Archives de catégorie : justice

Autism: a guide for criminal justice professionals (2)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 2, Pourquoi il est important de savoir si une personne souffre d’autisme

Toutes les personnes atteintes d’autisme peuvent éprouver des difficultés avec la communication et l’interaction sociale, et peuvent développer des intérêts obsessionnels forts. Ils peuvent aussi avoir des difficultés sensorielles, et des problèmes de coordination. Les personnes atteintes d’autisme souffrent souvent de niveaux élevés d’anxiété en raison de leur incapacité à donner un sens à ce qui se passe autour d’eux.

Les personnes atteintes d’autisme qui entrent en contact avec le système de justice pénale sont davantage susceptibles d’être des autistes de haut niveau, ou souffrant du syndrome d’Asperger, car ils ont généralement plus d’indépendance que ceux dont l’autisme est accompagné de graves difficultés d’apprentissage.

Cependant, la maîtrise de la langue parlée par une personne souffrant d’autisme de haut niveau, ou du syndrome d’Asperger, ne reflète pas nécessairement leur véritable niveau de compréhension ou de conscience sociale. Leur indépendance apparente peut masquer leur incapacité sociale: de nombreuses personnes atteintes d’autisme sont souvent perplexes face à ce qui se passe autour d’eux, et peuvent être des personnes vulnérables.

Les autistes ne comprennent pas toujours les conséquences de leurs actions, ou les motivations des autres. En raison de leurs difficultés avec l’imagination sociale, de problèmes avec la flexibilité de la pensée, et une tendance à un comportement obsessionnel et répétitif, une personne souffrant d’autisme peut ne pas avoir de difficultés à apprendre de l’expérience passée. Ils trouveront qu’il est souvent difficile de comprendre comment les autres perçoivent leurs actions, ainsi que de transférer intuitivement leurs expériences d’une situation à une autre. En conséquence, \hil{certains peuvent devenir des victimes, ou répéter leur comportement tant qu’un soutien ne leur est pas offert, avec une intervention appropriée}.

Les personnes atteintes d’autisme trouvent souvent que les situations inattendues sont extrêmement difficiles à gérer. Dans ce cas, ils sont intimidés, ils ne savent pas comment réagir, et ce sera alors pour eux de plus en plus anxiogène. Parfois, les gens atteints d’autisme sont impliqués dans une activité qui alarme les autres, ou qui enfreint la loi, et cela pourrait bien ne pas être intentionnel.

Si le comportement d’une personne autiste est devenue inacceptable, il peut ne pas être facile de le faire changer à la suite d’un avertissement, sauf si cela est accompagné par un soutien ou par une intervention particulière. Les gens atteints d’autisme trouvent qu’il est difficile de généraliser et d’adapter l’apprentissage d’une situation à une autre. Il est important de veiller à ce que la personne avec autisme comprenne bien les conséquences de ses actions et l’impact que son comportement peut avoir sur les autres. Les sections suivantes aideront les professionnels de la justice pénale dans leur approche de personnes atteintes d’autisme s’ils en rencontrent dans le cadre de leur travail.

Autism: guide for criminal justice professionals (1)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 1, qu’est-ce que l’autisme

L’autisme (tout comme le syndrome d’Asperger) est un trouble permanent du développement qui affecte la manière dont une personne communique et se rapporte à d’autres personnes. Il affecte également la façon dont il donne sens au monde qui l’entoure. On parle de spectre autistique, ce qui signifie que, même si toutes les personnes atteintes d’autisme éprouvent des difficultés, elles seront affectées de différentes façons. Certaines personnes atteintes d’autisme sont capables de vivre une vie relativement indépendante, mais d’autres peuvent avoir besoin de soutien spécialisé tout au long de leur vie. Les personnes atteintes d’autisme peuvent faire preuve de sur- ou sous-sensibilité aux sons, au toucher, aux goûts, aux odeurs, à la lumière ou à certaines couleurs.

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme. Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont souvent d’intelligence moyenne ou supérieure à la moyenne. Ils ont moins de problèmes d’élocution, mais peuvent encore avoir des difficultés avec la compréhension et le traitement du langage.

On estime qu’il y a 500 000 (environ 1 sur 100) personnes autistes
au Royaume-Uni, mais beaucoup, en particulier les adultes atteints du syndrome d’Asperger, peuvent ne pas avoir été diagnostiquées comme tel (ou sont mal diagnostiqués, souvent avec une autre condition, comme la schizophrénie).

Les personnes atteintes d’autisme, y compris ceux atteints du syndrome d’Asperger, partagent une difficulté à comprendre le monde autour d’eux. Une personne autiste montrera certaines des caractéristiques suivantes.

Interaction sociale: Il ou elle peut:

  • sembler être indifférent aux autres ou socialement isolées
  • être incapable de lire les indices sociaux
  • se comporter d’une manière qui peut sembler inappropriée ou étrange
  • sembler manquer d’empathie
  • éviter le regard

La communication sociale: Il ou elle peut:

  • avoir de la difficulté à comprendre le ton de la voix,
    les intonations, les expressions du visage
  • faire une interprétation littérale d’un discours métaphorique (l’expression `avoir un chat dans la gorge‘ serait alarmante pour une personne autiste)
  • trouver qu’il est difficile de tenir une conversation dans les deux sens
  • devenir agité, ou entêté
  • apparaître comme plus conforme et acceptant des choses qui ne sont pas vraies
  • utiliser un langage formel, guindé ou pédant
  • avoir une faible concentration et de pauvres compétences d’écoute
  • être honnête, paraître brusque ou grossier.

Imagination sociale: Il ou elle peut:

  • avoir de la difficulté à prévoir les conséquences de ses actedevenir extrêmement anxieux à cause d’événements imprévus, ou des changements de routine
  • sur-réagir à des infractions commises par d’autres personnes en trouvant cela injuste
  • avoir souvent des intérêts particuliers spéciaux, qui peuvent devenir des obsessions
  • trouver qu’il est difficile d’imaginer le point de vue d’une autre personne, ou faire preuve d’empathie.

High functioning autism and vulnerabilities during interrogative interview

Source: Alice S. North, Ailsa J. Russell & Gisli H. Gudjonsson, (2008). High functioning autism spectrum disorders: an investigation of psychological vulnerabilities during interrogative interview. The Journal of Forensic Psychiatry & Psychology, 19:3, 323-334,

La suggestibilité interrogative} est définie comme étant le degré suivant lequel une personne en vient à accepter et subséquemment à incorporer des informations post-événement à sa mémoire des souvenirs, Powers et al. (1979) ou Gudjonsson et al. (1986). La  conformité est elle définie comme la tendance de l’individu à aller de pair avec les propositions, les demandes, ou des instructions, pour un certain gain instrumental immédiat.

En terme de vulnérabilité au cours des interrogatoires, les individus autistes à haut potentiel peuvent ne pas avoir été reconnus immédiatement vulnérables par la police, à cause d’une utilisation apparemment convenable de la langue. Cependant, ces derniers peuvent faire face à des difficultés considérables dans la compréhension et l’adaptation avec les exigences de la police, et peut également connaître des niveaux élevés de détresse, compte tenu du contexte de situation sociale fermée d’un interrogatoire. Par définition, ce groupe va avoir de la difficulté à décoder les aspects de la vie sociale, en particulier les aspects impliquant des moyens non verbaux de la communication. En ce qui concerne les facteurs de risque connus de vulnérabilité lors de son interrogatoire, il existe des preuves que les déficits de mémoire peuvent être présents dans les groupes d’autistes à haut potentiel, Bowler et al. (1997). Blackshaw et al. (2001) ont suggéré que les autistes à haut potentiel peuvent se montrer plus suspicieux ou méfiants vis à vis des autres. Cela peut les aider à remettre en question et résister aux demandes de police et de se présenter aussi rigide et inébranlable dans leur réponses.

Les autistes à haut potentiel peuvent être plus désireux de plaire ou d’éviter le conflit et la confrontation, et peut donc répondre docilement à la demande ou aux suggestions des autres, sans être nécessairement d’accord. Ce comportement, s’il n’est pas connu par l’enquêteur, peut jouer au désavantage d’un suspect. Dans le pire des cas, ce comportement peut conduire à une déclaration erronée et auto-incriminante, comme l’a montré Gudjonsson (2003).

Blackshaw, A.J., Kinderman, P., Hare, D.J., & Hatton, C. (2001). Theory of mind, causal attribution and paranoia in Asperger Syndrome. Autism, 5, 147–163.

Bowler, D.M., Matthews, N.J., & Gardiner, J.M. (1997). Asperger’s
syndrome and memory: Similarity to autism but not amnesia. Neuropsychologia, 35, 65–70.

Gudjonsson, G.H. (2003). The psychology of interrogations and confessions: a handbook. Wiley.

Gudjonsson, G.H., & Clark, N.K. (1986). Suggestibility in police interrogation: A social, psychological model. Social Behaviour, 1, 83–104.

Powers, P., Andriks, J. L. & Loftus, E. F. (1979) . Eyewitness accounts of females and males. Journal of Applied Psychology, 64, 339-347.

Autism Spectrum Disorder and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here?

Source : Woodbury-Smith, M.R. & Dein, K. (2014) Autism Spectrum Disorder (ASD) and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here? J Autism Dev Disord  44:2734–2741

Pour les personnes autistes, leur forces verbales relatives peuvent masquer leur vulnérabilités socio-communicatives sous-jacentes, comme l’a montré Allen et al. (2008). Aussi, si une personne n’est pas reconnue autiste, elle peut être reconnue compétente au cours de la procédure. En réalité, ces personnes peuvent être influençables pendant les interrogatoires Maras et al. (2012a, 2012b) ou auront des difficultés à construire un récit de leur propre compte des événements. Par inadvertance, ils peuvent paraître arrogants ou désintéressés, ce qui peuvent influencer la façon dont ils sont traités par le système de justice pénale, Archer et al. (2013).

Une personne est responsable si elle a commis une infraction et en avait l’intention. On peut dire que certaines personnes atteintes de troubles du spectre autistique, par la nature de leur handicap socio-émotionnel, peuvent ne pas avoir les attributs qui sont nécessaires pour prendre des décisions de tous les jours, Freckelton et al. (2009). Sans la capacité d’empathie, une personne ne peut pas avoir la structure cognitive nécessaire pour inhiber un comportement inapproprié Blair (2001).

Les autistes à haut potentiel peuvent ne pas être immédiatement reconnaissables par la police. Si elles ne sont pas déjà été diagnostiquées, les personnes autistes sont alors vulnérables lors des interrogatoires, pour un certain nombre de raisons. En particulier, les particularités de la parole ou du comportement peuvent être simplement interprétés comme intentionnelle ou délibérée. De même, des difficultés à comprendre des questions ou des déclarations faites par d’autres, en particulier si elles impliquent l’utilisation de l’ironie, le sarcasme ou autrement inclure une signification quelque peu enveloppé, peut laisser la personne autiste confuse ou anxieuse.

Une personne ayant un trouble du spectre autistique peut également être influençable ou acquiescent. La notion d’acquiescement fait référence à une tendance à se mettre d’accord à ce qui est demandé ou dit parce que la personne pense que c’est ce qu’on attend d’eux. L’acquiescement se caractérise par un souhait de plaire aux autres, en disant ce qu’ils pensent que l’autre personne veut entendre, peut importe la réalité. Cela peut se produire si la personne interrogée souhaite arrêter l’entrevue aussi rapidement que possible, ou peut être motivé par un souhait d’être aimé par l’enquêteur. La suggestibilité est le terme généralement employé pour décrire l’acceptation non critique de l’information étant offerte, ou une sensibilité à l’information trompeuse. Par exemple, le style des questions de l’enquêteur (qui peut utiliser des questions fermées ou au contraire ouvertes) peuvent influer sur les réponses données. En outre, l’hypothèse est émise que \hil{les autistes ont une plus grande tendance à se reposer sur
indices linguistiques et sociaux immédiats, plutôt que sur la mémoire des événements.

Allen, D., Evans, C., Hider, A., Hawkins, S., Peckett, H., & Morgan, H. (2008). Offending behaviour in adults with Asperger syndrome. Journal of Autism and Developmental Disorders, 38, 748–758.

Archer, N., & Hurley, E. A. (2013). A justice system failing the
autistic community. Journal of Intellectual Disabilities and
Offending Behaviour, 4, 7.

Blair, R. J. R. (2001). Neurocognitive models of aggression, the
antisocial personality disorders, and psychopathy. Journal of
Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, 71, 727–731.

Freckelton, I. & List, D. (2009) Asperger’s Disorder, Criminal Responsibility and Criminal Culpability, Psychiatry, Psychology and Law Vol. 16, No. 1, March 2009, 16–40

Maras, K. L., & Bowler, D. M. (2012a). Brief report: Suggestibility,
compliance and psychological traits in high-functioning adults
with autism spectrum disorder. Research in Autism Spectrum
Disorders, 6, 1168–1175.

Maras, K. L. & Bowler, D. M. (2012b). Eyewitness testimony in
autism spectrum disorder: A review. Journal of Autism and
Developmental Disorders.