnosis. Journal of Forensic Psychiatry, 8(2), 253–257.

Wolff, S. (2000). Schizoid personality in childhood and Asperger syndrome. In A. Klin & F. R. Volkmar (Eds.), Asperger syndrome (pp. 278–305). New York: Guilford Press.

Wolff, S., Townshend, R., McGuire, R. J., & Weeks, D. J. (1991). “Schizoid” personality in childhood and adult life: II. Adult adjustment and the continuity with schizotypal personality disorder. British Journal of Psychiatry, 159, 620–629, 634–625.

Woodbury-Smith, M., Clare, I. C., Holland, A., & Kearns, A. (2006). High functioning autistic spectrum disorders, offending and other law-breaking: Findings from a community sample. Journal of Forensic Psychiatry and Psychology, 17(1), 108–120.

Woodbury-Smith, M., Clare, I. C., Holland, A., Kearns, A., Staufenberg, E., & Watson, P. (2005). A case–control study of offenders with high functioning autistic spectrum disorders. Journal of Forensic Psychiatry and Psychology, 16(4), 747–763.

Woodbury-Smith, M., Clare, I. C., Holland, A. J., Watson, P., Bambrick, M., Kearns, A., et al. (2010). Circumscribed interests and “offenders” with autism spectrum disorders: A case–control study. Journal of Forensic Psychology, 21(3), 366–377.

Asperger et questions médico-légales (1)

Source: Marc Woodbury-Smith (2014) Unlawful Behaviors in Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders in Fred R. Volkmar, Brian Reichow & James C. McPartland (Eds). Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders. Springer Verlag.

Depuis la publication du document de Wing en 1981, une littérature restreinte mais significative a émergé décrivant les personnes qui ont le syndrome d’Asperger (AS) et qui ont engagé des comportements problématiques (Woodbury-Smith et al., 2005 et les références mentionnées). […] La nécessité d’identifier les personnes souffrant de ce syndrome, vu comme un moyen de les réhabiliter plus efficacement, plutôt que de les «punir», a été soulevée dès 1992 au Royaume-Uni, dans le Rapport Reed,  (Ministère de la Santé, 2002). Malheureusement, 20 ans plus tard, on ne sait encore pas grand-chose quant à la délinquance chez les personnes atteintes d’AS. 20 ans plus tard, des personnes atteintes d’AS qui se livrent à des infractions graves peuvent se retrouver dans des hôpitaux psychiatriques à sécurité maximale pendant de longues périodes, et celles qui commettent des infractions mineures peuvent se trouver de plus en plus socialement exclus.

Tout au long, je me réfère à AS pour la simplification, mais des comportements problématiques peuvent également être vus parmi ceux décrits comme ayant «autisme de haut-fonctionnement», bien que, en revanche, de tels comportements peuvent être moins susceptibles chez les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle. En outre, bien que le terme «comportements problématiques» implique une série de transgressions, allant des infractions relativement mineures aux règles conventionnelles à des comportements plus sérieux qui ont des répercussions sur le bien-être des autres, ce chapitre traite des comportements plus sérieux qui peuvent mettre en contact des autistes avec le système judiciaire. Comme on le verra, de tels comportements, chez les personnes atteintes d’AS, résultent le plus souvent d’une naïveté sociale et d’un malentendu.

Bien que l’objet de ce chapitre soit celui des personnes atteintes d’AS qui se livrent à des comportements sérieux, il est important de souligner que ces comportements sont rares. Ce point est particulièrement important de reconnaître que les médias se sont rendus coupables à plusieurs reprises, au Royaume-Uni et aux États-Unis, de fausses représentations de l’AS, ce qui pourrait avoir un impact sur la perception du public des AS.

Depuis le document de Wing, l’intérêt pour l’AS a monté en flèche, reflété par l’augmentation exponentielle des articles publiés consacrés à la description de ses caractéristiques cliniques, de sa relation avec l’autisme et de son fondement biologique. Parallèlement à cette prolifération, il y a eu un nombre constant de rapports de cas décrivant des personnes présumées avoir des AS qui ont commis des comportements délinquants sérieux (Chesterman et Rutter, 1993, Barney Cohen, 1988, Chen et al. , 2003, Murrie, Warren, Kristiansson, et Dietz, 2002, Everall et Lecouter, 1990, Kohn, Fahum, Ratzoni et Apter, 1998, Silva, Ferrari et Leong, 2002, Palerme, 2004). En plus de ces études et de petites séries de cas, il convient de noter également certains cas décrits comme «trouble schizoïde de l’enfance» par Wolff (2000) et «excentricité à vie» par Tantam (1988a, 1988b). Wolff a identifié un groupe d’enfants qui partageaient la principale déficience de l’isolement social et ont suivi leur progression vers l’âge adulte, et Tantam a étudié un groupe de jeunes adultes qui avaient été renvoyés à sa clinique avec une longue histoire d’isolement et d’excentricité. Dans les deux groupes, des similitudes phénoménologiques avec l’AS ont été observées, et dans les deux une petite minorité avaient engagé des comportements problématiques à l’âge adulte.

Alors que les études de cas ne fournissent pas d’indices sur la prévalence de comportements problématiques dans l’AS, d’autres chercheurs ont tenté d’examiner plus explicitement la prévalence de tels comportements. En se concentrant sur les comportements violents, Ghaziuddin et ses collègues ont examiné 132 cas décrits dans la littérature (à l’exception de ceux de Wolff et Tantam) et ont identifié seulement un petit nombre d’entre eux déclarés violents, ce qui indique une prévalence d’infraction dans la communauté probablement plus faible que chez leurs homologues de la population générale (Ghaziuddin, Tsai, & Ghaziuddin, 1991).
Cette conclusion est cohérente avec l’affirmation de Howlin (2004) selon laquelle les personnes atteintes d’AS ont un sens profond du bien du mal et donc vont probablement offenser beaucoup moins que les autres (Howlin, 2004). Cela étant, la nature de l’étude signifie que le petit nombre est susceptible d’être une sous-estimation du chiffre exact, d’autant plus que les grandes séries de cas de Tantam et Wolff ont été spécifiquement exclues. En fait, si tous ces rapports sont inclus dans le type d’analyse menée par Ghazziudin, la prévalence de l’infraction dans l’AS serait de 20% (46 sur 224) plutôt que de 2,27%. […} En considérant ces études de cas ensemble, une série d’infractions est représentée, y compris, par exemple, les agressions contre d’autres (Mawson et al., 1985), le feu (Everall & Lecouteur, 1990), la délinquance sexuelle (Kohn et al. (Chen et al., 2003). Parmi les individus décrits par Tantam (1988a, 1988b), 14 sur 64 ont commis des infractions punissables d’emprisonnement, y compris des dommages criminels (4), des voies de fait (3), des incendies criminels (3), une exposition indécente (3) et une tentative Viol (1). De même, dans les études de Woodbury-Smith et al. (2005, 2006, 2010) décrite plus loin dans ce chapitre, on peut citer une série d’infractions, y compris le vol, les dommages criminels, la violence envers les autres et les infractions sexuelles. Il a été suggéré que le réglage du feu est plus fréquent chez les délinquants atteints d’AS que chez les non-offensants (Mouridsen et al., 2007). De plus, bien que certaines études indiquent que les personnes atteintes d’AS commettent des infractions sexuelles (Hare et al., 1999, Murphy, 2003), d’autres suggèrent que les taux de délinquance sexuelle (Hare et al. ) Sont plus faibles chez les délinquants atteints de TSA.

Dans l’ensemble, les personnes atteintes d’AS ou de TSA sont des citoyens respectueux de la loi et ont été décrits comme ayant un sens fort du bien du mal. Ils peuvent aussi adhérer rigoureusement aux règles et réprimander les autres au cours d’un acte répréhensible perçu (et dans le processus, peut par inadvertance se retrouver en tant que le malfaiteur perçu). Les personnes atteintes d’AS peuvent également ne pas avoir les «opportunités» pour le crime. Par exemple, il est rare qu’une personne atteinte d’AS puisse faire partie d’un gang, à moins que ses difficultés sociales n’aient rendu la personne vulnérable à être «attirée» dans cette culture. Cependant, un certain nombre de facteurs pourraient amener certaines personnes atteintes de SA à entrer en contact avec le système de justice pénale. Ces facteurs incluent ceux liés au phénotype clinique, tels que la poursuite d’un intérêt circonscrit ou à la suite de naïveté sociale, et ceux liés au «phénotype neuropsychologique», tels que la théorie de l’esprit altérée ou l’affaiblissement du fonctionnement exécutif. En outre, d’autres facteurs tels que l’ajustement au trouble (c’est-à-dire étant différent) ou la vulnérabilité à la manipulation par les autres dominants pourraient être importants. La comorbidité peut également avoir une signification étiologique. Wing (1997) a également suggéré un certain nombre d’autres facteurs qui pourraient être associés à l’infraction chez les personnes atteintes de SA, y compris l’isolement et la conviction que d’autres sont hostiles, peut-être à la suite d’expériences malheureuses antérieures. De nombreux autres facteurs de risque criminologiques plus généraux peuvent également être pertinents, y compris des difficultés d’apprentissage spécifiques et des troubles de l’attention et du contrôle moteur. La déficience des compétences réciproques d’interaction sociale est la condition sine qua non de l’AS et des autres ASD. (Les caractéristiques du handicap social sont décrites ailleurs dans ce volume, voir aussi Klin, McPartland, & Volkmar, 2005). Plus souvent qu’autrement, les personnes atteintes d’AS souhaitent chercher des relations avec d’autres, mais peuvent être maladroites dans leur approche. Cette maladresse peut être particulièrement évidente chez l’individu qui souhaite une relation intime, mais ne sait pas comment faire le premier pas. Certains peuvent suivre une personne, peut-être en essayant de «arracher le courage» de lui parler, seulement plus tard pour se retrouver arrêté pour harcèlement / harcèlement. Un jeune homme avec AS a rappelé comment il avait l’habitude de téléphoner aux filles de sa classe, mais ne sachant pas quoi dire resterait sans voix. Le père d’une fille a finalement appelé la police, et le garçon a reçu une prudence formelle. D’autres peuvent essayer de faire le contact, mais le faire de façon inappropriée. Par exemple, un jeune homme d’AS, âgé de 21 ans, a décidé d’aller dans une boîte de nuit pour «trouver une petite amie». Ne sachant pas comment aborder les autres mais en observant le comportement intime entre les gens, il a décidé de se présenter en touchant une jeune fille de façon inappropriée. A été arrêté et accusé d’agression indécente. Un autre jeune homme s’est exposé indécemment pendant une période de plusieurs années, parce que, selon lui, c’était la seule manière qu’il pourrait obtenir des filles pour lui prêter attention. Certaines études de cas publiées ont également décrit les personnes atteintes d’AS cherchant des relations sociales de façon inappropriée. Par exemple, dans le document de Haskins et Silva (2006), deux cas sont décrits dans lesquels les adultes atteints d’AS entrent en contact avec le système de justice pénale en raison d’un comportement sexuel inapproprié, dans un cas touchant les adolescentes et l’autre , En sollicitant des hommes étrangers pour des rapports sexuels. De même, Barry-Walsh et Mullen (2004) décrivent une personne atteinte d’AS qui s’est fixée sur des professionnels qui avaient été impliqués dans ses soins, téléphonant, écrivant et finalement accusés de harcèlement. L’atteinte sociale pourrait aussi être impliquée dans des comportements non sexuels. Par exemple, les personnes atteintes d’AS sont souvent conscientes de leurs différences par rapport à leurs pairs et, à mesure qu’elles atteignent l’âge adulte, et les possibilités telles que les relations, la famille et l’emploi ne sont pas aussi faciles, peuvent éprouver un sentiment de jalousie.

Deux études ont systématiquement étudié si les déficiences neuropsychologiques fondamentales observées chez les personnes atteintes d’AS sont en quelque sorte associées à une infraction. Dans le premier cas (Murphy, 2003), on a examiné les caractéristiques cognitives des patients atteints de SA (n = 13) dans un hôpital psychiatrique sécurisé maximum par rapport aux patients retenus atteints de schizophrénie (n = 13) et de troubles de la personnalité (n = 13). Sur une mesure de la fonction exécutive, les trois groupes se sont comportés de la même façon.
Dans une autre étude transversale cas-témoins (Woodbury-Smith et al., 2005), on a comparé les caractéristiques neuropsychologiques et cliniques des adultes atteints de TSA qui avaient offensé (n = 21) avec un échantillon communautaire apparié (n = 23) et Un groupe témoin d’adultes sans DSA (n = 23). Dans cette étude, seuls les individus qui fonctionnaient intellectuellement dans la gamme normale et qui satisfaisaient aux critères diagnostiques du DSM-IV pour l’AS ou l’autisme de haut niveau (HFA) étaient inclus. Les chercheurs se sont intéressés à déterminer si les déficiences de la ToM, la reconnaissance de l’émotion ou la fonction exécutive étaient associées à une infraction. Après avoir contrôlé l’effet confondant du QI, l’atteinte à la reconnaissance de la peur était associée à une infraction. En revanche, le Md et la fonction exécutive n’étaient pas associés. En effet, en tant que groupe, les «délinquants ASD» ont démontré une performance supérieure à la fois à la ToM et à la fonction exécutive comparativement à leurs homologues non défaillants avec les TSA, et contrairement à eux, leur rendement sur ces deux groupes ne différait pas significativement du groupe témoin.

[à suivre…]

Les comportements illégaux chez les adolescents autistes

Source: Marc Woodbury-Smith (2014) Unlawful Behaviors in Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders in Fred R. Volkmar, Brian Reichow & James C. McPartland (Eds). Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders. Springer Verlag.

Que la prévalence soit élevée ou non, ce qui est clair, c’est que certains adultes atteints de TSA (trouble du spectre autistique) peuvent se livrer à des comportements considérés comme illégaux. Diverses études de cas décrivent tous une gamme d’activités illégales, y compris des comportements, comme le vol ou des comportements les plus graves comme l’agression sexuelle et le meurtre. Il y a de plus en plus de preuves que la candeur et l’immaturité sont peut être plus fréquentes chez les délinquants atteints de TSA que chez les autres (Hare et al., 1999, Mouridsen, Rich, Isager & Nedergaard, 2008, Siponmaa, Kristiansson, Jonson, Nyden & Gillberg, 2001). Toute une gamme de comportements problématiques a été décrite, sans aucun modèle spécifique. Comme on le verra dans les paragraphes suivants, cependant, les transgressions relativement mineures qui résultent directement d’un malentendu social ou de la poursuite d’intérêts circonscrits sont peut-être celles qui sont le plus fréquemment observées dans la pratique clinique, même si la littérature a pu rapporter des crimes plus rares, et plus graves.

Les facteurs pouvant influer sur le comportement illégal peuvent être classés grossièrement en divers facteurs liés: 1) au phénotype socio-communicatif; 2) au phénotype neuropsychologique; et 3) aux schémas circonscrits de comportement et d’intérêt, y compris la rigidité et la résistance au changement. Bien sûr, il est également probable que les facteurs associés au comportement criminel dans la population en général sont également pertinents parmi les personnes atteintes de TSA. Il s’agit notamment des facteurs familiaux (grande taille de la famille, mauvais logement, parent pauvre, et parent ayant des antécédents de condamnations), des facteurs de pairs (c’est-à-dire avoir des amis délinquants) et des facteurs individuels (faible QI, absentéisme, comportement agressif, hyperactivité, impulsivité et inattention, résumés dans Farrington, 2001). Cependant, les sections ultérieures mettront l’accent sur une association entre les caractéristiques phénotypiques de l’autisme et le risque d’un comportement illégal.

  1. Le phénotype socio-communicatif et le comportement illégal: Les subtilités de l’interaction sociale peuvent être difficiles à appréhender pour les personnes atteintes de TSA. Par exemple, savoir comment initier, soutenir et mettre fin aux échanges conversationnels ainsi que des capacités «parapragmatiques» telles que savoir à quel point ils sont proches de leur interlocuteur, quand donner et refuser le contact visuel, et l’utilisation et l’interprétation de la posture corporelle et autres Les signaux non-verbaux peuvent être difficiles. Dans de nombreuses situations, cela peut entraîner l’isolement social, le rejet ou même la dérision des autres. Cependant, dans d’autres situations, ces déficiences peuvent entraîner une gêne et peut-être une plainte. Le comportement d’observation, le fait de se tenir trop près et de demander (ou d’offrir) des renseignements personnels à des inconnus peuvent être interprétés comme étant intentionnels et entraîner une plainte. Le harcèlement décrit des situations dans lesquelles un individu suit ou fait de façon répétée des tentatives pour interagir avec une autre personne, malgré les protestations de la part de cette dernière. Il y a eu des cas de comportements de harcèlement décrit dans la littérature perpétrées par des individus atteints de TSA (Stokes et Newton, 2004). Cela peut être particulièrement vrai chez les jeunes adultes atteints de TSA qui sont socialement isolés, mais qui souhaitent avoir des relations avec d’autres. Leur tentative peut être maladroite et inappropriée, et cela peut être aggravé par leur incapacité à interpréter le mécontentement non verbal exprimé par l’autre personne. Aucune des transgressions décrites ici ne sont ciblées ou réalisées avec une connaissance de leur inadéquation. Cette question est cruciale lorsqu’on examine la réponse de la justice pénale et les besoins subséquents en matière de réadaptation.
  2. Intérêts circonscrits: Parmi les individus plus performants, le autre domaine des «schémas rituels et répétitifs de comportement» est généralement caractérisé par l’engagement dans des schémas d’intérêt circonscrits. Ces intérêts peuvent prendre différentes formes, le plus souvent la collecte d’objets ou une prédilection pour des informations factuelles. Ceux-ci sont souvent poursuivis de manière solitaire, mais leur nature (c’est à dire leur focalisation) peut parfois être inappropriée. Tantam (1988), par exemple, a décrit un jeune homme avec un intérêt dans l’attirail nazi, qui s’habillerait avec et sortait en public. Une «obsession» avec des personnages historiques notoires, comme Hitler, ou des armes à feu et des couteaux, a également été décrite. Bien qu’elles ne soient pas illégales en elles-mêmes, de telles préoccupations peuvent être mal interprétées comme reflétant des intentions plus sombres et plus nuisibles, ce qui n’est souvent pas le cas. Dans de tels cas, le psychiatre peut être appelé à évaluer le «risque». En effet, dans l’étude de Woodbury-Smith et al. (2010) sur les intérêts circonscrits chez les délinquants atteints de TSA, sur les quatre (19%) avec des intérêts «violents», dans un seul cas pourrait être lié à un comportement violent (correspondant à un homme avec une obsession de feu et condamné pour incendie criminel). D’autres études de cas ont décrit des «intérêts» semblables et des condamnations ultérieures pour incendies volontaires. Même si l’activité n’est pas en soi nuisible, la poursuite de l’intérêt peut entraîner le contact avec le monde judiciaire. Dans un cas (Chen et al., 2003), on décrit un individu qui a volé à plusieurs reprises afin d’élargir sa collection de gobelets, de boîtes et de sacs en plastique. De même, dans l’étude des intérêts circonscrits par Woodbury-Smith et al. (2010) un jeune homme avec un syndrome d’Asperger manifestant un fort intérêt dans l’électronique, a été condamné pour vol de matériel. Dans leur ensemble, ces données indiquent la nécessité d’accorder une attention particulière aux intérêts circonscrits, qu’ils soient violents ou non, même si cela ne peut se limiter à une surveillance et à une observation étroites. En fait, il n’existe pas de lignes directrices fondées sur des données probantes sur lesquelles des recommandations de réadaptation plus spécifiques peuvent être formulées.
  3. L’empathie et la théorie de l’esprit: Sous-tendant les caractéristiques cliniques de l’ASD sont un certain nombre de vulnérabilités neuropsychologiques identifiés de façon constante. Beaucoup d’articles ont mis l’accent sur les déficiences de «théorie de l’esprit», «fonction exécutive» et «traitement émotionnel» ou l’empathie chez les personnes atteintes de TSA à travers le spectre des capacités intellectuelles. Alors que le dysfonctionnement exécutif peut être un facteur qui réduit la propension au comportement criminel, ou du moins le comportement criminel qui nécessite la planification et l’organisation dans son exécution, les autres déficiences, qui interfèrent avec la compréhension des autres, peuvent théoriquement prédisposer à un comportement illégal. Une étude a tenté d’examiner cette question (Woodbury-Smith et al., 2005), en comparant le degré de ces effets neuropsychologiques les déficiences entre les délinquants et les non-délinquants atteints de TSA et un groupe de comparaison non-ASD. Cette étude a révélé que les délinquants étaient généralement très semblables. Cependant, deux différences importantes sont apparues. Premièrement, les délinquants présentaient une théorie raisonnablement intacte de l’esprit, comparable au groupe de comparaison non-ASD. Deuxièmement, par rapport à leurs contrevenants non-offensés ASD, les délinquants ont été considérablement compromis sur leur capacité à reconnaître l’expression de la peur dans les stimuli-visages. L’étude était sur un petit échantillon et de nature transversale, mais suggère qu’il pourrait y avoir un sous-groupe parmi les personnes atteintes de TSA qui ont un phénotype cognitif particulier et qui sont prédisposées à un comportement illégal. Tantam a émis l’hypothèse que certaines personnes atteintes de TSA, plutôt que d’être motivé par une mauvaise intention, sont plutôt motivés par un sentiment d’impuissance qu’ils tentent de contourner en utilisant leur pouvoir de choc ou de perturber. Dans le même temps, tout en tentant de choquer, il est également probable que ce comportement est la conséquence d’un manque de compréhension de l’impact émotionnel de la «blague» sur l’autre personne. Les personnes atteintes de TSA ont également été décrites comme ayant un sens de l’humour un peu concret, ce qui pourrait aussi expliquer pourquoi ils trouveraient une telle déclaration drôle.

La responsabilité des infractions en droit criminel repose sur le fait que le défendeur a commis l’acte lui-même ( «actus reus») et qu’il a un esprit coupable ou une intention criminelle ( «mens rea»). On peut faire valoir que les personnes atteintes d’un TSA n’avaient pas l’intention criminelle nécessaire, même si elles savaient que ce qu’elles faisaient était incorrect au sens juridique. En ce qui concerne la mens rea, c’est-à-dire la capacité de former une intention criminelle, on pourrait soutenir que certaines personnes atteintes de TSA peuvent avoir une compréhension insuffisante des conséquences morales (ou criminelles) de leur infraction (Barry-Walsh et Mullen, 2004, Schwartz-Watts, 2005). Dans la plupart des cas, cependant, les personnes atteintes de TSA ne nieront pas leurs actes et seront pleinement conscients du fait que ce qu’ils faisaient était au moins juridiquement faux, même s’ils ne comprennent pas leur actus reus du point de vue de la victime Donc comprendre pleinement leur transgression d’un point de vue moral). Par exemple, un garçon de 18 ans souffrant de TSA impliqué dans la torture brutale de l’un de ses pairs a déclaré reconnaître à l’époque que s’il était pris, il serait sérieusement en difficulté, mais il était incapable d’exprimer la détresse de sa victime. Il n’y a pas de jurisprudence pour guider davantage les praticiens sur cette question, bien que le lecteur intéressé se réfère à plusieurs études de cas qui soulèvent cette question (Barry-Walsh et Mullen, 2004; Schwartz-Watts, 2005).

De toute évidence, l’attention portée à toutes les questions qui peuvent survenir lors de la transition par le biais de la justice exige que les praticiens de la justice pénale soient alertés sur la possibilité de troubles du spectre autistique parmi ceux qui présentent comme vulnérables. Ce n’est que de cette façon que les spécialistes (ou «experts») seront appelés à aborder ces différentes questions. Malheureusement, en dépit de ces vulnérabilités, les personnes atteintes de TSA plus performantes ne sont pas aussi facilement reconnaissables au plan phénotypique que leurs homologues vulnérables avec, par exemple, une déficience intellectuelle (retard mental) ou une maladie mentale. Il n’y a pas de signes physiquement identifiables, et le langage est dans son ensemble pleinement développé. De plus, des recherches antérieures ont permis de cerner les difficultés que la police et d’autres intervenants du système judiciaire ont à reconnaître aux personnes présentant des vulnérabilités développementales (Petersilia, 2001). En effet, même dans les milieux cliniques, il n’y a souvent pas de prise de conscience du diagnostic chez les professionnels de la santé (Siponmaa et al., 2001). Il est donc urgent de former des praticiens de la justice pénale ayant reçu une formation sur les TSA. Les conséquences de ne pas reconnaître le diagnostic sont manifestement très graves, car une condamnation injustifiée peut résulter si une entrevue policière n’est pas menée correctement ou une personne peut se retrouver en prison si le détournement vers des soins de santé mentale ou des soins spéciaux de remplacement aurait été plus approprié.

Barry-Walsh, J. B., & Mullen, P. E. (2004). Forensic aspects of Asperger’s Syndrome. Journal of Forensic Psychiatry and Psychology, 15 (1), 96–107.

Hare, D. J., Gould, J., Mills, R., & Wing, L. (1999). A preliminary study of individuals with autistic spectrum disorders in three special hospitals in England . London: National Autistic Society

Mouridsen, S., Rich, B., Isager, T., & Nedergaard, N. (2008). Pervasive developmental disorders and criminal behavior: A case control study. International Journal of Offender Therapy and
Comparative Criminology, 52 , 196–205.

Schwartz-Watts, D. M. (2005). Asperger’s disorder and murder. Journal of the American Academy of Psychiatry & the Law, 33 (3), 390–393.

Siponmaa, L., Kristiansson, M., Jonson, C., Nyden, A., & Gillberg, C. (2001). Juvenile and young adult mentally disordered offenders: The role of child neuropsychiatric disorders. Journal of the American Academy of Psychiatry & the Law, 29 (4), 420–426.

Tantam, D. (1988). Lifelong eccentricity and social isolation. I. Psychiatric, social, and forensic aspects. British Journal of Psychiatry, 153 , 777–782.

Tantam, D. (2000). Adolescence and adulthood of individuals with AS. In A. Klin, F. Volkmar, & S. Sparrow (Eds.), Asperger syndrome . New York: The Guilford Press.

Troubles du spectre autistique – aspects psychiatriques légaux et médico-légaux

Source: Marianne Kristiansson & Karolina Sörman (2008) Autism spectrum disorders – legal and forensic psychiatric aspects and reflections. Clinical Neuropsychiatry, 5, 55-6

Selon le DSM-IV (APA 1994), les caractéristiques essentielles des troubles du spectre autistique (DSA) compromettent l’interaction sociale et de la communication sociale ainsi que le développement de comportements, d’intérêts et d’activités restreints et répétitifs.

Le syndrome d’Asperger partage cette déficience dans l’interaction sociale, ainsi que les comportements stéréotypés répétitifs observés chez les sujets autistes (APA 1994, APA 2000). Contrairement à l’autisme cependant, Le syndrome d’Asperger se caractérise par une capacité intellectuelle normale et un discours syntaxique (APA 1994, APA 2000).

La plupart des sujets atteints de TSA respectent la loi et ne commettront aucun crime violent (Katz & Zemishlany 2006, Silva et al., 2004). Ghaziuddin et ses co-auteurs ont estimé que la prévalence de l’agression liée au syndrome d’Asperger était faible, de l’ordre de 2,7%, ce qui n’est certainement pas supérieur au taux de prévalence de la violence dans la population générale (Ghaziuddin et al., 1991).

Les sujets atteints de TSA ont tendance à l’isolement physique et psychologique (Silva et al., 2004), qui a été souligné comme facteur prédisposant au développement de comportements inadaptés, y compris la criminalité (Tantam 1988, Silva et al., 2004). Selon le contexte social et la vulnérabilité individuelle, l’isolement pourrait favoriser le développement de pensées intrusives, de rêveries et de fantasmes (Meloy 2000). Déjà dans les années 1980 Tantam décrit 60 individus, dont 46 avaient des traits autistiques, qui présentait un comportement étrange sans être psychotique. Près de la moitié du groupe a été impliqué dans un comportement antisocial à un certain stade et près d’un quart avaient commis des infractions pénales (Tantam 1988).

D’autres caractéristiques chez les personnes souffrant du syndrome d’Asperger ont été décrites par Murrie et co-auteurs, qui ont étudié six cas dans des contextes médico-légaux et a noté des caractéristiques telles que la naïveté interpersonnelle, la frustration sexuelle et la confession immédiate (Murrie et al., 2002). Les tendances à avouer immédiatement à la police, ainsi que l’absence de casier judiciaire antérieur, distinguent les délinquants atteints du syndrome d’Asperger de la plupart des autres personnes renvoyées pour une évaluation psychiatrique légale. Sur la base de ces caractéristiques, Murrie et co-auteurs ont noté que le comportement illégal chez ces auteurs peut provenir d’une combinaison de déficiences sociales et d’un désir d’attachement ou d’expérience sexuelle (Murrie et al., 2002). Il est toutefois très probable que les sujets atteints de TSA ont des difficultés à moduler leur besoin de récompenses en fonction des exigences environnementales, des règles et des législations, car cela demande une capacité à lire les signaux sociaux et à comprendre ce qui est bénéfique pour le groupe en prenant la perspective des autres.

Au cœur du déficit empathique des personnes souffrant de TSA se trouve une incapacité à attribuer des états mentaux à d’autres, communément désignée comme une théorie de l’esprit déficiente, ou ToM (Kleinman et al., 2001, Blair, 2008). La ToM (ou mentalization) se réfère à la capacité d’estimer la vie cognitive, perceptive et affective des autres aussi bien que du soi (Haskins et Silva 2006) et les déficiences en ToM sont parfois appelées «cécité mentale» (Frith 2001, Haskins & Silva 2006), c’est-à-dire une réelle diminution de la capacité de lire les signaux sociaux et de comprendre le sens d’un acte (Frith, 2001). Les délinquants atteints de TSA plus performantes ont montré des difficultés marquées à comprendre qu’une autre personne puisse vivre une expérience cognitive émotionnelle différente au cours d’un événement partagé (Haskins & Silva, 2006). Cette caractéristique paraît très spécifique au TSA. Les psychopathes d’autre part ne semblent pas montrer des lacunes dans la capacité de représenter les états mentaux (Blair 2008), mais sont plus souvent rapportés à l’insuffisance de l’empathie émotionnelle, caractérisée comme une réponse déficiente aux affichages émotionnels par d’autres. En outre, le développement moral semble également différer entre les deux diagnostics différents où il a été soutenu que les enfants autistes présentent des jugements moraux relativement conservés, tant que le jugement n’exige pas la représentation de l’intention de l’auteur (Blair 2008)

Les études sur l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRM fonctionnelle) ont présenté des résultats suggérant que l’équité perçue des autres peut avoir un impact sur la réactivité cérébrale ainsi que sur le comportement (Singer et al., 2006). D’un point de vue clinique, il n’est pas rare que les sujets avec des traits autistiques se sentent facilement offensés et l’expérience que les autres ne sont pas justes. Cela pourrait les conduire à un comportement vengeur (Tantam 2003); De planifier et de commettre des crimes afin, de leur point de vue, de rétablir l’équilibre.

Les auteurs de TED ont-ils un esprit coupable? Pour répondre à cette question, il faut évaluer la gravité des déficits neuropsychiatriques et la dysfonction psychosociale du sujet. Même si les auteurs de TSA ne présentent pas de symptômes psychotiques ordinaires, ils montrent des lacunes dans la capacité de lecture de l’esprit et la prise de perspective qui peuvent avoir des implications pour l’imagination, la cognition et la compréhension; Un handicap mental qui peut être très difficile à expliquer à un tribunal. […] Le mode de vie isolé et bizarre des sujets atteints du syndrome ASD / Asperger pourrait conduire au développement d’une structure psychologique détachée parfois presque psychotique, avec un raisonnement défectueux et une réduction marquée de la cognition. Même si les sujets atteints du syndrome d’Asperger et des troubles neurodéveloppementaux peuvent avoir des capacités cognitives suffisantes pour comprendre le droit, il est raisonnable de penser que l’incapacité de ces sujets à évaluer les situations sociales et à apprécier le point de vue des autres constitue la cause principale des comportements violents et criminels infractions chez les auteurs de TSA (Katz & Zemishlany, 2006). Certains auteurs suggèrent que les auteurs d’un syndrome ASD / Asperger pourraient être considérés comme incapables d’avoir l’intention de commettre un acte criminel, selon ce que ce concept constitue, et peut donc être considéré comme inapte à subir un procès, même s’il ne souffre pas d’une maladie psychotique (Katz & Zemishlany, 2006). Une autre caractéristique distincte chez les auteurs de TSA est l’incapacité à comprendre les conséquences des actions criminelles et leur impact sur les autres (Katz & Zemishlany, 2006). Katz et Zemishlany suggèrent donc que certains de ces sujets ne peuvent pas s’occuper d’une audience adéquate. Le large éventail de déficiences chez les auteurs de TSA peut amener une opinion légale divergente quant à savoir s’ils ont ou non un trouble mental grave affectant leur degré de responsabilité (Haskins & Silva 2006). Ceci est encore mal étudié cependant.

American Psychiatric Association (APA) (1994). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 4 th ed. American Psychiatric Association, Washington DC.

American Psychiatric Association (APA) (2000). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Text revision.

Blair RJ (2008). Fine cuts of empathy and the amygdala: Dissociable deficits in psychopathy and autism. Quarterly journal of experimental psychology 61, 157-170.

Frith U (2001). Mind blindness and the brain in autism. Neuron 32, 969-979.

Ghaziuddin M, Tsai L, Ghaziuddin N (1991). Brief report: violence in Asperger’s syndrome, a critique. Journal of autism and developmental disorders 21, 349-354.

Haskins BG, Silva JA (2006). Asperger’s disorder and criminal behaviour: forensic-psychiatric considerations. The journal of the American Academy of Psychiatry and the Law 34, 374-384.

Katz N, Zemishlany Z (2006). Criminal responsibility in Asperger’s syndrome. The Israel journal of psychiatry and related sciences 43, 166-173.

Kleinman J, Marciano PL, Ault RL (2001). Advanced theory of mind in high-functioning adults with autism. Journal of autism and developmental disorders 31, 29-36.

Meloy JR, Rivers L, Siegel L, Gothard S, Naimark D, Nicolini JR (200). A replication study of obsessional followers and offenders with mental disorders. Journal of forensic sciences 45, 147-152

Murrie DC, Warren JI, Kristiansson M, Dietz PE (2002). Asperger’s syndrome in forensic settings. International journal of forensic mental health 1, 59-70.

Silva JA, Ferrari MM, Leong GB (2002). The case of Jeffrey Dahmer: sexual serial homicide from a neuropsychiatric developmental perspective. Journal of forensic sciences 47, 1347-1359.

Silva JA, Leong GB, Ferrari MM (2004). A neuropsychiatric developmental model of serial homicidal behavior. Behavioral sciences and the law 22, 787-799.

Singer T, Seymour B, O’Doherty JP, Stephan KE, Dolan RJ, Frith CD (2006). Empathic neural responses are modulated by the perceived fairness of others. Nature 439, 466-469.

Tantam D (1988). Lifelong eccentricity and social isolation. I.Psychiatric, social, and forensic aspects. The British journal of psychiatry: the journal of mental science 153, 777-782

Tantam D (2003). The challenge of adolescents and adults with Asperger syndrome. Child and adolescent psychiatric clinics of North America 12, 143-163.

Évaluation médico-légale du trouble du spectre autistique

Source: Anna P. Kroncke, Marcy Willard, Helena Huckabee. 2016 Assessment of Autism Spectrum Disorder_ Critical Issues in Clinical, Forensic and School Settings. Springer Verlag.

Chapitre 17 Forensic Assessment for Autism Spectrum Disorder

[…] Malheureusement, les personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique sont très vulnérables face à la justice. Avec des affaires en matière de garde, après un divorce, des affaires de droit administratif concernant une éducation appropriée, et des affaires criminels résultant de problèmes sociaux, émotionnels ou sexuels, les personnes souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) se retrouvent de plus en plus devant au tribunal. […] Parce que les personnes atteintes d’autisme ont plus de difficulté à comprendre les perspectives des autres, et interprètent souvent les directives littéralement, toute rencontre avec l’application de la loi est sujette à des problèmes. Puisque les interactions sexuelles sont également des rencontres sociales, les adolescents ou les adultes atteints d’autisme peuvent facilement être accusé d’infractions sexuelles. […] Aussi, malheureusement, le nombre de personnes atteintes de TSA qui sont impliquées dans des affaires criminelles augmente de façon importante.

En raison de la nature inhérente des personnes atteintes d’autisme d’avoir des difficultés à communiquer et à socialiser avec succès, ainsi que l’interprétation typiquement littérale et rigide des situations, sans parler du fait que de nombreuses personnes atteintes d’autisme présentent des comportements problématiques, ils sont beaucoup plus vulnérables face aux actes criminels que les citoyens ayant d’autres handicaps, ou sans handicaps.

Le psychologue impliqué dans l’évaluation d’une personne impliquée dans une affaire criminelle devrait accorder une attention particulière à la nécessité vitale d’éduquer la cour au sujet de l’autisme, et il a un rôle essentiel à cet égard. Il ne suffit pas de faire simplement une évaluation exhaustive et de présenter des recommandations lorsque la personne est confrontée à la possibilité réelle d’être condamnée à la perte de privilèges de conduite. Il est essentiel que l’évaluateur prenne des mesures délibérées pour informer les lecteurs du rapport d’évaluation sur les caractéristiques importantes de l’autisme et sur la façon dont ces symptômes se rapportent aux actes, voire au crime. Sans une telle éducation, les avocats, les juges (et les jurés) interprèteront simplement les actions de l’accusé à l’aide de leurs lentilles naïves de la manière dont on pourrait s’attendre à ce que toute personne de cet âge agisse. Les déclarations destinées à éduquer le personnel judiciaire, ou le public, devraient utiliser un langage simple et sans jargon clinique. L’importance d’une telle éducation sur les TSA ne peut pas être surestimée, en particulier parce que l’autisme est souvent un « handicap invisible », ce qui fait que l’accusé ressemble  physiquement à n’importe qui du même âge. L’autisme peut facilement être un handicap subtil mais profond, qui repose sur le jugement éclairé d’experts.

Les personnes autistes interprètent généralement des énoncés et des questions avec un traitement concret et littéral. Les personnes autistes s’occupent et traitent une seule information à la fois. Ils sont linéaires, avec une pensée séquentielle, déroutés face une activité multitâche. Lorsqu’on leur présente des instructions, ou des questions complexes, comme lors d’une entrevue d’interrogatoire, ils sont susceptibles de ne comprendre qu’une petite fraction du contenu.
Leurs réponses vont probablement refléter la quantité limitée de communication qu’ils ont réellement entendue et comprise. De telles réactions peuvent facilement paraître dédaigneuses et même moqueries de la part d’un auditeur naïf. Les personnes atteintes d’autisme présentent généralement une attention sélective, qui leur permet de se fixer sur un sujet (ou un sujet qui les intéresse particulièrement). Ces idées et objets préférés les détournent aussi facilement d’autres informations et d’événements que la plupart jugeraient beaucoup plus importants et captivants. Les personnes atteintes d’autisme ont souvent des faiblesses importantes de vitesse de traitement mental. Cela signifie que si un agent de l’application de la loi répète de nombreuses demandes d’une manière rapide, ils ne peuvent pas réellement être en mesure de traiter tout ce qu’on leur a dit de faire parce que les instructions ont été dites trop vite pour eux. Les personnes atteintes d’autisme sont très sujettes à devenir anxieuses, et peuvent même paniquer, lorsqu’ils sont confrontés à d’autres sons forts. Lorsque la panique survient, ils sont susceptibles de se bloquer, et d’arrêter de répondre, ils essaient rapidement de quitter la scène, ou peuvent devenir désorganisés et frénétiques, se comportant d’une manière qui semble irrationnelle. Lorsqu’ils sont anxieux, les personnes atteintes de TSA sont susceptibles de traiter les choses encore plus lentement et ont encore plus de déficience dans l’expression et la communication avec les autres.

Les personnes atteintes d’autisme ont souvent des difficultés à rappeler les événements de façon séquentielle, et avec suffisamment de détails. Ces faiblesses dans le langage expressif peuvent les amener à paraître peu coopératifs et même à ne pas répondre lorsqu’ils sont interrogés par la police, les avocats ou les juges. Ces difficultés sont également aggravées par leur attention sélective, par laquelle il n’est pas possible de rappeler des informations qui n’ont jamais été abordées. Toutes les personnes atteintes d’autisme ont des faiblesses dans les compétences sociales. Cela signifie qu’ils ignorent ou interprètent mal la communication non verbale, ce qui est essentiel pour qu’ils réagissent de manière appropriée aux signaux des autres, lorsqu’ils sont ennuyés ou irrités. Par ailleurs, les individus atteints d’autisme ont peu ou pas d’amis, ils peuvent facilement (mal) interpréter les actions des autres, coyant qu’ils sont inclus ou invités alors qu’en réalité leurs actions constituent un harcèlement ou même intrusion.

Les individus autistes ont, de manière typique, des difficultés dans la mise en perspective, pour comprendre la manière dont les autres voient certaines choses, et la manière dont elles le font. Cette difficulté se manifeste souvent dans un jugement très altéré, car l’individu avec TSA interprète erronément les actions et les intentions des autres, d’une manière étroite et singulière, en accord avec ses propres perceptions.

Malheureusement, des recherches montrent que les personnes atteintes de TSA sont souvent accusées et même condamnées pour des crimes directement impliqués, ou résultant de défis fondamentaux de l’autisme (Attwood et al. 2014). De toute évidence, il ya beaucoup d’officiers de police, d’avocats et même de juges qui sont naïfs et peu sympathiques envers les besoins de ces membres vulnérables de la société. Un avocat du district a d’ailleurs affirmé «Qu’est-ce qui ne va pas dans l’incarcération des personnes atteintes de maladie mentale? Nous le faisons tout le temps!« 

Attwood, T., Hénault, I. & Dubin, N. (2014). Autism, Sexuality and the Law. Jessica Kingsley Publishers.

Mindblindness: Criminally Accused Individual with Asperger’s Syndrome

La Mind-blindness ou cécité de l’esprit peut être décrit comme un trouble cognitif où un individu est incapable d’attribuer des états mentaux à lui-même et aux autres. En raison de ce trouble, l’individu peut ignorer les états mentaux d’autrui, ou incapable d’attribuer des croyances et des désirs aux autres. Cette capacité à développer une conscience mentale de ce qui est dans l’esprit d’un individu est connu sous le nom de théorie de l’esprit. La Mind blindness est associée à l’autisme et au syndrome d’Asperger (AS).

Source: Wauhop B. (2008–2009) Mindblindness: Three nations
approach the special case of the criminally accused
Individual with Asperger’s Syndrome
. Penn State International
Law Review 27, 959–991.

Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger ne sont pas plus susceptibles de commettre des crimes que les individus neurotypiques, comme l’ont montré plusieurs études. Cependant, des études révèlent aussi que le taux de prévalence des individus AS dans les populations de la prison est beaucoup plus élevé. Cette surreprésentation suggère qu’un individu souffrant du syndrome d’Asperger pourrait être reconnu coupable et incarcéré en raison de la manifestation particulière de leur trouble plutôt qu’à cause d’une conduite juridiquement coupable, voir Haskins et al. (2006).

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont dit souffrir de Mind-blindness parce qu’ils ne comprennent souvent pas les indices sociaux, et ne peuvent pas comprendre que d’autres personnes peuvent avoir des réactions émotionnelles différentes face au même événement, voir Haskins et al. (2006). La notion de Mind-blindness est juridiquement importante car elle empêche les individus de percevoir et de comprendre l’effet de leur conduite a sur les états émotionnels et cognitifs des autres.

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger ont une mauvaise intuition et manquent de la capacité d’adaptation spontanée dans la plupart des situations sociales. Ils ont une tendance à interpréter de manière très littérale ce que les gens disent. Ce comportement donne l’impression d’une naïveté sociale, comme la définissent Attwood (2007) et Klin (2006). En règle générale, les gens atteintes du syndrome d’Asperger manquent d’inflexion, et d’intonation dans la voix, qui semble alors monotone quand ils parlent. Leurs conversations semblent souvent sans contexte, donnant l’impression générale d’incohérence. Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent parfois tenir long discours dont il est difficile de percevoir la cohérence, voir Klin (2006). Ces difficultés de communication peuvent engendrer des incompréhensions entre les personnes atteintes du syndrome d’Asperger et les personnes en charge de faire respecter la loi (au cours des audiences, ou devant un jury, ou une commission de libération conditionnelle). La personne atteinte du syndrome d’Asperger pourra parfois présenter des signes d’ennui, donnant l’impression qu’elle a hâte d’en finir. De plus, leur intonation étrange, et souvent monocorde, pourrait être perçu comme un manque de remords. Enfin, comme les individus atteintes du syndrome d’Asperger confessent souvent rapidement des crimes, ils ne peuvent pas comprendre le sens de tout ce remue-ménage, voir Attwood (2007) et Klin (2006).

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger peuvent réagir de façon inappropriée lorsqu’elles ne parviennent pas à comprendre le contexte d’une interaction sociale, voir Klin (2006). L’ensemble des attitudes des personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont souvent interprétées par d’autres personnes comme de l’insensibilité, ou un manque d’empathie. Ce manque apparent d’empathie ou de remords semble juridiquement significatif, car il pourrait être confondu comme un indicateur de la psychopathie. Les psychopathes sont des prédateurs humains, tandis que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont socialement naïves et immatures. Bien que les deux donnent l’impression d’un manque d’empathie, le psychopathe n’a pas de remords, alors que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger ne présentent pas les expressions attendues.

Dans l’approche Anglaise du mens rea en droit pénal, la loi est basée sur la maxime « l’acte ne fait pas un homme coupable à moins que son esprit soit coupable« . Dans son traité du XIIIe siècle, le juriste Henry Bracton a écrit que « un crime n’est pas commis à moins que l’intention de nuire existe« . Aussi, selon Bracton, les nourrissons et les fous sont exclus de la culpabilité en raison de leur incapacité à faire des choix rationnels entre le bien et le mal. Aussi, les personnes atteintes du syndrome d’Asperger peuvent se livrer à des violations criminelles sans le mens rea requis pour une évaluation de la culpabilité criminelle.

Attwood, T. (2007) The Complete Guide to Asperger’s Syndrome.
Jessica Kingsley Publishers.

Haskins B. G. & Silva J. A. (2006) Asperger’s disorder and criminal behavior: forensic psychiatric considerations. Journal of the American Academy of Psychiatry and Law 34, 374–384.

Klin, A. (2006) Autism and Asperger Syndrome: An Overview. Revista Brasileira de Psiquiatria.

 

Offending Behaviour in Adults with Asperger Syndrome

Source: David Allen, Carys Evans, Andrew Hider, Sarah Hawkins,
Helen Peckett & Hugh Morgan (2008). Offending Behaviour in Adults with Asperger Syndrome. J Autism Dev Disord. 38:748–758.

Plusieurs raisons pour lesquelles les personnes atteintes d’Asperger peuvent être plus susceptibles de se livrer à la délinquance ont été mises en avant par Barry-Walsh et al. (2004), Howlin (1997) ou Morgan et al. (2001). Par exemple, les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont particulièrement susceptibles d’être mal comprises socialement, elles ont souvent un mauvais contrôle des impulsions, un manque d’empathie et de compréhension sociale […] Elles ne parviennent pas à reconnaître les implications de leur comportement et à respecter rigoureusement les règles.

Les infractions sexuelles, les infractions avec violence et les incendies criminels ont tendance à être les types d’infraction les plus décrits dans ces études.

Pour les personnes atteintes du syndrome d’Asperger, le
processus d’arrestation, l’enquête et le procès peuvent être extrêmement difficiles. Ils peuvent être particulièrement vulnérables comme suspects parce qu’ils sont susceptibles d’éprouver des difficultés à replacer les événements dans le temps, avec les relations, à différencier leur propre action de celles des autres, elles ont du mal interpréter ce qu’ils voient ou entendent, elles sont perdues dans des environnements inconnus, et à méconnaître ce qui peut être attendu dans un entretien formel (franchise, divulgation de fantasmes privés, etc.)}, tel que décrit dans Berney (2004), Debbaudt (2002), Mayes (2003) et Barry-Walsh et al. (2004).

Cinq participants ont décrit leur expérience du tribunal au cours d’entrevues. La majorité des participants a raconté ressentir des émotions négatives, telles que la peur, l’anxiété et la détresse: « ce fut la pire chose qui soit jamais arrivé … c’était absolument horrible … ce fut un tel choc », « ça n’a pas été très agréable d’entrer dans la Crown Court, c’était très stressant … un moment inconfortable de ma vie réellement. Un moment de ma vie que je voudrais mettre derrière moi ».

Barry-Walsh J. & Mullen P. (2004) Forensic Aspects of
Asperger’s Syndrome. Journal of Forensic Psychiatry and
Psychology 15, 96–107.

Berney, T. (2004). Asperger Syndrome from childhood into adulthood. Advances in Psychiatric Treatment, 10, 341–351?

Debbaudt, D. (2002). Autism, advocates, and law enforcement
professionals. Recognising and reducing risk situations for
people with Autism Spectrum Disorders. Jessica
Kingsley Publisher.

Howlin, P. (1997). Autism: Preparing for adulthood. London: Routledge.

Mayes T. A. (2003) Persons with Autism and Criminal Justice
core concepts and leading cases. Journal of Positive Behavior
Interventions 5, 92–100.

Assessing the Sex Offender With Asperger’s Disorder

Source:  John Matthew Fabian (2011) Assessing the Sex Offender With Asperger’s Disorder. Sex Offender Law Report, 12:5, 65 – 80

Le syndrome d’Asperger (AD), dans le cadre du spectre autistique (ASD), implique des difficultés importantes dans le contexte d’interactions sociales. Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger ont une incapacité à établir des relations et des amitiés socialement appropriées, des capacités réduites d’interprétation et de réaction aux signaux sociaux, et une maladresse sociale. Ils sont susceptibles de se méprendre, et ne parviennent pas à reconnaître les sentiments, les émotions et les réactions des autres. Bien qu’ils soient présentés souvent comme égocentriques et narcissiques, ce n’est pas en raison d’un trouble de la personnalité en soi, mais plutôt par une incapacité innée à comprendre et se rapporter aux autres, voir Barry-Walsh et al. (2004).

Compte tenu des caractéristiques de l’autisme, les évaluations devraient tenir compte de ces quatre principaux facteurs concernant le lien entre les déficiences sociales et la délinquance sexuelle criminelle:

  • déficit d’empathie;
  • comportements sexuels inadaptées;
  • modèles restrictifs et comportement répétitif;
  • rôle potentiel des paraphilies concomitantes.

Dans les études de cas, les hommes souffrant du syndrome d’Asperger accusés d’infractions sexuelles et de meurtres  semblaient généralement ne pas être au courant du tort qu’ils ont causé leurs victimes, Murrie et al. (2002). Bien que ces déficiences peuvent être facilement attribués à des traits psychopathiques inhérents, dans le cas de personnes souffrant du syndrome d’Asperger, ils peuvent également être lié à une forme de naïveté interpersonnelle. Plus précisément, les personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent avoir peu de relations humaines, et ont une tendance à rechercher le contact interpersonnel de manière malavisée. Plusieurs facteurs concomitants peuvent conduire à des comportements assimilés à de la délinquance sexuelle.

Les personnes atteintes de troubles du développement sont souvent moins équipées pour initier ou maintenir des relations intimes, couramment associés à un contact sexuel consensuel. En fait, de nombreuses personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent avoir des difficultés à juger l’âge des autres, ce qui peut conduire à des relations illégales, à des relations sexuelles avec des mineurs, ou la possession illégale de pornographie juvénile. La littérature récente a révélé qu’une capacité défectueuse peut sous-tendre certaines infractions sexuelles chez certaines personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique. L’utilisation de la pornographie est une façon pour ces personnes d’éprouver leurs débouchés sexuels.

Compte tenu des taux de sous-diagnostique du syndrome d’Asperger, l’évaluation médico-légale du syndrome dans les cas d’infractions sexuelles devrait consister en une évaluation à la fois diagnostique du syndrome d’Asperger et de ses dimensions, ainsi que l’examen des évaluations spécifiques des délinquants sexuels à risque. En ce qui concerne la première, l’évaluation doit tenir compte de plusieurs domaines de fonctionnement, à savoir:

  • social et fonctionnement émotionnel;
  • fonctionnement neuropsychologique;
  • comportement fonctionnel adaptatif.

Le cas échéant, des tests spécifiques de diagnostique du syndrome d’Asperger devrait être envisagé dans l’évaluation globale.

Barry-Walsh J. & Mullen P. (2004) Forensic Aspects of
Asperger’s Syndrome. Journal of Forensic Psychiatry and
Psychology 15, 96–107.

Murrie, D. C., Warren, J. I., Kristiansson, M. & Dietz, P. E. (2002). Asperger’s Syndrome in Forensic Settings. International Journal of Forensic Mental Health, 1(1), 59-70.

 

Autism, Advocates, and Law Enforcement Professionals

Source: Dennis Debbaudt, 2002. Autism, Advocates, and Law Enforcement Professionals: Recognizing and Reducing Risk Situations for People with Autism Spectrum Disorders. Jessica Kingsley Publishers (ou https://www.westmidspolfed.com… pour une version plus courte de l’ouvrage).

Reconnaissance de l’autisme: quelle première réponse ?

Les personnes autistes peuvent avoir des difficultés à exprimer leurs besoins […] Les personnes avec autisme peuvent avoir de la difficulté à appréhender l’espace personnel: ils peuvent empiéter sur l’espace personnel des autres en se tenant trop près, ou ils peuvent se tenir trop loin. Elles peuvent avoir une conscience limitée du corps humain.

Les personnes autistes peuvent afficher un vocabulaire limité, ou avoir tendance à l’écholalie (tendance à répéter de façon spontanée, involontaire et systématique les mots prononcés par un interlocuteur). Leur discours peut être monotone, comme par ordinateur. et sans inflexion. Ils peuvent donner l’impression de se parler à eux-mêmes, ou à personne en particulier.

Ils peuvent approcher ou parler à des inconnus. Ils peuvent ne pas être en mesure de fournir des informations, ou être en mesure de répondre à des questions. Dans ce dernier cas, les informations peuvent avoir peu, ou pas, de relation directe avec la question originale. Ils peuvent avoir du mal à concevoir un autre point de vue. Ils ne peuvent souvent pas intégrer la perspective des autres dans leur prise de décision, et faire de mauvais jugements sociaux en fonction de leur incapacité à prédire avec précision le point de vue des autres.

Ils peuvent ne pas demander des éclaircissements sur des questions, ou ne pas être en mesure de fournir des éclaircissements sur leurs réponses. Ils peuvent ne pas être en mesure de comprendre, ou accepter, une réponse rationnelle. […] Les personnes atteintes d’autisme peuvent être vus comme têtues, belliqueuse, voire sembler être sous l’influence de drogues, ou d’alcool. Ils peuvent être de piètres auditeurs, ne semblant pas se soucier de ce qui leur est dit. Ils peuvent être incapables de maintenir un contact visuel, même lorsque leur interlocuteur change de position pour l’obtenir. Ils peuvent répondre `Non ‘,`Oui’ ou `Pourquoi’ à tous les questions.

Reconnaissance de l’autisme: connaître les appels à l’aide

Que ce soit seuls, ou avec une personne de soutien, ils peuvent afficher des comportements, des communications et des réactions aux stimuli que d’autres trouveront bizarres. Les personnes autistes n’ont pas développé de conscience sociale de ce qui est attendu dans la communauté. Même s’ils ne sont pas malveillants, ils peuvent apparaître comme tels à d’autres. Leurs comportements peuvent dégénérer rapidement, avec des accès de colère, et ils peuvent ne pas comprendre les conséquences de leurs actions.

Les personnes autistes peuvent suivre ou approcher des enfants, des personnes âgées, ou d’autres qui les attirent, sans une compréhension du caractère inapproprié de leur comportement. Cela peut se produire dans les magasins, les parcs, les aéroports,
gares ferroviaires et routières, et les toilettes publiques et apparaissent aux autres comme du harcèlement, ou comme le prélude à une agression ou d’une avance sexuelle. Les personnes avec autisme peuvent tenter d’embrasser, ou de toucher des étrangers, voire renifler des personnes ou des objets qui sont nouveaux à leur environnement.

Reconnaissance de l’autisme: délits sexuels

Les personnes atteintes d’autisme peuvent être accusées de délits qui vont de l’outrage à la pudeur, de la masturbation en public, du harcèlement sexuel, à de plus graves accusations comme le viol. La maturité sexuelle et la compréhension des normes sociales doivent être remis en question dans le cas des personnes avec autisme. Alors que de nombreuses personnes atteintes d’autisme auront le même désir sexuel que quiconque, certains peuvent n’avoir aucun désir sexuel du tout. Ils peuvent alors toucher le sexe d’autres personnes seulement parce qu’ils ne sont pas conscients du caractère privé de certaines parties du corps. Ceux qui ont des désirs sexuels peuvent ne pas être en mesure de vivre leur sexualité de manière socialement acceptables. Ils peuvent expérimenter avec des personnes d’un âge avancé, mais également avec des personnes beaucoup plus jeunes. Ils ne savent pas où se situe la ligne de consentement mutuel avec un partenaire. Leur crime peut être davantage une question de contrôle que d’expérimentation.

Entretien et Interrogation des personnes autistes: indications trompeuses de culpabilité

Les autistes à haut-potentiel, ou les personnes autonomes, peuvent vivre seules ou sans surveillance constante, être capable de conduire ou d’utiliser les transports en commun, occuper un emploi, et profiter des activités de loisirs. Ils peuvent posséder des compétences verbales apparemment normales, mais déficiente dans la compréhension, la conscience sociale, et la prise de décision}. Ils peuvent apparaître comme tout à fait normaux au premier abord, mais les symptômes, les comportements. et caractéristiques – par exemple, fournir des réponses franches ou indélicates, changer de sujet, ou être incapable de comprendre ou d’accepter une réponse rationnelle – deviendra apparente à un enquêteur instruit. Toutefois, sans une compréhension du handicap, il sera facile de mal interpréter les informations, perçues alors comme indicateur de la culpabilité.

Ils peuvent ne fournir aucun contact visuel du tout, même quand leur intervenant décale leur position pour l’obtenir. Une personne autiste peut avoir appris à maintenir un contact visuel, mais cela peut être perçu comme un mauvais signal. En effet, l’enquêteur peut confondre ce contact visuel inhabituel avec une diminution de tension, technique utilisée par une personne coupable, quand il n’y a rien plus d’un symptôme de l’autisme.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: mémoire

Les enquêteurs devraient comprendre que la personne autiste peut avoir des compétences, en terme de mémoire, hautement développées. L’autiste interrogé peut ainsi affirmer des choses qu’il a entendu, et qu’il se contente de répéter. Cette compétence peut leur permettre d’assimiler, et de régurgiter les données rapidement. Les autistes peuvent aussi développer un système sophistiqué d’écholalie, répétant en écho les mots des autres. Par exemple, la personne autiste peut mémoriser les allégations de personnes entendu sur les lieux, les faits fournis par inadvertance par un officier, et les détails de certains faits apparaîtront comme une preuve. La personne autiste peut fournir de très convaincantes fausses déclarations, ou de faux aveux

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: l’interrogateur en tant que figure d’autorité

Les personnes atteintes d’autisme peuvent avoir appris à se tourner vers des figures d’autorité, tout au long de leur vie, pour prendre des décisions importantes dans leur vie. Elles ont ainsi appris à leur faire confiance, partant du fait qu’une personne dépositaire de l’autorité a toujours raison. Les personnes souffrant d’autisme peuvent alors se voir embrouiller lors d’un interrogatoire.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: Friendly-Unfriendly

Bien qu’ils peuvent ne pas avoir eu d’ami, cela ne les empêchera de continuellement essayer […] Les techniques d’interrogation des enquêteurs ont le potentiel de produire de faux aveux de ces personnes autistes}, comme le rappelle Inbau et al (1967). La personne autiste peut involontairement donner à un interrogateur l’impression qu’il ou elle est apathique.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: Pauvres menteurs

Un interrogateur peut chercher des informations en mentant, lors d’une infraction présumée. La personne autiste peut essayer de répondre à ce nouvel ami, ou à cette figure d’autorité, en apportant la réponse qui serait celle que l’interrogateur attend.

Lorsqu’on lui a demandé s’il ou elle a déjà pensé à commettre le
infraction en question, un autisme – même innocent – peut répondre « oui' », par opposition au « non » attendu pour une personne innocente.

Inbau, F. E. & Reid, J. E. (1967). Criminal interrogation and confessions. Williams & Wilkins Editor.

Autism: a guide for criminal justice professionals (5)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 5, Questionner un personne souffrant d’autisme

Le stress et l’anxiété menant à l’entrevue

Sachez que les personnes atteintes d’autisme trouvent les changements dans leurs routines très difficiles à gérer.
Même les événements prévus, comme un entretien avec un avocat, peut être très stressant pour eux. Une personne peut aussi être extrêmement anxieuse dans un environnement étranger, comme une salle d’audience, ou une salle d’attente.

Certaines personnes atteintes d’autisme sont hypersensibles, au bruit et à la lumière, tandis que d’autres ont peur des foules. Ils ont souvent de la difficulté à attendre leur tour, ou pour comprendre les conventions sociales telles que les files d’attente. Une personne peut être incapable de tolérer une telle expérience, l’anxiété qui y est associée pouvant la conduire à devenir agitée ou perturbée. Si l’anxiété augmente, ils peuvent même se déchaîner.

Difficultés de compréhension

Les personnes souffrant d’autisme sont susceptibles d’avoir du mal à comprendre ce qu’on leur dit, et peuvent lutter pour maintenir une véritable conversation bidirectionnelle; c’est encore plus probable quand ils sont stressés. Même ceux qui ont apparemment un discours expressif sont susceptibles de lutter avec la communication non-littérale comme le sarcasme, ou des blagues. Ils prennent souvent ce qu’on leur dit complètement littéralement – ainsi par exemple, si on leur donne rendez-vous à 14 heures, ils s’attendre à voir rendez-vous précisément à ce moment-là, et pas à 14 heures et une minute.

Guide pour le processus d’entrevue

Il peut ne pas être possible de rassembler toutes les informations dont vous avez besoin au cours d’une entrevue. Il pourrait être nécessaire de tenir plusieurs sessions afin de construire une forme de familiarité avec la personne. Si possible, parlez aux parents, aux soignants ou aux professionnels impliqués avec eux, comme leur psychiatre, pour obtenir des conseils sur la meilleure façon de les interroger. En outre, il peut être nécessaire de demander l’avis d’un travailleur psychologue ou sociale qui se spécialise dans le domaine de l’autisme. Le soutien d’un « adulte approprié » pour un enfant (ou un adulte) souffrant d’autisme est souvent essentiel pour aider le processus. Il sera utile de garder l’entrevue aussi courte que possible. Un enfant autiste peut ne pas être en mesure de se concentrer plus longtemps que 10 à 15 minutes (au plus). Les conseils suivants vous aideront également au cours de l’entrevue elle-même.

Maintenir l’environnement aussi calme que possible

  • La personne peut être plus détendue si elle est interrogée dans un endroit familier, avec une personne qu’elle connaît
  • S’il est connu, expliquer combien de temps l’entrevue va durer, et ce qui arrivera à la fin. Lorsque les procédures judiciaires le permettent, utiliser des vidéos pour répondre aux besoins des personnes autistes qui apportent des preuves.
  • Assurez-vous qu’il n’y a pas de bruits de fond qui pourraient fournir une distraction pendant l’entrevue.
  • Les enfants – et certains adultes – souffrant d’autisme sont souvent attachés à un objet particulier, comme un morceau de ficelle. L’enfant ou l’adulte peuvent souhaiter garder l’objet à porté de main lors de l’entrevue. La recherche suggère que, parfois, cet objet les aide à se concentrer, et retirer l’objet peut causer une détresse inutile.

Tenue de l’entrevue

  • Parlez calmement, de votre voix naturelle, en gardant une langue aussi simple et claire que possible. Utilisez seulement des mots nécessaires.
  • Essayez de ne pas exagérer votre expression faciale ou le ton de la voix, car cela peut être mal interprété.
  • Evitez les gestes autant que possible, car ils peuvent être une distraction. Si les gestes sont nécessaires, les accompagner avec des déclarations sans ambiguïté, ou des questions qui précisent leur signification.
  • Utilisez le nom de la personne au début de chaque question afin qu’ils sachent de qui on parle.
  • Préparer la personne aux questions qui pourraient suivre. Par exemple, « John, je vais vous poser une question ».
  • Donner du temps pour que la personne puisse répondre; ne pas supposer qu’un silence signifie qu’il n’y a pas de réponse à venir.
  • Évitez les questions ouvertes: les questions fermées sont plus susceptibles d’être comprises. Par exemple, demander à une personne avec autisme « peux-tu me dire ce que tu as vu hier » sera trop vague. La personne souffrant d’autisme peut ne pas être en mesure de juger exactement ce que l’enquêteur a besoin de savoir. Une meilleure approche serait de demander « Dis-moi ce que tu as vu arriver dans le centre commercial à environ 10 heures ».
  • Les personnes atteintes d’autisme ont une compréhension très littérale de la langue. Évitez d’utiliser l’ironie ou le sarcasme.
    Accompagnez les questions d’aides visuelles ou de supports. Les personnes souffrant d’autisme comprennent souvent mieux des informations visuelles que les mots.

Les réponses de l’accusé

  • Laissez à la personne un temps de réflexion supplémentaire pour répondre à chaque question. Les personnes atteintes d’autisme prennent souvent plus de temps pour traiter l’information. S’il n’y a pas de réponse du tout, essayez de reformuler la question. Une personne autiste est peu probable d’être en mesure de vous informer quand ils ne comprennent pas ce que vous avez demandé.
  • Les autistes peuvent avoir des compétences linguistiques plus expressives que réceptives. Aussi, soyez conscients du fait qu’ils peuvent ne pas comprendre pleinement ce qui leur est dit. Certaines personnes atteintes d’autisme font de l’écholalie: ils peuvent faire écho et répéter les mots des autres sans comprendre le sens de ces mots.
  • Ne vous attendez pas à ce que la personne établisse un contact visuel lors de l’entrevue. Rappelez-vous que les personnes autistes peuvent parler d’une voix monotone, et utiliser un langage très guindée.
  • Dans certains cas, les personnes souffrant d’autisme peuvent apparaître comme têtues ou belligérantes. Alternativement, ils peuvent sembler être en accord avec les suggestions de l’enquêteur ou à des déclarations qui sont fausses. Ils ne peuvent pas comprendre les conséquences de cette action.

Pour ceux qui sont détenus en garde à vue

Les personnes atteintes d’autisme qui sont détenues en garde à vue doivent être prises en charge. S’ils sont laissé sans surveillance, certains peuvent réagir à une garde à vue par de l’automutilation, ce qui se traduit par le fait de se mordre ou se piquer des parties de leur corps, ou de se cogner la tête contre un mur.

Les personnes atteintes d’autisme devraient avoir accès à un professionnel qui comprend leur handicap, pourraient fournir des conseils et expliquer leurs besoins; un adulte approprié peut également être nécessaire au cours du processus d’interrogatoire. Famille et aidants devraient être consultés à l’appui.

Autism: a guide for criminal justice professionals (4)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 4, Communiquer avec une personne autiste

Une personne autiste trouvera souvent des situations inattendues, ou inhabituelles, très difficiles à vivre. Les points suivants seront utiles aux professionnels du monde judiciaire souhaitant communiquer avec quelqu’un souffre d’autisme.

Garder la situation calme:

  • Ne pas tenter d’arrêter la personne de faire des mouvements répétitifs, car cela peut parfois être une stratégie auto-calmante, et les mouvements peuvent s’arrêter une fois que les choses ont été expliquées clairement.
  • Les personnes atteintes d’autisme peuvent porter un objet qui les rassure, comme un morceau de ficelle ou un papier. Son retrait peuvent engendrer anxiété et détresse.
  • Si des sirènes ou des feux clignotants peuvent se mettre en marche, désactivez-les pour éviter la panique, ou la distraction.
  • Si possible, et si la situation est dangereuse, voire mortelle, essayez d’éviter de toucher une personne avec l’autisme, car ils peuvent réagir avec une extrême agitation en raison de leur sensibilité accrue et aiguë.
  • Les autistes peuvent avoir une réponse inhabituelle à la douleur et ne pas signaler des blessures. Vérifiez son état de santé d’une manière aussi non-invasive que possible.

Lignes directrices pour une communication efficace

  • Les autistes comprennent souvent mieux des informations visuelles que des mots parlés. Il peut ainsi être utile d’utiliser des aides visuelles, comme des dessins ou des photos, pour expliquer à la personne ce qui se passe. S’ils peuvent lire, il peut être utile de mettre vos informations par écrit et de lui demander de les lire
  • Pour préparer la personne, expliquer clairement la situation dans laquelle ils se trouvent
  • Essayez d’éviter de crier sur la personne autiste. Gardez un langage clair, concis et simple: utiliser des phrases courtes et des commandes directes.
  • Prévoyez du temps pour que la personne puisse répondre. Les personnes atteintes d’autisme peuvent prendre beaucoup de temps pour digérer l’information avant de répondre, il ne faut pas passer à une autre question trop rapidement.
  • Renforcez les gestes lors d’une déclaration pour éviter tout malentendu.
  • Si vous connaissez le nom de la personne, utilisez le au début de chaque phrase afin qu’ils sachent de qui vous parlez}. Donner des instructions claires, lentes et directes.
  • Évitez d’utiliser le sarcasme, les métaphores ou l’ironie. Les personnes atteintes d’autisme peuvent prendre les choses littéralement, causant d’énormes malentendus. Evitez d’utiliser de locutions qui pourraient embrouiller quelqu’un qui interprète le langage littéralement (comme « did you change your mind? »).
  • Assurez-vous que les questions soient directes, claires et précises pour éviter toute confusion. Une personne autiste peut répondre à votre question sans comprendre l’implication de ce qu’ils disent, ou penser que c’est ce qu’ils sont censés répondre. Si une personne autiste se voit demander « Vous avez fait cela, non? » ils peuvent répondre « Oui » sans préciser s’il réponde au « non » interrogatif, ou à la première partie, affirmative.

Les réponses de la personne autiste

  • Ne vous attendez pas une réponse immédiate lorsque vous posez une question ou lorsqu’une instruction est donnée, la personne souffrant d’autisme ayant parfois besoin de temps pour les traiter. Donner à la personne au moins dix secondes pour répondre
  • Si une personne souffrant d’autisme répond par écholalie (c’est à dire en répétant la question), il est important de ne pas interpréter cela comme une marque d’insolence: vérifiez que la question a été posée assez clairement.
  • Un évitement de contact visuel de la personne avec autisme ne devrait pas être interprété comme de la grossièreté ou une cause de suspicion.
  • Les autistes peuvent ne pas comprendre la notion d’espace personnel. Ils peuvent envahir votre espace personnel, ou peuvent eux-mêmes besoin de plus d’espace personnel que la personne moyenne.

 

Autism: a guide for criminal justice professionals (3)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 3, Personnes atteintes d’autisme
et le système judiciaire criminel

Les personnes atteintes d’autisme sont vulnérables en raison de leurs difficultés sociales et de communication, de sorte qu’ils ont un besoin particulier pour la compréhension, et un soutien approprié face à la justice pénale. Faire un `911′ (appel d’urgence) pourrait être très difficile pour quelqu’un souffrant d’autisme, comme faire une déclaration à un agent de police à la suite d’un cambriolage. Les implications plus larges de la situation ne peut pas être évident pour eux et ils ne peuvent pas comprendre le type d’information qu’ils ont besoin pour donner.

Un manque de compréhension de l’autisme peut conduire à ce que leur comportement soit interprété comme un comportement fautif. \hil{Les personnes atteintes d’autisme sont souvent inconscients des conséquences de leurs actes ou l’effet de leur comportement sur les autres parce qu’ils ne font pas instinctivement un lien de cause à effet}. Certains peuvent afficher un comportement extrême dans certaines circonstances, résultant souvent de leur niveaux élevé d’anxiété. Par conséquent, un soutien approprié est nécessaire pour répondre aux besoins propres de chaque personne.

Voici quelques autres exemples des types de situations qui peuvent amener des gens souffrant l’autisme à entre en contact avec un professionnel de la justice pénale

Malentendus et indices sociaux: Beaucoup de personnes atteintes d’autisme éprouvent des difficultés à établir un contact visuel. Dans certains cas, il sera éphémère ou totalement inexistant. Dans d’autres cas, le contact visuel peut être prolongé, voire intrusif. Cela a conduit devant la justice un jeune homme autiste qui regardait fixement et intensément la clôture d’un voisin.

Naïveté sociale: La naïveté sociale conduit parfois des personnes atteintes d’autisme faire des approches sociales inappropriées; par exemple, ils peuvent se tenir très près d’une autre personne, et faire intrusion dans l’espace personnel de cette personne. Certaines personnes atteintes d’autisme, préoccupées par ce qui est la bonne chose à faire, peuvent parfois répondre à une situation d’une manière que d’autres trouvent difficile à interpréter. Par exemple, après avoir suivi un cours au sujet de la sécurité routière, un jeune autiste a été surpris à crier des instructions à des personnes qui souhaitaient traverser à un feu proche de sa maison. Des personnes atteintes d’autisme, souhaitant faire partie d’un groupe social, et incapables de lire les motifs d’autres personnes, ont parfois été dupées en agissant comme complices involontaires dans des vols.

Isolement social: Le comportement de certaines personnes atteintes d’autisme peut apparaître comme étrange voire excentrique. Ils peuvent sembler être isolés socialement, ce qui les rend particulièrement vulnérables à l’intimidation. Dans un cas, un jeune homme souffrant d’autisme a été attaqué dans un train par un gang, et dépouillé de son téléphone mobile. Toutefois, en raison de ses difficultés de communication, la police est venue à la conclusion qu’il serait un témoin peu fiable, et la plainte a été abandonnée. Un autre adolescent avec le syndrome d’Asperger est devenu la proie de harcèlement par la famille d’un voisin. Une fois, ils ont appelé la police quand ils l’ont vu écrire son nom avec du sel dans l’allée, alors qu’il copiait ce qu’il avait vu dans un programme de télévision pour enfants.

Comportement inhabituel: Des changements inattendus, tels que des retards des trains, peuvent être si pénible pour une personne autiste qu’ils peuvent réagir de manière agressive. A l’inverse, une personne peut exprimer une joie profonde pour quelque chose apparemment insignifiant dans un lieu public, ce qui pourrait alerter les gens autours. Un jeune homme autiste, incapable de faire face facilement à un changement dans son itinéraire, a réagi d’une manière forte, jurant abondamment, le jour où son arrêt d’autobus habituel a été déplacé temporairement. Un autre homme, frustré par d’autres en ignorant les règles de stationnement, a entrepris de frapper sur des voitures mal garées, causant des dommages (criminels). Une fois, un homme de 50 ans, si heureux d’avoir obtenu une nouvelle carte de crédit a sauté sur place, parlant à haute voix et riant en permanence. Absorbé dans ses pensées, il sortit dans la rue et a provoqué un accident.

Intérêts obsessionnels: Les personnes atteintes d’autisme sont souvent si simple d’esprit au sujet de leur intérêt spécifique qu’ils peuvent ne pas être conscients de l’effet que leurs actions pourraient avoir sur les autres, ou que ces actions pourraient les amener à se mettre en danger. Une personne peut aussi ne pas se rendre compte que, en agissant d’une manière inappropriée, ils ont peut-être commis un crime. Une fille de 5 ans, autiste, était fascinée par les pantalons en cuir, et approchait des gens portant de tels pantalons, en essayant de les toucher. Cette obsession a continué durant son adolescence et l’a conduit dans des situations la rendant très vulnérable. Un autre enfant avec l’autisme, fasciné par les camions de pompier, mis le feu dans des poubelles publiques, de manière à voir les pompiers arriver et éteindre l’incendie. Un homme, obsédé par les trains, a pris le contrôle d’une locomotive à vapeur à une gare et est parti avec; tandis que l’intérêt et l’habileté avec les ordinateurs ont conduit à une autre personne souffrant d’autisme à pirater des systèmes informatiques.

Fuite: Certaines personnes atteintes d’autisme, enfants ou adultes, sont enclins à fuir quand ils sont laissés sans surveillance, ou lorsque les soignants sont occupés ailleurs. Il est difficile de comprendre pourquoi ils font cela: il est possible qu’une personne ne sache pas qu’elle devait rester là où elle était. Certains ont peut-être joué à cache-cache dans la cour de l’école, sans se rendre compte qu’une situation particulière était différente de l’école, et attendent que quelqu’un va venir les trouver. D’autres peuvent chercher un endroit, ou une activité, avec leur intérêt spécifique. De telles situations peuvent conduire à des dangers tant pour la personne souffrant d’autisme que pour les autres, et peuvent parfois amener les gens à entrer en contact avec la police. Les gens souffrant d’autisme, souvent, ne reconnaissent pas le danger de leurs actions. Ils ne peuvent pas, par exemple, observer les limites, peuvent courir au milieu de la circulation, entrer dans le jardin d’un voisin, pénétrer dans des véhicules non fermés, voire chez des gens. Les sources d’eau telles que les étangs, les fontaines, les rivières et les canaux peuvent être particulièrement fascinantes, et donc dangereuses.