Archives par mot-clé : Russell

High functioning autism and vulnerabilities during interrogative interview

Source: Alice S. North, Ailsa J. Russell & Gisli H. Gudjonsson, (2008). High functioning autism spectrum disorders: an investigation of psychological vulnerabilities during interrogative interview. The Journal of Forensic Psychiatry & Psychology, 19:3, 323-334,

La suggestibilité interrogative} est définie comme étant le degré suivant lequel une personne en vient à accepter et subséquemment à incorporer des informations post-événement à sa mémoire des souvenirs, Powers et al. (1979) ou Gudjonsson et al. (1986). La  conformité est elle définie comme la tendance de l’individu à aller de pair avec les propositions, les demandes, ou des instructions, pour un certain gain instrumental immédiat.

En terme de vulnérabilité au cours des interrogatoires, les individus autistes à haut potentiel peuvent ne pas avoir été reconnus immédiatement vulnérables par la police, à cause d’une utilisation apparemment convenable de la langue. Cependant, ces derniers peuvent faire face à des difficultés considérables dans la compréhension et l’adaptation avec les exigences de la police, et peut également connaître des niveaux élevés de détresse, compte tenu du contexte de situation sociale fermée d’un interrogatoire. Par définition, ce groupe va avoir de la difficulté à décoder les aspects de la vie sociale, en particulier les aspects impliquant des moyens non verbaux de la communication. En ce qui concerne les facteurs de risque connus de vulnérabilité lors de son interrogatoire, il existe des preuves que les déficits de mémoire peuvent être présents dans les groupes d’autistes à haut potentiel, Bowler et al. (1997). Blackshaw et al. (2001) ont suggéré que les autistes à haut potentiel peuvent se montrer plus suspicieux ou méfiants vis à vis des autres. Cela peut les aider à remettre en question et résister aux demandes de police et de se présenter aussi rigide et inébranlable dans leur réponses.

Les autistes à haut potentiel peuvent être plus désireux de plaire ou d’éviter le conflit et la confrontation, et peut donc répondre docilement à la demande ou aux suggestions des autres, sans être nécessairement d’accord. Ce comportement, s’il n’est pas connu par l’enquêteur, peut jouer au désavantage d’un suspect. Dans le pire des cas, ce comportement peut conduire à une déclaration erronée et auto-incriminante, comme l’a montré Gudjonsson (2003).

Blackshaw, A.J., Kinderman, P., Hare, D.J., & Hatton, C. (2001). Theory of mind, causal attribution and paranoia in Asperger Syndrome. Autism, 5, 147–163.

Bowler, D.M., Matthews, N.J., & Gardiner, J.M. (1997). Asperger’s
syndrome and memory: Similarity to autism but not amnesia. Neuropsychologia, 35, 65–70.

Gudjonsson, G.H. (2003). The psychology of interrogations and confessions: a handbook. Wiley.

Gudjonsson, G.H., & Clark, N.K. (1986). Suggestibility in police interrogation: A social, psychological model. Social Behaviour, 1, 83–104.

Powers, P., Andriks, J. L. & Loftus, E. F. (1979) . Eyewitness accounts of females and males. Journal of Applied Psychology, 64, 339-347.