Archives par mot-clé : Woodbury-Smith

Asperger et questions médico-légales (1)

Source: Marc Woodbury-Smith (2014) Unlawful Behaviors in Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders in Fred R. Volkmar, Brian Reichow & James C. McPartland (Eds). Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders. Springer Verlag.

Depuis la publication du document de Wing en 1981, une littérature restreinte mais significative a émergé décrivant les personnes qui ont le syndrome d’Asperger (AS) et qui ont engagé des comportements problématiques (Woodbury-Smith et al., 2005 et les références mentionnées). […] La nécessité d’identifier les personnes souffrant de ce syndrome, vu comme un moyen de les réhabiliter plus efficacement, plutôt que de les «punir», a été soulevée dès 1992 au Royaume-Uni, dans le Rapport Reed,  (Ministère de la Santé, 2002). Malheureusement, 20 ans plus tard, on ne sait encore pas grand-chose quant à la délinquance chez les personnes atteintes d’AS. 20 ans plus tard, des personnes atteintes d’AS qui se livrent à des infractions graves peuvent se retrouver dans des hôpitaux psychiatriques à sécurité maximale pendant de longues périodes, et celles qui commettent des infractions mineures peuvent se trouver de plus en plus socialement exclus.

Tout au long, je me réfère à AS pour la simplification, mais des comportements problématiques peuvent également être vus parmi ceux décrits comme ayant «autisme de haut-fonctionnement», bien que, en revanche, de tels comportements peuvent être moins susceptibles chez les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle. En outre, bien que le terme «comportements problématiques» implique une série de transgressions, allant des infractions relativement mineures aux règles conventionnelles à des comportements plus sérieux qui ont des répercussions sur le bien-être des autres, ce chapitre traite des comportements plus sérieux qui peuvent mettre en contact des autistes avec le système judiciaire. Comme on le verra, de tels comportements, chez les personnes atteintes d’AS, résultent le plus souvent d’une naïveté sociale et d’un malentendu.

Bien que l’objet de ce chapitre soit celui des personnes atteintes d’AS qui se livrent à des comportements sérieux, il est important de souligner que ces comportements sont rares. Ce point est particulièrement important de reconnaître que les médias se sont rendus coupables à plusieurs reprises, au Royaume-Uni et aux États-Unis, de fausses représentations de l’AS, ce qui pourrait avoir un impact sur la perception du public des AS.

Depuis le document de Wing, l’intérêt pour l’AS a monté en flèche, reflété par l’augmentation exponentielle des articles publiés consacrés à la description de ses caractéristiques cliniques, de sa relation avec l’autisme et de son fondement biologique. Parallèlement à cette prolifération, il y a eu un nombre constant de rapports de cas décrivant des personnes présumées avoir des AS qui ont commis des comportements délinquants sérieux (Chesterman et Rutter, 1993, Barney Cohen, 1988, Chen et al. , 2003, Murrie, Warren, Kristiansson, et Dietz, 2002, Everall et Lecouter, 1990, Kohn, Fahum, Ratzoni et Apter, 1998, Silva, Ferrari et Leong, 2002, Palerme, 2004). En plus de ces études et de petites séries de cas, il convient de noter également certains cas décrits comme «trouble schizoïde de l’enfance» par Wolff (2000) et «excentricité à vie» par Tantam (1988a, 1988b). Wolff a identifié un groupe d’enfants qui partageaient la principale déficience de l’isolement social et ont suivi leur progression vers l’âge adulte, et Tantam a étudié un groupe de jeunes adultes qui avaient été renvoyés à sa clinique avec une longue histoire d’isolement et d’excentricité. Dans les deux groupes, des similitudes phénoménologiques avec l’AS ont été observées, et dans les deux une petite minorité avaient engagé des comportements problématiques à l’âge adulte.

Alors que les études de cas ne fournissent pas d’indices sur la prévalence de comportements problématiques dans l’AS, d’autres chercheurs ont tenté d’examiner plus explicitement la prévalence de tels comportements. En se concentrant sur les comportements violents, Ghaziuddin et ses collègues ont examiné 132 cas décrits dans la littérature (à l’exception de ceux de Wolff et Tantam) et ont identifié seulement un petit nombre d’entre eux déclarés violents, ce qui indique une prévalence d’infraction dans la communauté probablement plus faible que chez leurs homologues de la population générale (Ghaziuddin, Tsai, & Ghaziuddin, 1991).
Cette conclusion est cohérente avec l’affirmation de Howlin (2004) selon laquelle les personnes atteintes d’AS ont un sens profond du bien du mal et donc vont probablement offenser beaucoup moins que les autres (Howlin, 2004). Cela étant, la nature de l’étude signifie que le petit nombre est susceptible d’être une sous-estimation du chiffre exact, d’autant plus que les grandes séries de cas de Tantam et Wolff ont été spécifiquement exclues. En fait, si tous ces rapports sont inclus dans le type d’analyse menée par Ghazziudin, la prévalence de l’infraction dans l’AS serait de 20% (46 sur 224) plutôt que de 2,27%. […} En considérant ces études de cas ensemble, une série d’infractions est représentée, y compris, par exemple, les agressions contre d’autres (Mawson et al., 1985), le feu (Everall & Lecouteur, 1990), la délinquance sexuelle (Kohn et al. (Chen et al., 2003). Parmi les individus décrits par Tantam (1988a, 1988b), 14 sur 64 ont commis des infractions punissables d’emprisonnement, y compris des dommages criminels (4), des voies de fait (3), des incendies criminels (3), une exposition indécente (3) et une tentative Viol (1). De même, dans les études de Woodbury-Smith et al. (2005, 2006, 2010) décrite plus loin dans ce chapitre, on peut citer une série d’infractions, y compris le vol, les dommages criminels, la violence envers les autres et les infractions sexuelles. Il a été suggéré que le réglage du feu est plus fréquent chez les délinquants atteints d’AS que chez les non-offensants (Mouridsen et al., 2007). De plus, bien que certaines études indiquent que les personnes atteintes d’AS commettent des infractions sexuelles (Hare et al., 1999, Murphy, 2003), d’autres suggèrent que les taux de délinquance sexuelle (Hare et al. ) Sont plus faibles chez les délinquants atteints de TSA.

Dans l’ensemble, les personnes atteintes d’AS ou de TSA sont des citoyens respectueux de la loi et ont été décrits comme ayant un sens fort du bien du mal. Ils peuvent aussi adhérer rigoureusement aux règles et réprimander les autres au cours d’un acte répréhensible perçu (et dans le processus, peut par inadvertance se retrouver en tant que le malfaiteur perçu). Les personnes atteintes d’AS peuvent également ne pas avoir les «opportunités» pour le crime. Par exemple, il est rare qu’une personne atteinte d’AS puisse faire partie d’un gang, à moins que ses difficultés sociales n’aient rendu la personne vulnérable à être «attirée» dans cette culture. Cependant, un certain nombre de facteurs pourraient amener certaines personnes atteintes de SA à entrer en contact avec le système de justice pénale. Ces facteurs incluent ceux liés au phénotype clinique, tels que la poursuite d’un intérêt circonscrit ou à la suite de naïveté sociale, et ceux liés au «phénotype neuropsychologique», tels que la théorie de l’esprit altérée ou l’affaiblissement du fonctionnement exécutif. En outre, d’autres facteurs tels que l’ajustement au trouble (c’est-à-dire étant différent) ou la vulnérabilité à la manipulation par les autres dominants pourraient être importants. La comorbidité peut également avoir une signification étiologique. Wing (1997) a également suggéré un certain nombre d’autres facteurs qui pourraient être associés à l’infraction chez les personnes atteintes de SA, y compris l’isolement et la conviction que d’autres sont hostiles, peut-être à la suite d’expériences malheureuses antérieures. De nombreux autres facteurs de risque criminologiques plus généraux peuvent également être pertinents, y compris des difficultés d’apprentissage spécifiques et des troubles de l’attention et du contrôle moteur. La déficience des compétences réciproques d’interaction sociale est la condition sine qua non de l’AS et des autres ASD. (Les caractéristiques du handicap social sont décrites ailleurs dans ce volume, voir aussi Klin, McPartland, & Volkmar, 2005). Plus souvent qu’autrement, les personnes atteintes d’AS souhaitent chercher des relations avec d’autres, mais peuvent être maladroites dans leur approche. Cette maladresse peut être particulièrement évidente chez l’individu qui souhaite une relation intime, mais ne sait pas comment faire le premier pas. Certains peuvent suivre une personne, peut-être en essayant de «arracher le courage» de lui parler, seulement plus tard pour se retrouver arrêté pour harcèlement / harcèlement. Un jeune homme avec AS a rappelé comment il avait l’habitude de téléphoner aux filles de sa classe, mais ne sachant pas quoi dire resterait sans voix. Le père d’une fille a finalement appelé la police, et le garçon a reçu une prudence formelle. D’autres peuvent essayer de faire le contact, mais le faire de façon inappropriée. Par exemple, un jeune homme d’AS, âgé de 21 ans, a décidé d’aller dans une boîte de nuit pour «trouver une petite amie». Ne sachant pas comment aborder les autres mais en observant le comportement intime entre les gens, il a décidé de se présenter en touchant une jeune fille de façon inappropriée. A été arrêté et accusé d’agression indécente. Un autre jeune homme s’est exposé indécemment pendant une période de plusieurs années, parce que, selon lui, c’était la seule manière qu’il pourrait obtenir des filles pour lui prêter attention. Certaines études de cas publiées ont également décrit les personnes atteintes d’AS cherchant des relations sociales de façon inappropriée. Par exemple, dans le document de Haskins et Silva (2006), deux cas sont décrits dans lesquels les adultes atteints d’AS entrent en contact avec le système de justice pénale en raison d’un comportement sexuel inapproprié, dans un cas touchant les adolescentes et l’autre , En sollicitant des hommes étrangers pour des rapports sexuels. De même, Barry-Walsh et Mullen (2004) décrivent une personne atteinte d’AS qui s’est fixée sur des professionnels qui avaient été impliqués dans ses soins, téléphonant, écrivant et finalement accusés de harcèlement. L’atteinte sociale pourrait aussi être impliquée dans des comportements non sexuels. Par exemple, les personnes atteintes d’AS sont souvent conscientes de leurs différences par rapport à leurs pairs et, à mesure qu’elles atteignent l’âge adulte, et les possibilités telles que les relations, la famille et l’emploi ne sont pas aussi faciles, peuvent éprouver un sentiment de jalousie.

Deux études ont systématiquement étudié si les déficiences neuropsychologiques fondamentales observées chez les personnes atteintes d’AS sont en quelque sorte associées à une infraction. Dans le premier cas (Murphy, 2003), on a examiné les caractéristiques cognitives des patients atteints de SA (n = 13) dans un hôpital psychiatrique sécurisé maximum par rapport aux patients retenus atteints de schizophrénie (n = 13) et de troubles de la personnalité (n = 13). Sur une mesure de la fonction exécutive, les trois groupes se sont comportés de la même façon.
Dans une autre étude transversale cas-témoins (Woodbury-Smith et al., 2005), on a comparé les caractéristiques neuropsychologiques et cliniques des adultes atteints de TSA qui avaient offensé (n = 21) avec un échantillon communautaire apparié (n = 23) et Un groupe témoin d’adultes sans DSA (n = 23). Dans cette étude, seuls les individus qui fonctionnaient intellectuellement dans la gamme normale et qui satisfaisaient aux critères diagnostiques du DSM-IV pour l’AS ou l’autisme de haut niveau (HFA) étaient inclus. Les chercheurs se sont intéressés à déterminer si les déficiences de la ToM, la reconnaissance de l’émotion ou la fonction exécutive étaient associées à une infraction. Après avoir contrôlé l’effet confondant du QI, l’atteinte à la reconnaissance de la peur était associée à une infraction. En revanche, le Md et la fonction exécutive n’étaient pas associés. En effet, en tant que groupe, les «délinquants ASD» ont démontré une performance supérieure à la fois à la ToM et à la fonction exécutive comparativement à leurs homologues non défaillants avec les TSA, et contrairement à eux, leur rendement sur ces deux groupes ne différait pas significativement du groupe témoin.

[à suivre…]

Les comportements illégaux chez les adolescents autistes

Source: Marc Woodbury-Smith (2014) Unlawful Behaviors in Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders in Fred R. Volkmar, Brian Reichow & James C. McPartland (Eds). Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorders. Springer Verlag.

Que la prévalence soit élevée ou non, ce qui est clair, c’est que certains adultes atteints de TSA (trouble du spectre autistique) peuvent se livrer à des comportements considérés comme illégaux. Diverses études de cas décrivent tous une gamme d’activités illégales, y compris des comportements, comme le vol ou des comportements les plus graves comme l’agression sexuelle et le meurtre. Il y a de plus en plus de preuves que la candeur et l’immaturité sont peut être plus fréquentes chez les délinquants atteints de TSA que chez les autres (Hare et al., 1999, Mouridsen, Rich, Isager & Nedergaard, 2008, Siponmaa, Kristiansson, Jonson, Nyden & Gillberg, 2001). Toute une gamme de comportements problématiques a été décrite, sans aucun modèle spécifique. Comme on le verra dans les paragraphes suivants, cependant, les transgressions relativement mineures qui résultent directement d’un malentendu social ou de la poursuite d’intérêts circonscrits sont peut-être celles qui sont le plus fréquemment observées dans la pratique clinique, même si la littérature a pu rapporter des crimes plus rares, et plus graves.

Les facteurs pouvant influer sur le comportement illégal peuvent être classés grossièrement en divers facteurs liés: 1) au phénotype socio-communicatif; 2) au phénotype neuropsychologique; et 3) aux schémas circonscrits de comportement et d’intérêt, y compris la rigidité et la résistance au changement. Bien sûr, il est également probable que les facteurs associés au comportement criminel dans la population en général sont également pertinents parmi les personnes atteintes de TSA. Il s’agit notamment des facteurs familiaux (grande taille de la famille, mauvais logement, parent pauvre, et parent ayant des antécédents de condamnations), des facteurs de pairs (c’est-à-dire avoir des amis délinquants) et des facteurs individuels (faible QI, absentéisme, comportement agressif, hyperactivité, impulsivité et inattention, résumés dans Farrington, 2001). Cependant, les sections ultérieures mettront l’accent sur une association entre les caractéristiques phénotypiques de l’autisme et le risque d’un comportement illégal.

  1. Le phénotype socio-communicatif et le comportement illégal: Les subtilités de l’interaction sociale peuvent être difficiles à appréhender pour les personnes atteintes de TSA. Par exemple, savoir comment initier, soutenir et mettre fin aux échanges conversationnels ainsi que des capacités «parapragmatiques» telles que savoir à quel point ils sont proches de leur interlocuteur, quand donner et refuser le contact visuel, et l’utilisation et l’interprétation de la posture corporelle et autres Les signaux non-verbaux peuvent être difficiles. Dans de nombreuses situations, cela peut entraîner l’isolement social, le rejet ou même la dérision des autres. Cependant, dans d’autres situations, ces déficiences peuvent entraîner une gêne et peut-être une plainte. Le comportement d’observation, le fait de se tenir trop près et de demander (ou d’offrir) des renseignements personnels à des inconnus peuvent être interprétés comme étant intentionnels et entraîner une plainte. Le harcèlement décrit des situations dans lesquelles un individu suit ou fait de façon répétée des tentatives pour interagir avec une autre personne, malgré les protestations de la part de cette dernière. Il y a eu des cas de comportements de harcèlement décrit dans la littérature perpétrées par des individus atteints de TSA (Stokes et Newton, 2004). Cela peut être particulièrement vrai chez les jeunes adultes atteints de TSA qui sont socialement isolés, mais qui souhaitent avoir des relations avec d’autres. Leur tentative peut être maladroite et inappropriée, et cela peut être aggravé par leur incapacité à interpréter le mécontentement non verbal exprimé par l’autre personne. Aucune des transgressions décrites ici ne sont ciblées ou réalisées avec une connaissance de leur inadéquation. Cette question est cruciale lorsqu’on examine la réponse de la justice pénale et les besoins subséquents en matière de réadaptation.
  2. Intérêts circonscrits: Parmi les individus plus performants, le autre domaine des «schémas rituels et répétitifs de comportement» est généralement caractérisé par l’engagement dans des schémas d’intérêt circonscrits. Ces intérêts peuvent prendre différentes formes, le plus souvent la collecte d’objets ou une prédilection pour des informations factuelles. Ceux-ci sont souvent poursuivis de manière solitaire, mais leur nature (c’est à dire leur focalisation) peut parfois être inappropriée. Tantam (1988), par exemple, a décrit un jeune homme avec un intérêt dans l’attirail nazi, qui s’habillerait avec et sortait en public. Une «obsession» avec des personnages historiques notoires, comme Hitler, ou des armes à feu et des couteaux, a également été décrite. Bien qu’elles ne soient pas illégales en elles-mêmes, de telles préoccupations peuvent être mal interprétées comme reflétant des intentions plus sombres et plus nuisibles, ce qui n’est souvent pas le cas. Dans de tels cas, le psychiatre peut être appelé à évaluer le «risque». En effet, dans l’étude de Woodbury-Smith et al. (2010) sur les intérêts circonscrits chez les délinquants atteints de TSA, sur les quatre (19%) avec des intérêts «violents», dans un seul cas pourrait être lié à un comportement violent (correspondant à un homme avec une obsession de feu et condamné pour incendie criminel). D’autres études de cas ont décrit des «intérêts» semblables et des condamnations ultérieures pour incendies volontaires. Même si l’activité n’est pas en soi nuisible, la poursuite de l’intérêt peut entraîner le contact avec le monde judiciaire. Dans un cas (Chen et al., 2003), on décrit un individu qui a volé à plusieurs reprises afin d’élargir sa collection de gobelets, de boîtes et de sacs en plastique. De même, dans l’étude des intérêts circonscrits par Woodbury-Smith et al. (2010) un jeune homme avec un syndrome d’Asperger manifestant un fort intérêt dans l’électronique, a été condamné pour vol de matériel. Dans leur ensemble, ces données indiquent la nécessité d’accorder une attention particulière aux intérêts circonscrits, qu’ils soient violents ou non, même si cela ne peut se limiter à une surveillance et à une observation étroites. En fait, il n’existe pas de lignes directrices fondées sur des données probantes sur lesquelles des recommandations de réadaptation plus spécifiques peuvent être formulées.
  3. L’empathie et la théorie de l’esprit: Sous-tendant les caractéristiques cliniques de l’ASD sont un certain nombre de vulnérabilités neuropsychologiques identifiés de façon constante. Beaucoup d’articles ont mis l’accent sur les déficiences de «théorie de l’esprit», «fonction exécutive» et «traitement émotionnel» ou l’empathie chez les personnes atteintes de TSA à travers le spectre des capacités intellectuelles. Alors que le dysfonctionnement exécutif peut être un facteur qui réduit la propension au comportement criminel, ou du moins le comportement criminel qui nécessite la planification et l’organisation dans son exécution, les autres déficiences, qui interfèrent avec la compréhension des autres, peuvent théoriquement prédisposer à un comportement illégal. Une étude a tenté d’examiner cette question (Woodbury-Smith et al., 2005), en comparant le degré de ces effets neuropsychologiques les déficiences entre les délinquants et les non-délinquants atteints de TSA et un groupe de comparaison non-ASD. Cette étude a révélé que les délinquants étaient généralement très semblables. Cependant, deux différences importantes sont apparues. Premièrement, les délinquants présentaient une théorie raisonnablement intacte de l’esprit, comparable au groupe de comparaison non-ASD. Deuxièmement, par rapport à leurs contrevenants non-offensés ASD, les délinquants ont été considérablement compromis sur leur capacité à reconnaître l’expression de la peur dans les stimuli-visages. L’étude était sur un petit échantillon et de nature transversale, mais suggère qu’il pourrait y avoir un sous-groupe parmi les personnes atteintes de TSA qui ont un phénotype cognitif particulier et qui sont prédisposées à un comportement illégal. Tantam a émis l’hypothèse que certaines personnes atteintes de TSA, plutôt que d’être motivé par une mauvaise intention, sont plutôt motivés par un sentiment d’impuissance qu’ils tentent de contourner en utilisant leur pouvoir de choc ou de perturber. Dans le même temps, tout en tentant de choquer, il est également probable que ce comportement est la conséquence d’un manque de compréhension de l’impact émotionnel de la «blague» sur l’autre personne. Les personnes atteintes de TSA ont également été décrites comme ayant un sens de l’humour un peu concret, ce qui pourrait aussi expliquer pourquoi ils trouveraient une telle déclaration drôle.

La responsabilité des infractions en droit criminel repose sur le fait que le défendeur a commis l’acte lui-même ( «actus reus») et qu’il a un esprit coupable ou une intention criminelle ( «mens rea»). On peut faire valoir que les personnes atteintes d’un TSA n’avaient pas l’intention criminelle nécessaire, même si elles savaient que ce qu’elles faisaient était incorrect au sens juridique. En ce qui concerne la mens rea, c’est-à-dire la capacité de former une intention criminelle, on pourrait soutenir que certaines personnes atteintes de TSA peuvent avoir une compréhension insuffisante des conséquences morales (ou criminelles) de leur infraction (Barry-Walsh et Mullen, 2004, Schwartz-Watts, 2005). Dans la plupart des cas, cependant, les personnes atteintes de TSA ne nieront pas leurs actes et seront pleinement conscients du fait que ce qu’ils faisaient était au moins juridiquement faux, même s’ils ne comprennent pas leur actus reus du point de vue de la victime Donc comprendre pleinement leur transgression d’un point de vue moral). Par exemple, un garçon de 18 ans souffrant de TSA impliqué dans la torture brutale de l’un de ses pairs a déclaré reconnaître à l’époque que s’il était pris, il serait sérieusement en difficulté, mais il était incapable d’exprimer la détresse de sa victime. Il n’y a pas de jurisprudence pour guider davantage les praticiens sur cette question, bien que le lecteur intéressé se réfère à plusieurs études de cas qui soulèvent cette question (Barry-Walsh et Mullen, 2004; Schwartz-Watts, 2005).

De toute évidence, l’attention portée à toutes les questions qui peuvent survenir lors de la transition par le biais de la justice exige que les praticiens de la justice pénale soient alertés sur la possibilité de troubles du spectre autistique parmi ceux qui présentent comme vulnérables. Ce n’est que de cette façon que les spécialistes (ou «experts») seront appelés à aborder ces différentes questions. Malheureusement, en dépit de ces vulnérabilités, les personnes atteintes de TSA plus performantes ne sont pas aussi facilement reconnaissables au plan phénotypique que leurs homologues vulnérables avec, par exemple, une déficience intellectuelle (retard mental) ou une maladie mentale. Il n’y a pas de signes physiquement identifiables, et le langage est dans son ensemble pleinement développé. De plus, des recherches antérieures ont permis de cerner les difficultés que la police et d’autres intervenants du système judiciaire ont à reconnaître aux personnes présentant des vulnérabilités développementales (Petersilia, 2001). En effet, même dans les milieux cliniques, il n’y a souvent pas de prise de conscience du diagnostic chez les professionnels de la santé (Siponmaa et al., 2001). Il est donc urgent de former des praticiens de la justice pénale ayant reçu une formation sur les TSA. Les conséquences de ne pas reconnaître le diagnostic sont manifestement très graves, car une condamnation injustifiée peut résulter si une entrevue policière n’est pas menée correctement ou une personne peut se retrouver en prison si le détournement vers des soins de santé mentale ou des soins spéciaux de remplacement aurait été plus approprié.

Barry-Walsh, J. B., & Mullen, P. E. (2004). Forensic aspects of Asperger’s Syndrome. Journal of Forensic Psychiatry and Psychology, 15 (1), 96–107.

Hare, D. J., Gould, J., Mills, R., & Wing, L. (1999). A preliminary study of individuals with autistic spectrum disorders in three special hospitals in England . London: National Autistic Society

Mouridsen, S., Rich, B., Isager, T., & Nedergaard, N. (2008). Pervasive developmental disorders and criminal behavior: A case control study. International Journal of Offender Therapy and
Comparative Criminology, 52 , 196–205.

Schwartz-Watts, D. M. (2005). Asperger’s disorder and murder. Journal of the American Academy of Psychiatry & the Law, 33 (3), 390–393.

Siponmaa, L., Kristiansson, M., Jonson, C., Nyden, A., & Gillberg, C. (2001). Juvenile and young adult mentally disordered offenders: The role of child neuropsychiatric disorders. Journal of the American Academy of Psychiatry & the Law, 29 (4), 420–426.

Tantam, D. (1988). Lifelong eccentricity and social isolation. I. Psychiatric, social, and forensic aspects. British Journal of Psychiatry, 153 , 777–782.

Tantam, D. (2000). Adolescence and adulthood of individuals with AS. In A. Klin, F. Volkmar, & S. Sparrow (Eds.), Asperger syndrome . New York: The Guilford Press.

Autism Spectrum Disorder and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here?

Source : Woodbury-Smith, M.R. & Dein, K. (2014) Autism Spectrum Disorder (ASD) and Unlawful Behaviour: Where Do We Go from Here? J Autism Dev Disord  44:2734–2741

Pour les personnes autistes, leur forces verbales relatives peuvent masquer leur vulnérabilités socio-communicatives sous-jacentes, comme l’a montré Allen et al. (2008). Aussi, si une personne n’est pas reconnue autiste, elle peut être reconnue compétente au cours de la procédure. En réalité, ces personnes peuvent être influençables pendant les interrogatoires Maras et al. (2012a, 2012b) ou auront des difficultés à construire un récit de leur propre compte des événements. Par inadvertance, ils peuvent paraître arrogants ou désintéressés, ce qui peuvent influencer la façon dont ils sont traités par le système de justice pénale, Archer et al. (2013).

Une personne est responsable si elle a commis une infraction et en avait l’intention. On peut dire que certaines personnes atteintes de troubles du spectre autistique, par la nature de leur handicap socio-émotionnel, peuvent ne pas avoir les attributs qui sont nécessaires pour prendre des décisions de tous les jours, Freckelton et al. (2009). Sans la capacité d’empathie, une personne ne peut pas avoir la structure cognitive nécessaire pour inhiber un comportement inapproprié Blair (2001).

Les autistes à haut potentiel peuvent ne pas être immédiatement reconnaissables par la police. Si elles ne sont pas déjà été diagnostiquées, les personnes autistes sont alors vulnérables lors des interrogatoires, pour un certain nombre de raisons. En particulier, les particularités de la parole ou du comportement peuvent être simplement interprétés comme intentionnelle ou délibérée. De même, des difficultés à comprendre des questions ou des déclarations faites par d’autres, en particulier si elles impliquent l’utilisation de l’ironie, le sarcasme ou autrement inclure une signification quelque peu enveloppé, peut laisser la personne autiste confuse ou anxieuse.

Une personne ayant un trouble du spectre autistique peut également être influençable ou acquiescent. La notion d’acquiescement fait référence à une tendance à se mettre d’accord à ce qui est demandé ou dit parce que la personne pense que c’est ce qu’on attend d’eux. L’acquiescement se caractérise par un souhait de plaire aux autres, en disant ce qu’ils pensent que l’autre personne veut entendre, peut importe la réalité. Cela peut se produire si la personne interrogée souhaite arrêter l’entrevue aussi rapidement que possible, ou peut être motivé par un souhait d’être aimé par l’enquêteur. La suggestibilité est le terme généralement employé pour décrire l’acceptation non critique de l’information étant offerte, ou une sensibilité à l’information trompeuse. Par exemple, le style des questions de l’enquêteur (qui peut utiliser des questions fermées ou au contraire ouvertes) peuvent influer sur les réponses données. En outre, l’hypothèse est émise que \hil{les autistes ont une plus grande tendance à se reposer sur
indices linguistiques et sociaux immédiats, plutôt que sur la mémoire des événements.

Allen, D., Evans, C., Hider, A., Hawkins, S., Peckett, H., & Morgan, H. (2008). Offending behaviour in adults with Asperger syndrome. Journal of Autism and Developmental Disorders, 38, 748–758.

Archer, N., & Hurley, E. A. (2013). A justice system failing the
autistic community. Journal of Intellectual Disabilities and
Offending Behaviour, 4, 7.

Blair, R. J. R. (2001). Neurocognitive models of aggression, the
antisocial personality disorders, and psychopathy. Journal of
Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, 71, 727–731.

Freckelton, I. & List, D. (2009) Asperger’s Disorder, Criminal Responsibility and Criminal Culpability, Psychiatry, Psychology and Law Vol. 16, No. 1, March 2009, 16–40

Maras, K. L., & Bowler, D. M. (2012a). Brief report: Suggestibility,
compliance and psychological traits in high-functioning adults
with autism spectrum disorder. Research in Autism Spectrum
Disorders, 6, 1168–1175.

Maras, K. L. & Bowler, D. M. (2012b). Eyewitness testimony in
autism spectrum disorder: A review. Journal of Autism and
Developmental Disorders.