Archives par mot-clé : Kristiansson

Troubles du spectre autistique – aspects psychiatriques légaux et médico-légaux

Source: Marianne Kristiansson & Karolina Sörman (2008) Autism spectrum disorders – legal and forensic psychiatric aspects and reflections. Clinical Neuropsychiatry, 5, 55-6

Selon le DSM-IV (APA 1994), les caractéristiques essentielles des troubles du spectre autistique (DSA) compromettent l’interaction sociale et de la communication sociale ainsi que le développement de comportements, d’intérêts et d’activités restreints et répétitifs.

Le syndrome d’Asperger partage cette déficience dans l’interaction sociale, ainsi que les comportements stéréotypés répétitifs observés chez les sujets autistes (APA 1994, APA 2000). Contrairement à l’autisme cependant, Le syndrome d’Asperger se caractérise par une capacité intellectuelle normale et un discours syntaxique (APA 1994, APA 2000).

La plupart des sujets atteints de TSA respectent la loi et ne commettront aucun crime violent (Katz & Zemishlany 2006, Silva et al., 2004). Ghaziuddin et ses co-auteurs ont estimé que la prévalence de l’agression liée au syndrome d’Asperger était faible, de l’ordre de 2,7%, ce qui n’est certainement pas supérieur au taux de prévalence de la violence dans la population générale (Ghaziuddin et al., 1991).

Les sujets atteints de TSA ont tendance à l’isolement physique et psychologique (Silva et al., 2004), qui a été souligné comme facteur prédisposant au développement de comportements inadaptés, y compris la criminalité (Tantam 1988, Silva et al., 2004). Selon le contexte social et la vulnérabilité individuelle, l’isolement pourrait favoriser le développement de pensées intrusives, de rêveries et de fantasmes (Meloy 2000). Déjà dans les années 1980 Tantam décrit 60 individus, dont 46 avaient des traits autistiques, qui présentait un comportement étrange sans être psychotique. Près de la moitié du groupe a été impliqué dans un comportement antisocial à un certain stade et près d’un quart avaient commis des infractions pénales (Tantam 1988).

D’autres caractéristiques chez les personnes souffrant du syndrome d’Asperger ont été décrites par Murrie et co-auteurs, qui ont étudié six cas dans des contextes médico-légaux et a noté des caractéristiques telles que la naïveté interpersonnelle, la frustration sexuelle et la confession immédiate (Murrie et al., 2002). Les tendances à avouer immédiatement à la police, ainsi que l’absence de casier judiciaire antérieur, distinguent les délinquants atteints du syndrome d’Asperger de la plupart des autres personnes renvoyées pour une évaluation psychiatrique légale. Sur la base de ces caractéristiques, Murrie et co-auteurs ont noté que le comportement illégal chez ces auteurs peut provenir d’une combinaison de déficiences sociales et d’un désir d’attachement ou d’expérience sexuelle (Murrie et al., 2002). Il est toutefois très probable que les sujets atteints de TSA ont des difficultés à moduler leur besoin de récompenses en fonction des exigences environnementales, des règles et des législations, car cela demande une capacité à lire les signaux sociaux et à comprendre ce qui est bénéfique pour le groupe en prenant la perspective des autres.

Au cœur du déficit empathique des personnes souffrant de TSA se trouve une incapacité à attribuer des états mentaux à d’autres, communément désignée comme une théorie de l’esprit déficiente, ou ToM (Kleinman et al., 2001, Blair, 2008). La ToM (ou mentalization) se réfère à la capacité d’estimer la vie cognitive, perceptive et affective des autres aussi bien que du soi (Haskins et Silva 2006) et les déficiences en ToM sont parfois appelées «cécité mentale» (Frith 2001, Haskins & Silva 2006), c’est-à-dire une réelle diminution de la capacité de lire les signaux sociaux et de comprendre le sens d’un acte (Frith, 2001). Les délinquants atteints de TSA plus performantes ont montré des difficultés marquées à comprendre qu’une autre personne puisse vivre une expérience cognitive émotionnelle différente au cours d’un événement partagé (Haskins & Silva, 2006). Cette caractéristique paraît très spécifique au TSA. Les psychopathes d’autre part ne semblent pas montrer des lacunes dans la capacité de représenter les états mentaux (Blair 2008), mais sont plus souvent rapportés à l’insuffisance de l’empathie émotionnelle, caractérisée comme une réponse déficiente aux affichages émotionnels par d’autres. En outre, le développement moral semble également différer entre les deux diagnostics différents où il a été soutenu que les enfants autistes présentent des jugements moraux relativement conservés, tant que le jugement n’exige pas la représentation de l’intention de l’auteur (Blair 2008)

Les études sur l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRM fonctionnelle) ont présenté des résultats suggérant que l’équité perçue des autres peut avoir un impact sur la réactivité cérébrale ainsi que sur le comportement (Singer et al., 2006). D’un point de vue clinique, il n’est pas rare que les sujets avec des traits autistiques se sentent facilement offensés et l’expérience que les autres ne sont pas justes. Cela pourrait les conduire à un comportement vengeur (Tantam 2003); De planifier et de commettre des crimes afin, de leur point de vue, de rétablir l’équilibre.

Les auteurs de TED ont-ils un esprit coupable? Pour répondre à cette question, il faut évaluer la gravité des déficits neuropsychiatriques et la dysfonction psychosociale du sujet. Même si les auteurs de TSA ne présentent pas de symptômes psychotiques ordinaires, ils montrent des lacunes dans la capacité de lecture de l’esprit et la prise de perspective qui peuvent avoir des implications pour l’imagination, la cognition et la compréhension; Un handicap mental qui peut être très difficile à expliquer à un tribunal. […] Le mode de vie isolé et bizarre des sujets atteints du syndrome ASD / Asperger pourrait conduire au développement d’une structure psychologique détachée parfois presque psychotique, avec un raisonnement défectueux et une réduction marquée de la cognition. Même si les sujets atteints du syndrome d’Asperger et des troubles neurodéveloppementaux peuvent avoir des capacités cognitives suffisantes pour comprendre le droit, il est raisonnable de penser que l’incapacité de ces sujets à évaluer les situations sociales et à apprécier le point de vue des autres constitue la cause principale des comportements violents et criminels infractions chez les auteurs de TSA (Katz & Zemishlany, 2006). Certains auteurs suggèrent que les auteurs d’un syndrome ASD / Asperger pourraient être considérés comme incapables d’avoir l’intention de commettre un acte criminel, selon ce que ce concept constitue, et peut donc être considéré comme inapte à subir un procès, même s’il ne souffre pas d’une maladie psychotique (Katz & Zemishlany, 2006). Une autre caractéristique distincte chez les auteurs de TSA est l’incapacité à comprendre les conséquences des actions criminelles et leur impact sur les autres (Katz & Zemishlany, 2006). Katz et Zemishlany suggèrent donc que certains de ces sujets ne peuvent pas s’occuper d’une audience adéquate. Le large éventail de déficiences chez les auteurs de TSA peut amener une opinion légale divergente quant à savoir s’ils ont ou non un trouble mental grave affectant leur degré de responsabilité (Haskins & Silva 2006). Ceci est encore mal étudié cependant.

American Psychiatric Association (APA) (1994). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 4 th ed. American Psychiatric Association, Washington DC.

American Psychiatric Association (APA) (2000). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Text revision.

Blair RJ (2008). Fine cuts of empathy and the amygdala: Dissociable deficits in psychopathy and autism. Quarterly journal of experimental psychology 61, 157-170.

Frith U (2001). Mind blindness and the brain in autism. Neuron 32, 969-979.

Ghaziuddin M, Tsai L, Ghaziuddin N (1991). Brief report: violence in Asperger’s syndrome, a critique. Journal of autism and developmental disorders 21, 349-354.

Haskins BG, Silva JA (2006). Asperger’s disorder and criminal behaviour: forensic-psychiatric considerations. The journal of the American Academy of Psychiatry and the Law 34, 374-384.

Katz N, Zemishlany Z (2006). Criminal responsibility in Asperger’s syndrome. The Israel journal of psychiatry and related sciences 43, 166-173.

Kleinman J, Marciano PL, Ault RL (2001). Advanced theory of mind in high-functioning adults with autism. Journal of autism and developmental disorders 31, 29-36.

Meloy JR, Rivers L, Siegel L, Gothard S, Naimark D, Nicolini JR (200). A replication study of obsessional followers and offenders with mental disorders. Journal of forensic sciences 45, 147-152

Murrie DC, Warren JI, Kristiansson M, Dietz PE (2002). Asperger’s syndrome in forensic settings. International journal of forensic mental health 1, 59-70.

Silva JA, Ferrari MM, Leong GB (2002). The case of Jeffrey Dahmer: sexual serial homicide from a neuropsychiatric developmental perspective. Journal of forensic sciences 47, 1347-1359.

Silva JA, Leong GB, Ferrari MM (2004). A neuropsychiatric developmental model of serial homicidal behavior. Behavioral sciences and the law 22, 787-799.

Singer T, Seymour B, O’Doherty JP, Stephan KE, Dolan RJ, Frith CD (2006). Empathic neural responses are modulated by the perceived fairness of others. Nature 439, 466-469.

Tantam D (1988). Lifelong eccentricity and social isolation. I.Psychiatric, social, and forensic aspects. The British journal of psychiatry: the journal of mental science 153, 777-782

Tantam D (2003). The challenge of adolescents and adults with Asperger syndrome. Child and adolescent psychiatric clinics of North America 12, 143-163.