Archives par mot-clé : justice

Justice et Autisme

Source: Nigel Archer and Elisabeth Ann Hurley, 2013
A justice system failing the autistic community. Journal of Intellectual Disabilities and Offending Behaviour

Les troubles du spectre autistique (TSA) sont un groupe de troubles du développement qui affectent la capacité d’une personne de donner un sens au monde. Les personnes atteintes de TSA peuvent avoir des problèmes de communication et d’interaction sociale, avoir des comportements répétitifs restreints et avoir des difficultés sensorielles (Levy et al., 2009). La théorie de l’esprit est la capacité de comprendre son propre état mental (comme les croyances, les désirs, etc.) et que d’autres peuvent avoir un état mental différent pour eux (Korkmaz, 2011). Les problèmes avec la théorie de l’esprit peuvent être l’une des raisons pour lesquelles les personnes autistes finissent par être impliqués dans le système de justice pénale (CJS).

La plupart des personnes atteintes de TSA sont désireuses d’éviter des problèmes avec la loi (Browning et Caulfield, 2011, Ghaziuddin et al., 1991). Ce respect respectueux des lois peut être compensé par un certain nombre de facteurs pré-disposition qui rendent la personne plus vulnérable.
Voici quelques exemples:

  1. Les connaissances émotionnelles limitées et la théorie de l’esprit altérée entravent la compréhension des situations et des relations, et peuvent par exemple conduire à confondre une amitié avec de l’amour et qui peuvent mener à des allégations de harcèlement,.
  2. Une passivité inhabituelle qui laisse l’individu ouvert à être influencé et exploité par d’autres, et attiré dans des activités criminelles.
  3. Une mauvaise interprétation des règles, notamment sociales, qui permettent aux individus de se trouver involontairement mêlés à des délits.
  4. Les scénarios de télévision et de vidéo peuvent être copiés sans comprendre qu’ils ne sont pas destinés à être reproduits dans la vie réelle.
  5. La difficulté à lire les signaux sociaux et les indices. Par exemple, une difficulté à juger l’âge d’autrui peut conduire la personne à des actions illégales, telles que des avances sexuelles à une personne de moins de 6 ans, particulièrement lorsque l’ineptie sociale l’a rendu plus confortable à s’associer à un groupe de jeunes pairs.
  6. L’impulsivité, parfois violente, qui peut être une composante d’un trouble de déficit de l’attention, ou un état d’anxiété qui se transforme en panique ou un mélange confus des deux. Le résultat est une réponse qui est disproportionnée par rapport à la situation (par exemple un «accès de colère») que d’autres interprètent alors comme menaçante.
  7. Les personnes atteintes de TSA adhèrent souvent rigoureusement aux règles et peuvent être extrêmement perturbées si d’autres personnes enfreignent les règles et réagissent fortement.
  8. Des préoccupations par des sujets, objets ou personnes appelés «intérêts spéciaux». Par exemple, l’adolescent obsédé par les machines à laver qui ont fait irruption dans un magasin juste pour examiner un nouveau modèle vu à travers la fenêtre..

Si une personne atteinte d’un TSA se voit perçue comme un suspect pour une infraction commise. Le manque de sensibilisation et de compréhension de la situation par le personnel à tous les stades du processus de CJS est susceptible de déclencher la chaîne d’événements suivante:

  1. Les agents peuvent à tort percevoir une menace et utiliser la force dans certaines circonstances si la personne atteinte de TSA semble devenir agressive en raison d’une anxiété accrue.
  2. Les agents chargés de la garde peuvent mal interpréter les compétences linguistiques adéquates chez les personnes atteintes du syndrome d’Asperger, croit que le suspect n’est pas vulnérable et n’utilise pas un «adulte approprié» pour faciliter la communication et protéger les droits de l’individu.
  3. Les techniques d’interrogatoire (conçus pour attraper les délinquants) font qu’un suspect ASD peut bien inconsciemment s’incriminer lui-même en raison de malentendus de communication.
  4. La CJS ne tiendra pas compte des aspects de la condition lorsqu’elle entreprendra des «tests d’infraction» pour décider si des accusations doivent être intentées, ce qui ne permet pas de reconnaître les défenses potentielles à l’infraction, comme l’absence de «Mens Rea», qui est un élément vital à prouver dans de nombreuses infractions.
  5. Les tribunaux peuvent ne pas permettre des «mesures spéciales» qui pourraient aider à rendre un procès plus équitable, comme l’utilisation d’un intermédiaire ou des pauses sensorielles, etc Ils peuvent également mal interpréter des comportements comme le manque d’empathie.
  6. Si la personne autiste est incarcéré, il n’y a pas de contrôle des TSA et donc peu de chances de prendre en compte les difficultés évidentes pour faire face au changement pour le délinquant, ce qui les perçoit comme un «détenu au problème» lorsqu’ils réagissent mal.

En bref, tout le système est lourdement pondéré par rapport à un résultat positif pour un délinquant suspect potentiel avec un TSA. Alors que je voudrais être en mesure de fournir des chiffres précis sur le nombre de personnes atteintes d’un TSA dans la population carcérale pour souligner ce point, le manque de données disponibles rend cela difficile. Toutefois, en réponse aux questions posées lors d’une enquête du Conseil municipal de Birmingham (Comité de l’examen et de l’examen des soins de santé et des soins sociaux, 2012) menée à l’été 2012, le directeur de la prison de Birmingham a confirmé que dans sa prison, Les détenus atteints de TSA étaient de 80 ou environ 5,5% de la population carcérale. Étant donné que l’étude de prévalence la plus récente a estimé que le nombre de personnes atteintes d’un TSA dans la population du Royaume-Uni dans son ensemble est d’environ 1,1 pour cent (Brugha et al., 2011, 2012), cela tendrait à indiquer une quantité disproportionnée de personnes avec Un TSA est emprisonné. Pourtant, il n’existe aucune preuve indiquant qu’une personne atteinte d’un TSA est plus susceptible d’être sujet à un comportement criminel que quiconque, le système ne comprend simplement pas ou ne prend pas en compte l’impact de la condition sur leurs comportements.

Brugha, T.S., Cooper, S.A., McManus, S., Purdon, S., Smith, J., Scott, F.J., Spiers, N. and Tyrer, F. (2012), Estimating the Prevalence of Autism Spectrum Conditions in Adults: Extending the 2007 Adult Psychiatric Morbidity Survey, The NHS Information Centre, Leeds.

Brugha, T.S., McManus, S., Bankart, J., Scott, F., Purdon, S., Smith, J., Bebbington, P., Jenkins, R. and Meltzer, H. (2011), “Epidemiology of autism spectrum disorders in adults in the community in England”, Archives of General Psychiatry, Vol. 68 No. 5, pp. 459-66.

Health and Social Care Overview and Scrutiny Committee (2012), “Adults with autism and the criminal justice system”, Birmingham City Council, available at: www.birmingham.gov.uk/scrutiny

Korkmaz, B. (2011), “Theory of mind and neurodevelopmental disorders of childhood”, Pediatric Research, Vol. 68 No. 5, Part 2, pp. 101-108.
Levy, S.E., Mandell, D.S. and Schultz, R.T. (2009), “Autism”, Lancet, Vol. 374 No. 9701, pp. 1627-38.

Autism, Advocates, and Law Enforcement Professionals

Source: Dennis Debbaudt, 2002. Autism, Advocates, and Law Enforcement Professionals: Recognizing and Reducing Risk Situations for People with Autism Spectrum Disorders. Jessica Kingsley Publishers (ou https://www.westmidspolfed.com… pour une version plus courte de l’ouvrage).

Reconnaissance de l’autisme: quelle première réponse ?

Les personnes autistes peuvent avoir des difficultés à exprimer leurs besoins […] Les personnes avec autisme peuvent avoir de la difficulté à appréhender l’espace personnel: ils peuvent empiéter sur l’espace personnel des autres en se tenant trop près, ou ils peuvent se tenir trop loin. Elles peuvent avoir une conscience limitée du corps humain.

Les personnes autistes peuvent afficher un vocabulaire limité, ou avoir tendance à l’écholalie (tendance à répéter de façon spontanée, involontaire et systématique les mots prononcés par un interlocuteur). Leur discours peut être monotone, comme par ordinateur. et sans inflexion. Ils peuvent donner l’impression de se parler à eux-mêmes, ou à personne en particulier.

Ils peuvent approcher ou parler à des inconnus. Ils peuvent ne pas être en mesure de fournir des informations, ou être en mesure de répondre à des questions. Dans ce dernier cas, les informations peuvent avoir peu, ou pas, de relation directe avec la question originale. Ils peuvent avoir du mal à concevoir un autre point de vue. Ils ne peuvent souvent pas intégrer la perspective des autres dans leur prise de décision, et faire de mauvais jugements sociaux en fonction de leur incapacité à prédire avec précision le point de vue des autres.

Ils peuvent ne pas demander des éclaircissements sur des questions, ou ne pas être en mesure de fournir des éclaircissements sur leurs réponses. Ils peuvent ne pas être en mesure de comprendre, ou accepter, une réponse rationnelle. […] Les personnes atteintes d’autisme peuvent être vus comme têtues, belliqueuse, voire sembler être sous l’influence de drogues, ou d’alcool. Ils peuvent être de piètres auditeurs, ne semblant pas se soucier de ce qui leur est dit. Ils peuvent être incapables de maintenir un contact visuel, même lorsque leur interlocuteur change de position pour l’obtenir. Ils peuvent répondre `Non ‘,`Oui’ ou `Pourquoi’ à tous les questions.

Reconnaissance de l’autisme: connaître les appels à l’aide

Que ce soit seuls, ou avec une personne de soutien, ils peuvent afficher des comportements, des communications et des réactions aux stimuli que d’autres trouveront bizarres. Les personnes autistes n’ont pas développé de conscience sociale de ce qui est attendu dans la communauté. Même s’ils ne sont pas malveillants, ils peuvent apparaître comme tels à d’autres. Leurs comportements peuvent dégénérer rapidement, avec des accès de colère, et ils peuvent ne pas comprendre les conséquences de leurs actions.

Les personnes autistes peuvent suivre ou approcher des enfants, des personnes âgées, ou d’autres qui les attirent, sans une compréhension du caractère inapproprié de leur comportement. Cela peut se produire dans les magasins, les parcs, les aéroports,
gares ferroviaires et routières, et les toilettes publiques et apparaissent aux autres comme du harcèlement, ou comme le prélude à une agression ou d’une avance sexuelle. Les personnes avec autisme peuvent tenter d’embrasser, ou de toucher des étrangers, voire renifler des personnes ou des objets qui sont nouveaux à leur environnement.

Reconnaissance de l’autisme: délits sexuels

Les personnes atteintes d’autisme peuvent être accusées de délits qui vont de l’outrage à la pudeur, de la masturbation en public, du harcèlement sexuel, à de plus graves accusations comme le viol. La maturité sexuelle et la compréhension des normes sociales doivent être remis en question dans le cas des personnes avec autisme. Alors que de nombreuses personnes atteintes d’autisme auront le même désir sexuel que quiconque, certains peuvent n’avoir aucun désir sexuel du tout. Ils peuvent alors toucher le sexe d’autres personnes seulement parce qu’ils ne sont pas conscients du caractère privé de certaines parties du corps. Ceux qui ont des désirs sexuels peuvent ne pas être en mesure de vivre leur sexualité de manière socialement acceptables. Ils peuvent expérimenter avec des personnes d’un âge avancé, mais également avec des personnes beaucoup plus jeunes. Ils ne savent pas où se situe la ligne de consentement mutuel avec un partenaire. Leur crime peut être davantage une question de contrôle que d’expérimentation.

Entretien et Interrogation des personnes autistes: indications trompeuses de culpabilité

Les autistes à haut-potentiel, ou les personnes autonomes, peuvent vivre seules ou sans surveillance constante, être capable de conduire ou d’utiliser les transports en commun, occuper un emploi, et profiter des activités de loisirs. Ils peuvent posséder des compétences verbales apparemment normales, mais déficiente dans la compréhension, la conscience sociale, et la prise de décision}. Ils peuvent apparaître comme tout à fait normaux au premier abord, mais les symptômes, les comportements. et caractéristiques – par exemple, fournir des réponses franches ou indélicates, changer de sujet, ou être incapable de comprendre ou d’accepter une réponse rationnelle – deviendra apparente à un enquêteur instruit. Toutefois, sans une compréhension du handicap, il sera facile de mal interpréter les informations, perçues alors comme indicateur de la culpabilité.

Ils peuvent ne fournir aucun contact visuel du tout, même quand leur intervenant décale leur position pour l’obtenir. Une personne autiste peut avoir appris à maintenir un contact visuel, mais cela peut être perçu comme un mauvais signal. En effet, l’enquêteur peut confondre ce contact visuel inhabituel avec une diminution de tension, technique utilisée par une personne coupable, quand il n’y a rien plus d’un symptôme de l’autisme.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: mémoire

Les enquêteurs devraient comprendre que la personne autiste peut avoir des compétences, en terme de mémoire, hautement développées. L’autiste interrogé peut ainsi affirmer des choses qu’il a entendu, et qu’il se contente de répéter. Cette compétence peut leur permettre d’assimiler, et de régurgiter les données rapidement. Les autistes peuvent aussi développer un système sophistiqué d’écholalie, répétant en écho les mots des autres. Par exemple, la personne autiste peut mémoriser les allégations de personnes entendu sur les lieux, les faits fournis par inadvertance par un officier, et les détails de certains faits apparaîtront comme une preuve. La personne autiste peut fournir de très convaincantes fausses déclarations, ou de faux aveux

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: l’interrogateur en tant que figure d’autorité

Les personnes atteintes d’autisme peuvent avoir appris à se tourner vers des figures d’autorité, tout au long de leur vie, pour prendre des décisions importantes dans leur vie. Elles ont ainsi appris à leur faire confiance, partant du fait qu’une personne dépositaire de l’autorité a toujours raison. Les personnes souffrant d’autisme peuvent alors se voir embrouiller lors d’un interrogatoire.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: Friendly-Unfriendly

Bien qu’ils peuvent ne pas avoir eu d’ami, cela ne les empêchera de continuellement essayer […] Les techniques d’interrogation des enquêteurs ont le potentiel de produire de faux aveux de ces personnes autistes}, comme le rappelle Inbau et al (1967). La personne autiste peut involontairement donner à un interrogateur l’impression qu’il ou elle est apathique.

Entretien et Interrogation des personnes atteintes d’autisme: Pauvres menteurs

Un interrogateur peut chercher des informations en mentant, lors d’une infraction présumée. La personne autiste peut essayer de répondre à ce nouvel ami, ou à cette figure d’autorité, en apportant la réponse qui serait celle que l’interrogateur attend.

Lorsqu’on lui a demandé s’il ou elle a déjà pensé à commettre le
infraction en question, un autisme – même innocent – peut répondre « oui' », par opposition au « non » attendu pour une personne innocente.

Inbau, F. E. & Reid, J. E. (1967). Criminal interrogation and confessions. Williams & Wilkins Editor.

Autism Spectrum Disorder and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here?

Source : Woodbury-Smith, M.R. & Dein, K. (2014) Autism Spectrum Disorder (ASD) and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here? J Autism Dev Disord  44:2734–2741

Pour les personnes autistes, leur forces verbales relatives peuvent masquer leur vulnérabilités socio-communicatives sous-jacentes, comme l’a montré Allen et al. (2008). Aussi, si une personne n’est pas reconnue autiste, elle peut être reconnue compétente au cours de la procédure. En réalité, ces personnes peuvent être influençables pendant les interrogatoires Maras et al. (2012a, 2012b) ou auront des difficultés à construire un récit de leur propre compte des événements. Par inadvertance, ils peuvent paraître arrogants ou désintéressés, ce qui peuvent influencer la façon dont ils sont traités par le système de justice pénale, Archer et al. (2013).

Une personne est responsable si elle a commis une infraction et en avait l’intention. On peut dire que certaines personnes atteintes de troubles du spectre autistique, par la nature de leur handicap socio-émotionnel, peuvent ne pas avoir les attributs qui sont nécessaires pour prendre des décisions de tous les jours, Freckelton et al. (2009). Sans la capacité d’empathie, une personne ne peut pas avoir la structure cognitive nécessaire pour inhiber un comportement inapproprié Blair (2001).

Les autistes à haut potentiel peuvent ne pas être immédiatement reconnaissables par la police. Si elles ne sont pas déjà été diagnostiquées, les personnes autistes sont alors vulnérables lors des interrogatoires, pour un certain nombre de raisons. En particulier, les particularités de la parole ou du comportement peuvent être simplement interprétés comme intentionnelle ou délibérée. De même, des difficultés à comprendre des questions ou des déclarations faites par d’autres, en particulier si elles impliquent l’utilisation de l’ironie, le sarcasme ou autrement inclure une signification quelque peu enveloppé, peut laisser la personne autiste confuse ou anxieuse.

Une personne ayant un trouble du spectre autistique peut également être influençable ou acquiescent. La notion d’acquiescement fait référence à une tendance à se mettre d’accord à ce qui est demandé ou dit parce que la personne pense que c’est ce qu’on attend d’eux. L’acquiescement se caractérise par un souhait de plaire aux autres, en disant ce qu’ils pensent que l’autre personne veut entendre, peut importe la réalité. Cela peut se produire si la personne interrogée souhaite arrêter l’entrevue aussi rapidement que possible, ou peut être motivé par un souhait d’être aimé par l’enquêteur. La suggestibilité est le terme généralement employé pour décrire l’acceptation non critique de l’information étant offerte, ou une sensibilité à l’information trompeuse. Par exemple, le style des questions de l’enquêteur (qui peut utiliser des questions fermées ou au contraire ouvertes) peuvent influer sur les réponses données. En outre, l’hypothèse est émise que \hil{les autistes ont une plus grande tendance à se reposer sur
indices linguistiques et sociaux immédiats, plutôt que sur la mémoire des événements.

Allen, D., Evans, C., Hider, A., Hawkins, S., Peckett, H., & Morgan, H. (2008). Offending behaviour in adults with Asperger syndrome. Journal of Autism and Developmental Disorders, 38, 748–758.

Archer, N., & Hurley, E. A. (2013). A justice system failing the
autistic community. Journal of Intellectual Disabilities and
Offending Behaviour, 4, 7.

Blair, R. J. R. (2001). Neurocognitive models of aggression, the
antisocial personality disorders, and psychopathy. Journal of
Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, 71, 727–731.

Freckelton, I. & List, D. (2009) Asperger’s Disorder, Criminal Responsibility and Criminal Culpability, Psychiatry, Psychology and Law Vol. 16, No. 1, March 2009, 16–40

Maras, K. L., & Bowler, D. M. (2012a). Brief report: Suggestibility,
compliance and psychological traits in high-functioning adults
with autism spectrum disorder. Research in Autism Spectrum
Disorders, 6, 1168–1175.

Maras, K. L. & Bowler, D. M. (2012b). Eyewitness testimony in
autism spectrum disorder: A review. Journal of Autism and
Developmental Disorders.