Archives par mot-clé : Huckabee

Autime et sexualité

Source: Anna P. Kroncke, Marcy Willard, Helena Huckabee. 2016 Assessment of Autism Spectrum Disorder_ Critical Issues in Clinical, Forensic and School Settings. Springer Verlag.

Chapitre 20: Assessment Across the Lifespan

Une autre question centrale dans les années d’adolescence est la question de la sexualité. Les questions de sexualité existent pour les adolescents souffrant du troubles du spectre autisme (TSA), peu importe l’âge auquel ils ont été diagnostiqués, et quels que soient les niveaux de fonctionnement. Alors que les parents d’individus avec des retards cognitifs significatifs peuvent penser que leur enfant n’est pas suffisamment mûr pour ces considérations, leur corps physique est plus marture que leurs retards cognitifs ne le laissent penser. Chez les personnes ayant une déficience intellectuelle, il est important d’enseigner les parties du corps, la masturbation, la vie privée et l’imtimité. Bien que cela puisse être inconfortable pour les parents, les adolescents et les enfants autistes ont besoin de noms pour les parties du corps, des règles sur où et quand il est acceptable pour enlever les vêtements, ou se toucher, et comprendre qu’il n’est pas acceptable pour les personnes qui ne sont pas des médecins de les toucher. Parfois, lorsque les parents sont mal à l’aise avec des sujets comme la masturbation (par exemple) ils peuvent choisir d’ignorer ces comportements, et ne pas les enseigner. Baker (2006, 2014a, 2014b) a élaboré des calendriers visuels et des guides pour les parents et les cliniciens, à utiliser lors de discussion sur la masturbation. Baker (2006) fournit des suggestions, pour les garçons, quant à la façon de lire les signes des filles concernant leur intérêt pour avoir un rendez-vous [NDT: dating], comment demander à une fille pour sortir avec elle, et quoi faire dans de telles circonstances. Les adolescents doivent comprendre clairement les règles entourant le harcèlement d’autres enfants à l’école, et la masturbation publique. Un manque de connaissances sur ces sujets peut conduire à des comportements criminels et des accusations. Les personnes atteintes d’autisme courent un risque accru d’être accusées d’infractions sexuelles liées à un contact inapproprié, ou à un harcèlement. Établir des règles claires, et avoir un dialogue ouvert, est vraiment important. Comme Nick Dubin écrit dans son livre « Autism, Sexuality and the Law » (Attwood, Henault & Dubin, 2014), il peut être très difficile de discuter de sexualité avec des autistes, mais il est crucial que ces conversations se produisent. Nick Dubin lui-même a enduré une bataille juridique atroce après avoir été accusé de possession de pornographie juvénile. Son histoire est un exemple d’un individu brillant, autiste, qui manquait de compréhension sexuelle et de prise de perspective des compétences dont il avait besoin comme un être sexuel. Cela a eu des conséquences significatives pour Nick Dubin et sa famille (Attwood et al., 2014).

Attwood, T., Hénault, I. & Dubin, N. (2014). Autism, Sexuality and the Law. Jessica Kingsley Publishers.

Baker, J. (2006). Preparing for life: The complete guide for transitioning to adulthood for those with Autism and Asperger’s Syndrome . Arlington, TX: Future Horizons.

Baker, J. (2014a). Children with social skills defi cits and challenging behaviors. In JFK Partners Annual Autism Conference, October 10, 2014 . Aurora, CO: JFK Partners.

Baker, J. (2014b). Effective interventions for behavioral and social challenges. In Presented at the Second Annual Autism Disorders Conference, October 10, 2014 . Aurora, CO: JFK Partners.

Évaluation médico-légale du trouble du spectre autistique

Source: Anna P. Kroncke, Marcy Willard, Helena Huckabee. 2016 Assessment of Autism Spectrum Disorder_ Critical Issues in Clinical, Forensic and School Settings. Springer Verlag.

Chapitre 17 Forensic Assessment for Autism Spectrum Disorder

[…] Malheureusement, les personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique sont très vulnérables face à la justice. Avec des affaires en matière de garde, après un divorce, des affaires de droit administratif concernant une éducation appropriée, et des affaires criminels résultant de problèmes sociaux, émotionnels ou sexuels, les personnes souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) se retrouvent de plus en plus devant au tribunal. […] Parce que les personnes atteintes d’autisme ont plus de difficulté à comprendre les perspectives des autres, et interprètent souvent les directives littéralement, toute rencontre avec l’application de la loi est sujette à des problèmes. Puisque les interactions sexuelles sont également des rencontres sociales, les adolescents ou les adultes atteints d’autisme peuvent facilement être accusé d’infractions sexuelles. […] Aussi, malheureusement, le nombre de personnes atteintes de TSA qui sont impliquées dans des affaires criminelles augmente de façon importante.

En raison de la nature inhérente des personnes atteintes d’autisme d’avoir des difficultés à communiquer et à socialiser avec succès, ainsi que l’interprétation typiquement littérale et rigide des situations, sans parler du fait que de nombreuses personnes atteintes d’autisme présentent des comportements problématiques, ils sont beaucoup plus vulnérables face aux actes criminels que les citoyens ayant d’autres handicaps, ou sans handicaps.

Le psychologue impliqué dans l’évaluation d’une personne impliquée dans une affaire criminelle devrait accorder une attention particulière à la nécessité vitale d’éduquer la cour au sujet de l’autisme, et il a un rôle essentiel à cet égard. Il ne suffit pas de faire simplement une évaluation exhaustive et de présenter des recommandations lorsque la personne est confrontée à la possibilité réelle d’être condamnée à la perte de privilèges de conduite. Il est essentiel que l’évaluateur prenne des mesures délibérées pour informer les lecteurs du rapport d’évaluation sur les caractéristiques importantes de l’autisme et sur la façon dont ces symptômes se rapportent aux actes, voire au crime. Sans une telle éducation, les avocats, les juges (et les jurés) interprèteront simplement les actions de l’accusé à l’aide de leurs lentilles naïves de la manière dont on pourrait s’attendre à ce que toute personne de cet âge agisse. Les déclarations destinées à éduquer le personnel judiciaire, ou le public, devraient utiliser un langage simple et sans jargon clinique. L’importance d’une telle éducation sur les TSA ne peut pas être surestimée, en particulier parce que l’autisme est souvent un « handicap invisible », ce qui fait que l’accusé ressemble  physiquement à n’importe qui du même âge. L’autisme peut facilement être un handicap subtil mais profond, qui repose sur le jugement éclairé d’experts.

Les personnes autistes interprètent généralement des énoncés et des questions avec un traitement concret et littéral. Les personnes autistes s’occupent et traitent une seule information à la fois. Ils sont linéaires, avec une pensée séquentielle, déroutés face une activité multitâche. Lorsqu’on leur présente des instructions, ou des questions complexes, comme lors d’une entrevue d’interrogatoire, ils sont susceptibles de ne comprendre qu’une petite fraction du contenu.
Leurs réponses vont probablement refléter la quantité limitée de communication qu’ils ont réellement entendue et comprise. De telles réactions peuvent facilement paraître dédaigneuses et même moqueries de la part d’un auditeur naïf. Les personnes atteintes d’autisme présentent généralement une attention sélective, qui leur permet de se fixer sur un sujet (ou un sujet qui les intéresse particulièrement). Ces idées et objets préférés les détournent aussi facilement d’autres informations et d’événements que la plupart jugeraient beaucoup plus importants et captivants. Les personnes atteintes d’autisme ont souvent des faiblesses importantes de vitesse de traitement mental. Cela signifie que si un agent de l’application de la loi répète de nombreuses demandes d’une manière rapide, ils ne peuvent pas réellement être en mesure de traiter tout ce qu’on leur a dit de faire parce que les instructions ont été dites trop vite pour eux. Les personnes atteintes d’autisme sont très sujettes à devenir anxieuses, et peuvent même paniquer, lorsqu’ils sont confrontés à d’autres sons forts. Lorsque la panique survient, ils sont susceptibles de se bloquer, et d’arrêter de répondre, ils essaient rapidement de quitter la scène, ou peuvent devenir désorganisés et frénétiques, se comportant d’une manière qui semble irrationnelle. Lorsqu’ils sont anxieux, les personnes atteintes de TSA sont susceptibles de traiter les choses encore plus lentement et ont encore plus de déficience dans l’expression et la communication avec les autres.

Les personnes atteintes d’autisme ont souvent des difficultés à rappeler les événements de façon séquentielle, et avec suffisamment de détails. Ces faiblesses dans le langage expressif peuvent les amener à paraître peu coopératifs et même à ne pas répondre lorsqu’ils sont interrogés par la police, les avocats ou les juges. Ces difficultés sont également aggravées par leur attention sélective, par laquelle il n’est pas possible de rappeler des informations qui n’ont jamais été abordées. Toutes les personnes atteintes d’autisme ont des faiblesses dans les compétences sociales. Cela signifie qu’ils ignorent ou interprètent mal la communication non verbale, ce qui est essentiel pour qu’ils réagissent de manière appropriée aux signaux des autres, lorsqu’ils sont ennuyés ou irrités. Par ailleurs, les individus atteints d’autisme ont peu ou pas d’amis, ils peuvent facilement (mal) interpréter les actions des autres, coyant qu’ils sont inclus ou invités alors qu’en réalité leurs actions constituent un harcèlement ou même intrusion.

Les individus autistes ont, de manière typique, des difficultés dans la mise en perspective, pour comprendre la manière dont les autres voient certaines choses, et la manière dont elles le font. Cette difficulté se manifeste souvent dans un jugement très altéré, car l’individu avec TSA interprète erronément les actions et les intentions des autres, d’une manière étroite et singulière, en accord avec ses propres perceptions.

Malheureusement, des recherches montrent que les personnes atteintes de TSA sont souvent accusées et même condamnées pour des crimes directement impliqués, ou résultant de défis fondamentaux de l’autisme (Attwood et al. 2014). De toute évidence, il ya beaucoup d’officiers de police, d’avocats et même de juges qui sont naïfs et peu sympathiques envers les besoins de ces membres vulnérables de la société. Un avocat du district a d’ailleurs affirmé «Qu’est-ce qui ne va pas dans l’incarcération des personnes atteintes de maladie mentale? Nous le faisons tout le temps!« 

Attwood, T., Hénault, I. & Dubin, N. (2014). Autism, Sexuality and the Law. Jessica Kingsley Publishers.