Autism: guide for criminal justice professionals (1)

Sourcehttp://www.autism.org.uk/~/media/…

Partie 1, qu’est-ce que l’autisme

L’autisme (tout comme le syndrome d’Asperger) est un trouble permanent du développement qui affecte la manière dont une personne communique et se rapporte à d’autres personnes. Il affecte également la façon dont il donne sens au monde qui l’entoure. On parle de spectre autistique, ce qui signifie que, même si toutes les personnes atteintes d’autisme éprouvent des difficultés, elles seront affectées de différentes façons. Certaines personnes atteintes d’autisme sont capables de vivre une vie relativement indépendante, mais d’autres peuvent avoir besoin de soutien spécialisé tout au long de leur vie. Les personnes atteintes d’autisme peuvent faire preuve de sur- ou sous-sensibilité aux sons, au toucher, aux goûts, aux odeurs, à la lumière ou à certaines couleurs.

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme. Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont souvent d’intelligence moyenne ou supérieure à la moyenne. Ils ont moins de problèmes d’élocution, mais peuvent encore avoir des difficultés avec la compréhension et le traitement du langage.

On estime qu’il y a 500 000 (environ 1 sur 100) personnes autistes
au Royaume-Uni, mais beaucoup, en particulier les adultes atteints du syndrome d’Asperger, peuvent ne pas avoir été diagnostiquées comme tel (ou sont mal diagnostiqués, souvent avec une autre condition, comme la schizophrénie).

Les personnes atteintes d’autisme, y compris ceux atteints du syndrome d’Asperger, partagent une difficulté à comprendre le monde autour d’eux. Une personne autiste montrera certaines des caractéristiques suivantes.

Interaction sociale: Il ou elle peut:

  • sembler être indifférent aux autres ou socialement isolées
  • être incapable de lire les indices sociaux
  • se comporter d’une manière qui peut sembler inappropriée ou étrange
  • sembler manquer d’empathie
  • éviter le regard

La communication sociale: Il ou elle peut:

  • avoir de la difficulté à comprendre le ton de la voix,
    les intonations, les expressions du visage
  • faire une interprétation littérale d’un discours métaphorique (l’expression `avoir un chat dans la gorge‘ serait alarmante pour une personne autiste)
  • trouver qu’il est difficile de tenir une conversation dans les deux sens
  • devenir agité, ou entêté
  • apparaître comme plus conforme et acceptant des choses qui ne sont pas vraies
  • utiliser un langage formel, guindé ou pédant
  • avoir une faible concentration et de pauvres compétences d’écoute
  • être honnête, paraître brusque ou grossier.

Imagination sociale: Il ou elle peut:

  • avoir de la difficulté à prévoir les conséquences de ses actedevenir extrêmement anxieux à cause d’événements imprévus, ou des changements de routine
  • sur-réagir à des infractions commises par d’autres personnes en trouvant cela injuste
  • avoir souvent des intérêts particuliers spéciaux, qui peuvent devenir des obsessions
  • trouver qu’il est difficile d’imaginer le point de vue d’une autre personne, ou faire preuve d’empathie.

Adolescents with Asperger’s Syndrome Who are Sexually Abusive

Source: Frances Ray, Christina Marks & Helen Bray-Garretson (2004) Challenges to Treating Adolescents with Asperger’s Syndrome Who are Sexually Abusive, Sexual Addiction & Compulsivity. The Journal of Treatment & Prevention, 11:4, 265-285.

Les critères de diagnostic classiques du syndrome d’Asperger observables pendant l’adolescence comprennent:

  • un manque de réciprocité sociale et émotionnelle
    une incapacité à développer des relations appropriées avec les pairs
  • un comportement stéréotypé et répétitif
  • des préoccupations ayant pour objet des intérêts particuliers
  • une altération marquée de l’utilisation et l’interprétation des divers comportements non-verbaux
  • une difficulté à reconnaître, à exprimer, et à contrôler des états affectifs.

Dans la plupart des cas, les enfants avec un syndrome d’Asperger, ou souffrant d’autisme de haut niveau, sont très attachés à leurs parents. Ils peuvent également développer de la confiance envers des personnes qui prennent soin d’eux. Cette sécurité auprès des parents persiste généralement à l’adolescence, et il n’est pas rare que l’adolescent souffrant du syndrome d’Asperger idéalise ses parents. Les parents représentent une ressource importante pour la compréhension.

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger peut avoir un comportement insistant et persévérant, y compris sur des problèmes jugés insignifiants. Cette insistance peut se manifester par un refus de prendre « non » pour réponse. Les spécialistes reconnaissent que ces comportements peuvent être des expressions d’une détresse qui accompagne des situations ambiguës ou nouvelles. Attwood (2006) note que ces personnes peuvent avoir besoin de ritualiser leur quotidien par des routines

Il y a un risque sérieux qu’un adolescent souffrant du syndrome d’Asperger, ayant eu un comportement sexuel inapproprié, puisse être étiqueté comme un délinquant sexuel, ou pire encore comme « déviants ». Cette expérience qui ne servirait qu’à aggraver les difficultés sociales et émotionnelles, auquel il est déjà confronté. Il est plus difficile de faire accepter que le trouble autistique soit la cause d’un comportement sexuel inapproprié que de supposer la présence d’une motivation sexuelle abusive}.

En ce qui concerne l’imitation, des problèmes surviennent lorsque l’adolescent voit un acte sexuelle impliquant des adultes, et essaie de copier ce comportement avec ses pairs. Un adolescent se sent peut-être excité sexuellement par une certaine image vue dans des magazines ou sur des internet, et aura entendu
ses pairs parler de « se branler », alors ils essaient de se masturber. Mais souvent, ils ne le font pas au moment approprié.

Le comportement sexuel inapproprié devient un problème en ce qui concerne le choix du partenaire, lorsque l’adolescent Asperger tente d’établir des liens, interprétant des informations et des comportements […] Les adolescents Asperger ne peuvent pas faire la distinction entre la bonté et de l’attraction. Ils considèrent comme `meilleurs amis’ des camarades de classe qui sont gentils, pour eux, et dans le sens contraire ils considèrent comme des ennemis des camarades de classe qui les ont taquiné ou critiqué. Ils ont des difficultés à identifier ce qui serait un signal pour flirter, sous oublier leur maladresse.

Il faut comprendre que les adolescents souffrant du syndrome d’Asperger ne traitent pas les indices sociaux de la même manière que les enfants neurotypiques. Ils ne comprennent pas comment adapter des pulsions sexuelles dans un contexte de relations interpersonnelles. Ils doivent être en mesure de discuter des valeurs sexuelles et de rencontres entre amis. Quand ils agissent de manière sexuellement abusives ou inappropriées, contrairement à des mineurs délinquants classiques, ils peuvent agir de manière normale. Il faut un clinicien astucieux pour trouver la bonne histoire que l’adolescent souffrant du syndrome d’Asperger est en train de dire quand ils parlent des erreurs sexuelles qu’ils ont commises.

Les adolescents souffrant du syndrome d’Asperger ont des difficultés à traiter les émotions. Ils ne peuvent pas lire les signaux émotionnels des autres, et ils ne disposent pas d’un large vocabulaire affectif pouvant décrire leurs propres états internes. Ils sont le plus souvent « agacés » par leurs pairs, sans reconnaître la façon dont ils peuvent les gêner. Leur tristesse, ou les remords pour les infractions sexuelles qu’ils ont commis, peut sembler mince ou éphémère, alors qu’ils peuvent être profondément touchés. La mesure de leur empathie est différente de celle avec leurs pairs neurotypiques. Il est important d’enseigner à l’adolescent comment reconnaître les caractéristiques faciales, les indices non verbaux du corps, et les tons de voix qui traduisent certaines catégories émotionnelles.

Attwood, T. (2006) The Complete Guide to Asperger’s Syndrome. Jessica Kingsley Publishers.

High functioning autism and vulnerabilities during interrogative interview

Source: Alice S. North, Ailsa J. Russell & Gisli H. Gudjonsson, (2008). High functioning autism spectrum disorders: an investigation of psychological vulnerabilities during interrogative interview. The Journal of Forensic Psychiatry & Psychology, 19:3, 323-334,

La suggestibilité interrogative} est définie comme étant le degré suivant lequel une personne en vient à accepter et subséquemment à incorporer des informations post-événement à sa mémoire des souvenirs, Powers et al. (1979) ou Gudjonsson et al. (1986). La  conformité est elle définie comme la tendance de l’individu à aller de pair avec les propositions, les demandes, ou des instructions, pour un certain gain instrumental immédiat.

En terme de vulnérabilité au cours des interrogatoires, les individus autistes à haut potentiel peuvent ne pas avoir été reconnus immédiatement vulnérables par la police, à cause d’une utilisation apparemment convenable de la langue. Cependant, ces derniers peuvent faire face à des difficultés considérables dans la compréhension et l’adaptation avec les exigences de la police, et peut également connaître des niveaux élevés de détresse, compte tenu du contexte de situation sociale fermée d’un interrogatoire. Par définition, ce groupe va avoir de la difficulté à décoder les aspects de la vie sociale, en particulier les aspects impliquant des moyens non verbaux de la communication. En ce qui concerne les facteurs de risque connus de vulnérabilité lors de son interrogatoire, il existe des preuves que les déficits de mémoire peuvent être présents dans les groupes d’autistes à haut potentiel, Bowler et al. (1997). Blackshaw et al. (2001) ont suggéré que les autistes à haut potentiel peuvent se montrer plus suspicieux ou méfiants vis à vis des autres. Cela peut les aider à remettre en question et résister aux demandes de police et de se présenter aussi rigide et inébranlable dans leur réponses.

Les autistes à haut potentiel peuvent être plus désireux de plaire ou d’éviter le conflit et la confrontation, et peut donc répondre docilement à la demande ou aux suggestions des autres, sans être nécessairement d’accord. Ce comportement, s’il n’est pas connu par l’enquêteur, peut jouer au désavantage d’un suspect. Dans le pire des cas, ce comportement peut conduire à une déclaration erronée et auto-incriminante, comme l’a montré Gudjonsson (2003).

Blackshaw, A.J., Kinderman, P., Hare, D.J., & Hatton, C. (2001). Theory of mind, causal attribution and paranoia in Asperger Syndrome. Autism, 5, 147–163.

Bowler, D.M., Matthews, N.J., & Gardiner, J.M. (1997). Asperger’s
syndrome and memory: Similarity to autism but not amnesia. Neuropsychologia, 35, 65–70.

Gudjonsson, G.H. (2003). The psychology of interrogations and confessions: a handbook. Wiley.

Gudjonsson, G.H., & Clark, N.K. (1986). Suggestibility in police interrogation: A social, psychological model. Social Behaviour, 1, 83–104.

Powers, P., Andriks, J. L. & Loftus, E. F. (1979) . Eyewitness accounts of females and males. Journal of Applied Psychology, 64, 339-347.

Autisme: la psychanalyse touche-t-elle le fond?

Source: Peggy Sastre (2012) Autisme: la psychanalyse touche-t-elle le fond? Slate.

Depuis plus de 30 ans, la communauté scientifique internationale reconnaît l’autisme comme un trouble neurologique entraînant un handicap dans l’interaction sociale. En France, la psychiatrie, qui est très largement dominée par la psychanalyse, ignore résolument ces découvertes (source).

Durant ses premières années nosographiques, l’autisme était ainsi considéré comme un trouble n’affectant qu’un nombre relativement faible de personnes partageant un ensemble distinctif d’anormalités comportementales, en particulier d’importants retards dans l’acquisition du langage, des capacités cognitives en général réduites et une absence caractéristique de contacts sociaux. Mais dans les années 1980, ce concept explose avec l’introduction du spectre autistique, qui montre que l’autisme concerne aussi des personnes qui parlent normalement ou ne souffrent pas de troubles dans l’apprentissage, mais qui ont néanmoins certaines difficultés à socialiser et à communiquer avec autrui.

Aujourd’hui, l’une des classifications de référence, la classification internationale des maladies (CIM-10) publiée par l’Organisation mondiale de la santé, parle de troubles envahissants du développement (TED) et les définit comme « un groupe de troubles caractérisés par des altérations qualitatives des interactions sociales réciproques et des modalités de communication, ainsi que par un répertoire d’intérêts et d’activités restreint, stéréotypé et répétitif« . Les dernières données épidémiologiques indiquent qu’au moins une personne sur 100 souffrirait d’une forme quelconque d’autisme, ce qui dépasse de loin les précédentes estimations, Baird et al. (2006). Fin mars 2012, le CDC américain revoyait encore ces statistiques à la hausse, en faisant état d’1 enfant sur 88 touché par une forme autistique quelconque (source).

Face à cette hétérogénéité, le consensus scientifique envisage désormais « des » autismes avec diverses trajectoires de développement et de multiples processus biologiques sous-jacents.
Mais, traditionnellement, la psychanalyse refuse d’envisager une telle base matérielle. Ainsi, en 1950, Bruno Bettelheim, psychanalyste et pédagogue, attribue-t-il l’autisme à une mauvaise relation de l’enfant à ses parents, et principalement à sa mère. Pour Bettelheim, s’appuyant sur les cas des petits Joe, Laurie et Marcia, un autiste est dans sa famille comme un déporté dans un camp: l’autisme n’a rien d’organique, il est « un état mental se développant en réaction au sentiment de vivre dans une situation extrême et entièrement sans espoir ». Purement « réactif », il est fondamentalement causé par le souhait inconscient d’une « mère frigidaire » d’exterminer son enfant. Un enfant qui a intériorisé l’idée que le monde s’en porterait bien mieux s’il n’existait pas et qui choisit de s’enfermer dans une forteresse vide –un univers hermétique sans vie, sans lien et sans communication possible avec l’extérieur. Fort de ce concept, Bettelheim crée à Chicago une « école orthogénique », qui se donne comme objectif de se substituer à l’environnement parental destructeur […] Dès le début des années 1980, les familles de patients de Bettelheim et de ses disciples s’organisent et créent des associations, dénoncent ses pratiques d’isolement familial et en appellent à des prises en charge validées scientifiquement. A sa mort, en 1990, la parole se libère davantage: d’anciens patients et collègues le décrivent comme un tyran ne supportant pas la contradiction, arrachant abusivement et autoritairement les enfants à leurs familles et… ayant inventé de toutes pièces les cas de guérison.

Aujourd’hui, à l’instar de Pierre Delion, beaucoup de psychanalystes estiment encore que Bettelheim est une « victime de l’histoire » et qu’il a réalisé un « travail de pionnier exemplaire ».

En février 2004, l’Inserm publiait, sur la base de plus de 1.000 études publiées dans la littérature scientifique internationale, une expertise collective (source) portant sur l’efficacité de trois types de psychothérapies: (1) la psychanalyse (et les thérapies dites « dynamiques ») (2) la thérapie familiale (3) les TCC. Elle concluait à une efficacité inférieure de la psychanalyse par rapport aux autres approches.

En ce début d’année [2012], deux autres gros coups ont été portés à la psychanalyse pour sa prise en charge de l’autisme, labellisé grande cause nationale 2012. Le 20 janvier, le député UMP du Pas-de-Calais, Daniel Fasquelle, déposait une proposition de loi visant à « l’arrêt des pratiques psychanalytiques dans l’accompagnement des personnes autistes, la généralisation des méthodes éducatives et comportementales, et la réaffectation des financements existants à ces méthodes« (source). Le 8 mars, la Haute autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) publiaient leurs recommandations de bonne pratique (source) quant aux interventions éducatives et thérapeutiques concernant les enfants et les adolescents autistes. La psychanalyse y était officiellement désavouée, considérée comme « non-consensuelle », son niveau de preuve quant à son efficacité était jugé insuffisant et le packing, consistant à envelopper un autiste dans un linge humide et froid, puis de le réchauffer progressivement pour lui donner prétendument conscience de son environnement – une pratique que de nombreux spécialistes internationaux dénoncent comme barbare et ne reposant sur aucune donnée validée – y était formellement interdit, sauf à des fins de recherche, Spinney (2007).

Baird, G., Simonoff, E., Pickles, A., Chandler, S., Loucas, T., Meldrum, D., & Charman, T. (2006). Prevalence of disorders of the autism spectrum in a population cohort of children in South Thames: the Special Needs and Autism Project (SNAP). Lancet, 368, 9531, 210-215.

Spinney, L. (2007) Therapy for autistic children causes outcry in France.The Lancet, 370, 9588, 645-646.

Autism Spectrum Disorder and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here?

Source : Woodbury-Smith, M.R. & Dein, K. (2014) Autism Spectrum Disorder (ASD) and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here? J Autism Dev Disord  44:2734–2741

Pour les personnes autistes, leur forces verbales relatives peuvent masquer leur vulnérabilités socio-communicatives sous-jacentes, comme l’a montré Allen et al. (2008). Aussi, si une personne n’est pas reconnue autiste, elle peut être reconnue compétente au cours de la procédure. En réalité, ces personnes peuvent être influençables pendant les interrogatoires Maras et al. (2012a, 2012b) ou auront des difficultés à construire un récit de leur propre compte des événements. Par inadvertance, ils peuvent paraître arrogants ou désintéressés, ce qui peuvent influencer la façon dont ils sont traités par le système de justice pénale, Archer et al. (2013).

Une personne est responsable si elle a commis une infraction et en avait l’intention. On peut dire que certaines personnes atteintes de troubles du spectre autistique, par la nature de leur handicap socio-émotionnel, peuvent ne pas avoir les attributs qui sont nécessaires pour prendre des décisions de tous les jours, Freckelton et al. (2009). Sans la capacité d’empathie, une personne ne peut pas avoir la structure cognitive nécessaire pour inhiber un comportement inapproprié Blair (2001).

Les autistes à haut potentiel peuvent ne pas être immédiatement reconnaissables par la police. Si elles ne sont pas déjà été diagnostiquées, les personnes autistes sont alors vulnérables lors des interrogatoires, pour un certain nombre de raisons. En particulier, les particularités de la parole ou du comportement peuvent être simplement interprétés comme intentionnelle ou délibérée. De même, des difficultés à comprendre des questions ou des déclarations faites par d’autres, en particulier si elles impliquent l’utilisation de l’ironie, le sarcasme ou autrement inclure une signification quelque peu enveloppé, peut laisser la personne autiste confuse ou anxieuse.

Une personne ayant un trouble du spectre autistique peut également être influençable ou acquiescent. La notion d’acquiescement fait référence à une tendance à se mettre d’accord à ce qui est demandé ou dit parce que la personne pense que c’est ce qu’on attend d’eux. L’acquiescement se caractérise par un souhait de plaire aux autres, en disant ce qu’ils pensent que l’autre personne veut entendre, peut importe la réalité. Cela peut se produire si la personne interrogée souhaite arrêter l’entrevue aussi rapidement que possible, ou peut être motivé par un souhait d’être aimé par l’enquêteur. La suggestibilité est le terme généralement employé pour décrire l’acceptation non critique de l’information étant offerte, ou une sensibilité à l’information trompeuse. Par exemple, le style des questions de l’enquêteur (qui peut utiliser des questions fermées ou au contraire ouvertes) peuvent influer sur les réponses données. En outre, l’hypothèse est émise que \hil{les autistes ont une plus grande tendance à se reposer sur
indices linguistiques et sociaux immédiats, plutôt que sur la mémoire des événements.

Allen, D., Evans, C., Hider, A., Hawkins, S., Peckett, H., & Morgan, H. (2008). Offending behaviour in adults with Asperger syndrome. Journal of Autism and Developmental Disorders, 38, 748–758.

Archer, N., & Hurley, E. A. (2013). A justice system failing the
autistic community. Journal of Intellectual Disabilities and
Offending Behaviour, 4, 7.

Blair, R. J. R. (2001). Neurocognitive models of aggression, the
antisocial personality disorders, and psychopathy. Journal of
Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, 71, 727–731.

Freckelton, I. & List, D. (2009) Asperger’s Disorder, Criminal Responsibility and Criminal Culpability, Psychiatry, Psychology and Law Vol. 16, No. 1, March 2009, 16–40

Maras, K. L., & Bowler, D. M. (2012a). Brief report: Suggestibility,
compliance and psychological traits in high-functioning adults
with autism spectrum disorder. Research in Autism Spectrum
Disorders, 6, 1168–1175.

Maras, K. L. & Bowler, D. M. (2012b). Eyewitness testimony in
autism spectrum disorder: A review. Journal of Autism and
Developmental Disorders.

Autisme et syndrome d’Asperger

Sourcehttp://tonyattwood.com.au/books-by-tony-m/

Plusieurs travaux scientifiques examinant les différences de diagnostic à l’aide des tests neuropsychologiques n’ont pas identifié un profil distinct, qui aurait permis d’établir une discrimination entre les deux groupes, syndrome d’Asperger d’un côté et autiste à haut potentiel de l’autre, voir Manjiviona et al.  (1999), Millet & Ozonoff (2000) et Miller et al. (2000). En fait, la recherche et l’expérience clinique suggèrent qu’il n’y a pas de preuve claire que ces deux groupes soient différents. En réalité, leurs similitudes sont plus grandes que leurs différences. Nous semblons prendre, en particulier en Europe et en Australie, une vue dimensionnelle de l’autisme et le syndrome d’Asperger, plutôt qu’une approche catégorique, comme le rappelle Leekam et al. (2000). Ainsi, à l’heure actuelle, les deux termes peuvent être utilisés de manière interchangeable dans la pratique clinique.

Leekam, S. Sarah Libby, Lorna Wing, Judith Gould & Christopher Gillberg (2000). Comparison of ICD-10 and Gillberg’s Criteria for Asperger Syndrome. Autism, 4, 11.

Manjiviona, J. & Prior, M. (1999) Neuropsychological Profiles of Children with Asperger Syndrome and Autism. Autism. 3(4) 327–356.

Miller J.N. & Ozonoff S. (2000). The external validity of Asperger disorder: lack of evidence from the domain of neuropsychology.
J Abnorm Psychol. 109(2):227–238.

Miller J.N., South, M. & Ozonoff S. (2000).
DSM-IV-Defined Asperger Syndrome: Cognitive, Behavioral and Early History Differentiation from High-Functioning Autism, 4(1) 29–46.