Archives par mot-clé : Mindblindness

Mindblindness: Criminally Accused Individual with Asperger’s Syndrome

La Mind-blindness ou cécité de l’esprit peut être décrit comme un trouble cognitif où un individu est incapable d’attribuer des états mentaux à lui-même et aux autres. En raison de ce trouble, l’individu peut ignorer les états mentaux d’autrui, ou incapable d’attribuer des croyances et des désirs aux autres. Cette capacité à développer une conscience mentale de ce qui est dans l’esprit d’un individu est connu sous le nom de théorie de l’esprit. La Mind blindness est associée à l’autisme et au syndrome d’Asperger (AS).

Source: Wauhop B. (2008–2009) Mindblindness: Three nations
approach the special case of the criminally accused
Individual with Asperger’s Syndrome
. Penn State International
Law Review 27, 959–991.

Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger ne sont pas plus susceptibles de commettre des crimes que les individus neurotypiques, comme l’ont montré plusieurs études. Cependant, des études révèlent aussi que le taux de prévalence des individus AS dans les populations de la prison est beaucoup plus élevé. Cette surreprésentation suggère qu’un individu souffrant du syndrome d’Asperger pourrait être reconnu coupable et incarcéré en raison de la manifestation particulière de leur trouble plutôt qu’à cause d’une conduite juridiquement coupable, voir Haskins et al. (2006).

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont dit souffrir de Mind-blindness parce qu’ils ne comprennent souvent pas les indices sociaux, et ne peuvent pas comprendre que d’autres personnes peuvent avoir des réactions émotionnelles différentes face au même événement, voir Haskins et al. (2006). La notion de Mind-blindness est juridiquement importante car elle empêche les individus de percevoir et de comprendre l’effet de leur conduite a sur les états émotionnels et cognitifs des autres.

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger ont une mauvaise intuition et manquent de la capacité d’adaptation spontanée dans la plupart des situations sociales. Ils ont une tendance à interpréter de manière très littérale ce que les gens disent. Ce comportement donne l’impression d’une naïveté sociale, comme la définissent Attwood (2007) et Klin (2006). En règle générale, les gens atteintes du syndrome d’Asperger manquent d’inflexion, et d’intonation dans la voix, qui semble alors monotone quand ils parlent. Leurs conversations semblent souvent sans contexte, donnant l’impression générale d’incohérence. Les personnes souffrant du syndrome d’Asperger peuvent parfois tenir long discours dont il est difficile de percevoir la cohérence, voir Klin (2006). Ces difficultés de communication peuvent engendrer des incompréhensions entre les personnes atteintes du syndrome d’Asperger et les personnes en charge de faire respecter la loi (au cours des audiences, ou devant un jury, ou une commission de libération conditionnelle). La personne atteinte du syndrome d’Asperger pourra parfois présenter des signes d’ennui, donnant l’impression qu’elle a hâte d’en finir. De plus, leur intonation étrange, et souvent monocorde, pourrait être perçu comme un manque de remords. Enfin, comme les individus atteintes du syndrome d’Asperger confessent souvent rapidement des crimes, ils ne peuvent pas comprendre le sens de tout ce remue-ménage, voir Attwood (2007) et Klin (2006).

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger peuvent réagir de façon inappropriée lorsqu’elles ne parviennent pas à comprendre le contexte d’une interaction sociale, voir Klin (2006). L’ensemble des attitudes des personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont souvent interprétées par d’autres personnes comme de l’insensibilité, ou un manque d’empathie. Ce manque apparent d’empathie ou de remords semble juridiquement significatif, car il pourrait être confondu comme un indicateur de la psychopathie. Les psychopathes sont des prédateurs humains, tandis que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger sont socialement naïves et immatures. Bien que les deux donnent l’impression d’un manque d’empathie, le psychopathe n’a pas de remords, alors que les personnes atteintes du syndrome d’Asperger ne présentent pas les expressions attendues.

Dans l’approche Anglaise du mens rea en droit pénal, la loi est basée sur la maxime « l’acte ne fait pas un homme coupable à moins que son esprit soit coupable« . Dans son traité du XIIIe siècle, le juriste Henry Bracton a écrit que « un crime n’est pas commis à moins que l’intention de nuire existe« . Aussi, selon Bracton, les nourrissons et les fous sont exclus de la culpabilité en raison de leur incapacité à faire des choix rationnels entre le bien et le mal. Aussi, les personnes atteintes du syndrome d’Asperger peuvent se livrer à des violations criminelles sans le mens rea requis pour une évaluation de la culpabilité criminelle.

Attwood, T. (2007) The Complete Guide to Asperger’s Syndrome.
Jessica Kingsley Publishers.

Haskins B. G. & Silva J. A. (2006) Asperger’s disorder and criminal behavior: forensic psychiatric considerations. Journal of the American Academy of Psychiatry and Law 34, 374–384.

Klin, A. (2006) Autism and Asperger Syndrome: An Overview. Revista Brasileira de Psiquiatria.