Archives de catégorie : sexualité

Relations romantiques, sexualité et autisme

Source: Lynn Kern Koegel , Whitney J. Detar , Amanda Fox , and Robert L. Koegel (2014). Romantic Relationships, Sexuality, and Autism Spectrum Disorders. in Fred R. Volkmar, Brian Reichow & James C. McPartland (Eds). Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders. Springer Verlag.

Il existe un risque à ne pas aborder la sexualité dans le cadre d’une intervention globale associée à un trouble du spectre autistique (TSA). En effet, ces personnes handicapées impliquées dans le système de justice pénale le sont à un taux beaucoup plus élevé que les personnes sans incapacité (Lord & McGee, 2001; Conseil national de recherches du Canada, 2001). Plus précisément, les personnes atteintes de TSA ont environ sept fois plus de contacts avec le système de justice pénale que la population habituelle (Curry, Posluszny & Kraska, 1993; Hall, Godwin, Wright, & Abramson, 2007). Comme nous l’avons mentionné plus haut, les adolescents et les adultes atteints de TSA sont souvent victimes de crimes tels que les abus sexuels dus à la naïveté sociale, la vulnérabilité dans les situations sexuelles impliquant des personnalités, les difficultés de communication et le manque de connaissances sur les questions sexuelles (Ammerman, Hersen et Lubetsky, 1988, Hall et al., 2007, Howlin & Clements, 1995, Sobsey & Doe, 1991). Cette fréquence accrue des sévices sexuels chez les personnes atteintes de TSA les expose davantage à la dépression, au suicide et aux comportements criminels (Sequeira et Hollins, 2003). Cependant, pour bon nombre des mêmes raisons liées aux symptômes de l’autisme, des adolescents et des adultes ont également été poursuivis comme auteurs d’agressions sexuelles et de harcèlement (Berney, 2004; Holmes, 1998) et certains prétendent qu’une obsession apparemment inoffensive par une personne souffrant d’autisme peut conduire à une infraction pénale (Berney, 2004). En fait, Berney (2004) suggère qu’une mauvaise interprétation et un mauvais jugement des relations sociales, une mauvaise interprétation des règles sociales, des crimes informatiques et le harcèlement criminel peuvent prédisposer les personnes souffrant de TSA à une infraction criminelle. Certains suggèrent, cependant, que les crimes violents dans le syndrome d’Asperger sont avant tout un symptôme de diagnostics psychiatriques co-morbides plutôt qu’un symptôme du TSA lui-même (Newman & Ghaziudin, 2008). Néanmoins, une expression sexuelle appropriée doit être incluse comme cible dans l’éducation sexuelle pour les adolescents et les adultes atteints de TSA afin de prévenir les délits non intentionnels.

Ammerman, R., Hersen, M., & Lubetsky, M. (1988). Assessment and treatment of abuse and neglect in multi-handicapped children and adolescents. International Journal of Rehabilitation Research, 11 (3), 313–314.

Berney, T. (2004). Asperger syndrome from childhood into adulthood. Advances in Psychiatric Treatment, 10 , 341–351.

Curry, K., Posluszny, M., & Kraska, S. (1993). Training criminal justice personnel to recognize offenders with disabilities . Washington, DC: Office of Special Education and Rehabilitative Services News.

Hall, A. V., Godwin, M., Wright, H. H., & Abramson, R. K. (2007). Criminal justice issues and autistic disorder. In R. L. Gabriels & D. E. Hill (Eds.), Growing up with autism: Working with school age children and adolescents (pp. 272–292). New York: Guilford Press, Xvii, 302pp

Howlin, P., & Clements, J. (1995). Is it possible to assess the impact of abuse on children with pervasive developmental disorders? Journal of Autism and Developmental Disorders, 25 (4),
337–354.

Newman, S., & Ghaziudin, M. (2008). Violent crime in Asperger syndrome: The role of psychiatric comorbidity. Journal of Autism and Developmental Disorders, 38 (10), 1848–1852.

Sequeira, H., & Hollins, S. (2003). Clinical effects of sexual abuse on people with learning disability: Critical literature review. British Journal of Psychiatry, 182 , 13–19.

Sequeira, H., Howlin, P., & Hollins, S. (2003). Psychological disturbance associated with sexual abuse in people with learning disabilities. Case-control study. British Journal of Psychiatry, 183 , 451–456.

Sobsey, D., & Doe, T. (1991). Patterns of sexual abuse and assault. Sexuality and Disability, 9 , 243–259.

Autime et sexualité

Source: Anna P. Kroncke, Marcy Willard, Helena Huckabee. 2016 Assessment of Autism Spectrum Disorder_ Critical Issues in Clinical, Forensic and School Settings. Springer Verlag.

Chapitre 20: Assessment Across the Lifespan

Une autre question centrale dans les années d’adolescence est la question de la sexualité. Les questions de sexualité existent pour les adolescents souffrant du troubles du spectre autisme (TSA), peu importe l’âge auquel ils ont été diagnostiqués, et quels que soient les niveaux de fonctionnement. Alors que les parents d’individus avec des retards cognitifs significatifs peuvent penser que leur enfant n’est pas suffisamment mûr pour ces considérations, leur corps physique est plus marture que leurs retards cognitifs ne le laissent penser. Chez les personnes ayant une déficience intellectuelle, il est important d’enseigner les parties du corps, la masturbation, la vie privée et l’imtimité. Bien que cela puisse être inconfortable pour les parents, les adolescents et les enfants autistes ont besoin de noms pour les parties du corps, des règles sur où et quand il est acceptable pour enlever les vêtements, ou se toucher, et comprendre qu’il n’est pas acceptable pour les personnes qui ne sont pas des médecins de les toucher. Parfois, lorsque les parents sont mal à l’aise avec des sujets comme la masturbation (par exemple) ils peuvent choisir d’ignorer ces comportements, et ne pas les enseigner. Baker (2006, 2014a, 2014b) a élaboré des calendriers visuels et des guides pour les parents et les cliniciens, à utiliser lors de discussion sur la masturbation. Baker (2006) fournit des suggestions, pour les garçons, quant à la façon de lire les signes des filles concernant leur intérêt pour avoir un rendez-vous [NDT: dating], comment demander à une fille pour sortir avec elle, et quoi faire dans de telles circonstances. Les adolescents doivent comprendre clairement les règles entourant le harcèlement d’autres enfants à l’école, et la masturbation publique. Un manque de connaissances sur ces sujets peut conduire à des comportements criminels et des accusations. Les personnes atteintes d’autisme courent un risque accru d’être accusées d’infractions sexuelles liées à un contact inapproprié, ou à un harcèlement. Établir des règles claires, et avoir un dialogue ouvert, est vraiment important. Comme Nick Dubin écrit dans son livre « Autism, Sexuality and the Law » (Attwood, Henault & Dubin, 2014), il peut être très difficile de discuter de sexualité avec des autistes, mais il est crucial que ces conversations se produisent. Nick Dubin lui-même a enduré une bataille juridique atroce après avoir été accusé de possession de pornographie juvénile. Son histoire est un exemple d’un individu brillant, autiste, qui manquait de compréhension sexuelle et de prise de perspective des compétences dont il avait besoin comme un être sexuel. Cela a eu des conséquences significatives pour Nick Dubin et sa famille (Attwood et al., 2014).

Attwood, T., Hénault, I. & Dubin, N. (2014). Autism, Sexuality and the Law. Jessica Kingsley Publishers.

Baker, J. (2006). Preparing for life: The complete guide for transitioning to adulthood for those with Autism and Asperger’s Syndrome . Arlington, TX: Future Horizons.

Baker, J. (2014a). Children with social skills defi cits and challenging behaviors. In JFK Partners Annual Autism Conference, October 10, 2014 . Aurora, CO: JFK Partners.

Baker, J. (2014b). Effective interventions for behavioral and social challenges. In Presented at the Second Annual Autism Disorders Conference, October 10, 2014 . Aurora, CO: JFK Partners.

Adolescents with Asperger’s Syndrome Who are Sexually Abusive

Source: Frances Ray, Christina Marks & Helen Bray-Garretson (2004) Challenges to Treating Adolescents with Asperger’s Syndrome Who are Sexually Abusive, Sexual Addiction & Compulsivity. The Journal of Treatment & Prevention, 11:4, 265-285.

Les critères de diagnostic classiques du syndrome d’Asperger observables pendant l’adolescence comprennent:

  • un manque de réciprocité sociale et émotionnelle
    une incapacité à développer des relations appropriées avec les pairs
  • un comportement stéréotypé et répétitif
  • des préoccupations ayant pour objet des intérêts particuliers
  • une altération marquée de l’utilisation et l’interprétation des divers comportements non-verbaux
  • une difficulté à reconnaître, à exprimer, et à contrôler des états affectifs.

Dans la plupart des cas, les enfants avec un syndrome d’Asperger, ou souffrant d’autisme de haut niveau, sont très attachés à leurs parents. Ils peuvent également développer de la confiance envers des personnes qui prennent soin d’eux. Cette sécurité auprès des parents persiste généralement à l’adolescence, et il n’est pas rare que l’adolescent souffrant du syndrome d’Asperger idéalise ses parents. Les parents représentent une ressource importante pour la compréhension.

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger peut avoir un comportement insistant et persévérant, y compris sur des problèmes jugés insignifiants. Cette insistance peut se manifester par un refus de prendre « non » pour réponse. Les spécialistes reconnaissent que ces comportements peuvent être des expressions d’une détresse qui accompagne des situations ambiguës ou nouvelles. Attwood (2006) note que ces personnes peuvent avoir besoin de ritualiser leur quotidien par des routines

Il y a un risque sérieux qu’un adolescent souffrant du syndrome d’Asperger, ayant eu un comportement sexuel inapproprié, puisse être étiqueté comme un délinquant sexuel, ou pire encore comme « déviants ». Cette expérience qui ne servirait qu’à aggraver les difficultés sociales et émotionnelles, auquel il est déjà confronté. Il est plus difficile de faire accepter que le trouble autistique soit la cause d’un comportement sexuel inapproprié que de supposer la présence d’une motivation sexuelle abusive}.

En ce qui concerne l’imitation, des problèmes surviennent lorsque l’adolescent voit un acte sexuelle impliquant des adultes, et essaie de copier ce comportement avec ses pairs. Un adolescent se sent peut-être excité sexuellement par une certaine image vue dans des magazines ou sur des internet, et aura entendu
ses pairs parler de « se branler », alors ils essaient de se masturber. Mais souvent, ils ne le font pas au moment approprié.

Le comportement sexuel inapproprié devient un problème en ce qui concerne le choix du partenaire, lorsque l’adolescent Asperger tente d’établir des liens, interprétant des informations et des comportements […] Les adolescents Asperger ne peuvent pas faire la distinction entre la bonté et de l’attraction. Ils considèrent comme `meilleurs amis’ des camarades de classe qui sont gentils, pour eux, et dans le sens contraire ils considèrent comme des ennemis des camarades de classe qui les ont taquiné ou critiqué. Ils ont des difficultés à identifier ce qui serait un signal pour flirter, sous oublier leur maladresse.

Il faut comprendre que les adolescents souffrant du syndrome d’Asperger ne traitent pas les indices sociaux de la même manière que les enfants neurotypiques. Ils ne comprennent pas comment adapter des pulsions sexuelles dans un contexte de relations interpersonnelles. Ils doivent être en mesure de discuter des valeurs sexuelles et de rencontres entre amis. Quand ils agissent de manière sexuellement abusives ou inappropriées, contrairement à des mineurs délinquants classiques, ils peuvent agir de manière normale. Il faut un clinicien astucieux pour trouver la bonne histoire que l’adolescent souffrant du syndrome d’Asperger est en train de dire quand ils parlent des erreurs sexuelles qu’ils ont commises.

Les adolescents souffrant du syndrome d’Asperger ont des difficultés à traiter les émotions. Ils ne peuvent pas lire les signaux émotionnels des autres, et ils ne disposent pas d’un large vocabulaire affectif pouvant décrire leurs propres états internes. Ils sont le plus souvent « agacés » par leurs pairs, sans reconnaître la façon dont ils peuvent les gêner. Leur tristesse, ou les remords pour les infractions sexuelles qu’ils ont commis, peut sembler mince ou éphémère, alors qu’ils peuvent être profondément touchés. La mesure de leur empathie est différente de celle avec leurs pairs neurotypiques. Il est important d’enseigner à l’adolescent comment reconnaître les caractéristiques faciales, les indices non verbaux du corps, et les tons de voix qui traduisent certaines catégories émotionnelles.

Attwood, T. (2006) The Complete Guide to Asperger’s Syndrome. Jessica Kingsley Publishers.