Archives par mot-clé : Gómez de la Cuesta

Autisme et « offending behaviour »

Source: Gina Gómez de la Cuesta (2010) A selective review of offending behaviour in individuals with autism spectrum disorders
Journal of Learning Disabilities and Offending Behaviour, Volume 1 Issue 2, July 2010

Depuis l’article de Scragg & Shah (1994), plusieurs études ont été menées pour examiner la prévalence des TSA dans des milieux judiciaires sécurisés, avec l’hypothèse que le taux est plus élevé que dans la population générale. Hare et ses collègues (1999) ont examiné le nombre de personnes atteintes de TSA dans des hôpitaux sécurisés au Royaume-Uni: Ashworth, Rampton et Broadmoor. Au total, 31 personnes atteintes de TSA ont été retrouvées dans tous les hôpitaux, dont 21 avaient un diagnostic de syndrome d’Asperger, soit 67,7% de la population totale de ces prisons. Ashworth avait huit individus; Broadmoor 10; Et Rampton 13 personnes atteintes de TSA. Cela représente une estimation approximative de la prévalence de 1,6% et les résultats ont été interprétés comme étayant l’hypothèse selon laquelle il existe une surreprésentation des personnes atteintes de TSA, en particulier du syndrome d’Asperger, chez les délinquants dans des hôpitaux spéciaux au Royaume-Uni.

D’autres recherches portant sur les types de criminalité ont suggéré que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont plus susceptibles de commettre un incendie criminel (Wood et Smith, 1999), les infractions sexuelles (Kugmagami et Matsuura, 2009) Et al, 2006) que les autres crimes. Toutefois, pour confirmer les facteurs qui précipitent ou prédisposent une personne à commettre un type particulier de crime, d’autres études longitudinales prospectives à grande échelle sont nécessaires.

Howlin (1997) a proposé quatre raisons principales de comportement offensant et agressif chez les personnes atteintes du spectre autistique.

  1. naïveté sociale: les gens sur le spectre peuvent être menés dans des actes criminels par d’autres.
  2. Interruption des routines: les changements dans les circonstances quotidiennes peuvent provoquer un comportement agressif.
  3. Le manque de compréhension ou d’interprétation erronée des indices sociaux peut sous-tendre certains comportements antisociaux, notamment les infractions sexuelles.
  4. Les obsessions peuvent amener les gens à adopter des comportements antisociaux ou criminels.

Les individus atteints de TSA ont des déficits dans la «théorie de l’esprit» (Baron-Cohen, 1995), qui est la capacité d’attribuer des états mentaux et des croyances qui pourraient être différentes de la vôtre à d’autres personnes. La lecture des repères interpersonnels tels que le langage corporel, l’expression faciale et le ton de la voix et l’empathie avec d’autres personnes est donc difficile. Cela peut conduire à des comportements antisociaux et criminels chez certains individus (Baron-Cohen, 1988; Haskins & Silva, 2006; Schwartz-Watts, 2005). Les difficultés avec la «théorie de l’esprit» peuvent également être liées aux crimes sexuels en raison d’un manque de compréhension des signaux sociaux et d’une «cluelessness» lors d’interaction avec des partenaires potentiels. Le harcèlement en particulier peut être le résultat de ce malentendu des signaux sociaux (Stokes et al, 2007).

Les individus atteints de TSA ont également montré une faible cohérence centrale (Happe & Frith, 2006), qui est une tendance à se concentrer sur les détails plutôt que sur l’ensemble de l’image d’un événement. Cela peut rendre difficile pour les personnes atteintes de TSA de penser aux conséquences de leurs actes. Par exemple, Murrie et ses collègues (2002) ont décrit un homme atteint de TSA qui tentait d’obtenir la garde de son enfant. Il a tenté de tuer le psychologue qui effectuait l’évaluation de la garde parce qu’il craignait que l’évaluation ne soit défavorable. Il croyait que le fait de tirer sur le psychologue qui effectuait l’évaluation améliorerait ses chances de conserver la garde de son enfant, car cela signifierait que le tribunal ne recevrait pas l’évaluation défavorable.

Les personnes vivant avec le spectre autistique peuvent être particulièrement vulnérables à l’incompréhension et à l’intimidation au sein du système de justice pénale (Allen et al, 2008). Avant la déclaration de culpabilité, les personnes atteintes de TSA plus performantes, en raison de leur capacité intellectuelle, sont jugées aptes à être interrogées par la police plus souvent. Cependant, lors d’entrevues interrogatoires, les personnes atteintes d’AS pourraient être plus désireuses de satisfaire et de répondre aux demandes que les autres populations (North et al., 2008). Bien qu’ils semblent comprendre ce qui leur est demandé, leurs difficultés à comprendre un langage complexe peuvent signifier qu’ils ne le font pas. Leur propre utilisation de la langue peut être formelle ou plutôt tangentielle et ils peuvent utiliser des mots sans comprendre pleinement leur signification, rendant leurs déclarations ouvertes à une mauvaise interprétation (Freckleton & List, 2009). Être arrêté peut être extrêmement difficile pour les personnes atteintes de TSA, surtout quand il s’agit d’une contrainte physique qui peut être hautement aversive en raison de la sensibilité sensibles de cette population.

Beaucoup de personnes atteintes de TSA peuvent ne pas comprendre pourquoi elles font face à des accusations criminelles, surtout si elles n’apprécient pas les conséquences de leurs actes ou ne comprennent pas que leur comportement était faux (Murry et al., 2002). Cela soulève des questions de culpabilité criminelle comme si, en raison de leur TSA, les délinquants du spectre ne comprenaient pas que leur comportement était moralement mauvais, ils ne pouvaient pas être tenus criminellement responsables (Barry-Walsh & Mullen, 2004).

Baron-Cohen S (1995) Mindblindness: An essay on autism
and theory of mind. Boston: MIT Press/Bradford Books.

Baron-Cohen S (1995) Mindblindness: An essay on autism
and theory of mind. Boston: MIT Press/Bradford Books.

Barry-Walsh JB & Mullen PE (2004) Forensic aspects of
Asperger’s syndrome. Journal of Forensic Psychiatry &
Psychology 15 (1) 96–107.

Freckleton I & List D (2009) Asperger’s disorder, criminal
responsibility and criminal culpability. Psychiatry, Psychology
and Law 16 (1) 16–40.

Hare D, Gould J, Mills R & Wing L (1999) A Preliminary
Study of Individuals with Autistic Spectrum Disorders
in Three Special Hospitals in England. Kent: The
National Autistic Society at the Centre for Social and
Communication Disorders.

Haskins B & Silva A (2006) Asperger’s disorder and criminal
behaviour: forensic psychiatric considerations. Journal of
the American Academy of Psychiatry and the Law 34 (3)
374–384.

Howlin P (1997) Autism: Preparing for adulthood. London:
Routledge.

Kugmagami T & Matsuura N (2009) Prevalence of pervasive
developmental disorder in juvenile court cases in Japan.
Journal of Forensic Psychiatry & Psychology 20 (6) 974–987.

Murrie D, Warren J, Kristiansson M & Dietz P (2002)
Asperger’s syndrome in forensic settings. International
Journal of Forensic Mental Health 1 (1) 59–70.

Schwartz-Watts DM (2005) Asperger’s disorder and
murder. Journal of the American Academy of Psychiatry
and the Law 33 (3) 390–393.

Scragg P & Shah A (1994) Prevalence of Asperger
syndrome in a secure hospital. British Journal of Psychiatry
165 (5) 679–682.

Siponmaa L, Kristiansson M, Jonson C, Nyden A & Gillberg
C (2001) Juvenile and young adult mentally disordered
offenders: the role of child neuropsychiatric disorders.
Journal of the American Academy of Psychiatry and the
Law 29 420–426.

Stokes M, Newton N & Kaur A (2007) Stalking, and social
and romantic functioning among adolescents and adults
with autism spectrum disorder. Journal of Autism &
Developmental Disorders 37 1969–1986.

Woodbury-Smith M, Clare I, Holland A & Kearns A (2006)
High functioning autistic spectrum disorders, offending and
other law-breaking: findings from a community sample.
The Journal of Forensic Psychiatry & Psychology 17 (1)
108–120.