Archives par mot-clé : forensic

Évaluation médico-légale du trouble du spectre autistique

Source: Anna P. Kroncke, Marcy Willard, Helena Huckabee. 2016 Assessment of Autism Spectrum Disorder_ Critical Issues in Clinical, Forensic and School Settings. Springer Verlag.

Chapitre 17 Forensic Assessment for Autism Spectrum Disorder

[…] Malheureusement, les personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique sont très vulnérables face à la justice. Avec des affaires en matière de garde, après un divorce, des affaires de droit administratif concernant une éducation appropriée, et des affaires criminels résultant de problèmes sociaux, émotionnels ou sexuels, les personnes souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) se retrouvent de plus en plus devant au tribunal. […] Parce que les personnes atteintes d’autisme ont plus de difficulté à comprendre les perspectives des autres, et interprètent souvent les directives littéralement, toute rencontre avec l’application de la loi est sujette à des problèmes. Puisque les interactions sexuelles sont également des rencontres sociales, les adolescents ou les adultes atteints d’autisme peuvent facilement être accusé d’infractions sexuelles. […] Aussi, malheureusement, le nombre de personnes atteintes de TSA qui sont impliquées dans des affaires criminelles augmente de façon importante.

En raison de la nature inhérente des personnes atteintes d’autisme d’avoir des difficultés à communiquer et à socialiser avec succès, ainsi que l’interprétation typiquement littérale et rigide des situations, sans parler du fait que de nombreuses personnes atteintes d’autisme présentent des comportements problématiques, ils sont beaucoup plus vulnérables face aux actes criminels que les citoyens ayant d’autres handicaps, ou sans handicaps.

Le psychologue impliqué dans l’évaluation d’une personne impliquée dans une affaire criminelle devrait accorder une attention particulière à la nécessité vitale d’éduquer la cour au sujet de l’autisme, et il a un rôle essentiel à cet égard. Il ne suffit pas de faire simplement une évaluation exhaustive et de présenter des recommandations lorsque la personne est confrontée à la possibilité réelle d’être condamnée à la perte de privilèges de conduite. Il est essentiel que l’évaluateur prenne des mesures délibérées pour informer les lecteurs du rapport d’évaluation sur les caractéristiques importantes de l’autisme et sur la façon dont ces symptômes se rapportent aux actes, voire au crime. Sans une telle éducation, les avocats, les juges (et les jurés) interprèteront simplement les actions de l’accusé à l’aide de leurs lentilles naïves de la manière dont on pourrait s’attendre à ce que toute personne de cet âge agisse. Les déclarations destinées à éduquer le personnel judiciaire, ou le public, devraient utiliser un langage simple et sans jargon clinique. L’importance d’une telle éducation sur les TSA ne peut pas être surestimée, en particulier parce que l’autisme est souvent un « handicap invisible », ce qui fait que l’accusé ressemble  physiquement à n’importe qui du même âge. L’autisme peut facilement être un handicap subtil mais profond, qui repose sur le jugement éclairé d’experts.

Les personnes autistes interprètent généralement des énoncés et des questions avec un traitement concret et littéral. Les personnes autistes s’occupent et traitent une seule information à la fois. Ils sont linéaires, avec une pensée séquentielle, déroutés face une activité multitâche. Lorsqu’on leur présente des instructions, ou des questions complexes, comme lors d’une entrevue d’interrogatoire, ils sont susceptibles de ne comprendre qu’une petite fraction du contenu.
Leurs réponses vont probablement refléter la quantité limitée de communication qu’ils ont réellement entendue et comprise. De telles réactions peuvent facilement paraître dédaigneuses et même moqueries de la part d’un auditeur naïf. Les personnes atteintes d’autisme présentent généralement une attention sélective, qui leur permet de se fixer sur un sujet (ou un sujet qui les intéresse particulièrement). Ces idées et objets préférés les détournent aussi facilement d’autres informations et d’événements que la plupart jugeraient beaucoup plus importants et captivants. Les personnes atteintes d’autisme ont souvent des faiblesses importantes de vitesse de traitement mental. Cela signifie que si un agent de l’application de la loi répète de nombreuses demandes d’une manière rapide, ils ne peuvent pas réellement être en mesure de traiter tout ce qu’on leur a dit de faire parce que les instructions ont été dites trop vite pour eux. Les personnes atteintes d’autisme sont très sujettes à devenir anxieuses, et peuvent même paniquer, lorsqu’ils sont confrontés à d’autres sons forts. Lorsque la panique survient, ils sont susceptibles de se bloquer, et d’arrêter de répondre, ils essaient rapidement de quitter la scène, ou peuvent devenir désorganisés et frénétiques, se comportant d’une manière qui semble irrationnelle. Lorsqu’ils sont anxieux, les personnes atteintes de TSA sont susceptibles de traiter les choses encore plus lentement et ont encore plus de déficience dans l’expression et la communication avec les autres.

Les personnes atteintes d’autisme ont souvent des difficultés à rappeler les événements de façon séquentielle, et avec suffisamment de détails. Ces faiblesses dans le langage expressif peuvent les amener à paraître peu coopératifs et même à ne pas répondre lorsqu’ils sont interrogés par la police, les avocats ou les juges. Ces difficultés sont également aggravées par leur attention sélective, par laquelle il n’est pas possible de rappeler des informations qui n’ont jamais été abordées. Toutes les personnes atteintes d’autisme ont des faiblesses dans les compétences sociales. Cela signifie qu’ils ignorent ou interprètent mal la communication non verbale, ce qui est essentiel pour qu’ils réagissent de manière appropriée aux signaux des autres, lorsqu’ils sont ennuyés ou irrités. Par ailleurs, les individus atteints d’autisme ont peu ou pas d’amis, ils peuvent facilement (mal) interpréter les actions des autres, coyant qu’ils sont inclus ou invités alors qu’en réalité leurs actions constituent un harcèlement ou même intrusion.

Les individus autistes ont, de manière typique, des difficultés dans la mise en perspective, pour comprendre la manière dont les autres voient certaines choses, et la manière dont elles le font. Cette difficulté se manifeste souvent dans un jugement très altéré, car l’individu avec TSA interprète erronément les actions et les intentions des autres, d’une manière étroite et singulière, en accord avec ses propres perceptions.

Malheureusement, des recherches montrent que les personnes atteintes de TSA sont souvent accusées et même condamnées pour des crimes directement impliqués, ou résultant de défis fondamentaux de l’autisme (Attwood et al. 2014). De toute évidence, il ya beaucoup d’officiers de police, d’avocats et même de juges qui sont naïfs et peu sympathiques envers les besoins de ces membres vulnérables de la société. Un avocat du district a d’ailleurs affirmé «Qu’est-ce qui ne va pas dans l’incarcération des personnes atteintes de maladie mentale? Nous le faisons tout le temps!« 

Attwood, T., Hénault, I. & Dubin, N. (2014). Autism, Sexuality and the Law. Jessica Kingsley Publishers.

Assessing the Sex Offender With Asperger’s Disorder

Source:  John Matthew Fabian (2011) Assessing the Sex Offender With Asperger’s Disorder. Sex Offender Law Report, 12:5, 65 – 80

Le syndrome d’Asperger (AD), dans le cadre du spectre autistique (ASD), implique des difficultés importantes dans le contexte d’interactions sociales. Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger ont une incapacité à établir des relations et des amitiés socialement appropriées, des capacités réduites d’interprétation et de réaction aux signaux sociaux, et une maladresse sociale. Ils sont susceptibles de se méprendre, et ne parviennent pas à reconnaître les sentiments, les émotions et les réactions des autres. Bien qu’ils soient présentés souvent comme égocentriques et narcissiques, ce n’est pas en raison d’un trouble de la personnalité en soi, mais plutôt par une incapacité innée à comprendre et se rapporter aux autres, voir Barry-Walsh et al. (2004).

Compte tenu des caractéristiques de l’autisme, les évaluations devraient tenir compte de ces quatre principaux facteurs concernant le lien entre les déficiences sociales et la délinquance sexuelle criminelle:

  • déficit d’empathie;
  • comportements sexuels inadaptées;
  • modèles restrictifs et comportement répétitif;
  • rôle potentiel des paraphilies concomitantes.

Dans les études de cas, les hommes souffrant du syndrome d’Asperger accusés d’infractions sexuelles et de meurtres  semblaient généralement ne pas être au courant du tort qu’ils ont causé leurs victimes, Murrie et al. (2002). Bien que ces déficiences peuvent être facilement attribués à des traits psychopathiques inhérents, dans le cas de personnes souffrant du syndrome d’Asperger, ils peuvent également être lié à une forme de naïveté interpersonnelle. Plus précisément, les personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent avoir peu de relations humaines, et ont une tendance à rechercher le contact interpersonnel de manière malavisée. Plusieurs facteurs concomitants peuvent conduire à des comportements assimilés à de la délinquance sexuelle.

Les personnes atteintes de troubles du développement sont souvent moins équipées pour initier ou maintenir des relations intimes, couramment associés à un contact sexuel consensuel. En fait, de nombreuses personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent avoir des difficultés à juger l’âge des autres, ce qui peut conduire à des relations illégales, à des relations sexuelles avec des mineurs, ou la possession illégale de pornographie juvénile. La littérature récente a révélé qu’une capacité défectueuse peut sous-tendre certaines infractions sexuelles chez certaines personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique. L’utilisation de la pornographie est une façon pour ces personnes d’éprouver leurs débouchés sexuels.

Compte tenu des taux de sous-diagnostique du syndrome d’Asperger, l’évaluation médico-légale du syndrome dans les cas d’infractions sexuelles devrait consister en une évaluation à la fois diagnostique du syndrome d’Asperger et de ses dimensions, ainsi que l’examen des évaluations spécifiques des délinquants sexuels à risque. En ce qui concerne la première, l’évaluation doit tenir compte de plusieurs domaines de fonctionnement, à savoir:

  • social et fonctionnement émotionnel;
  • fonctionnement neuropsychologique;
  • comportement fonctionnel adaptatif.

Le cas échéant, des tests spécifiques de diagnostique du syndrome d’Asperger devrait être envisagé dans l’évaluation globale.

Barry-Walsh J. & Mullen P. (2004) Forensic Aspects of
Asperger’s Syndrome. Journal of Forensic Psychiatry and
Psychology 15, 96–107.

Murrie, D. C., Warren, J. I., Kristiansson, M. & Dietz, P. E. (2002). Asperger’s Syndrome in Forensic Settings. International Journal of Forensic Mental Health, 1(1), 59-70.